AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 TempleSmith ♚ « Puisqu'on ne peut changer la direction du vent... »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Trajan E. TempleSmith

date d'arrivée : 01/11/2012
mensonges : 2451
crédits : Croco ; signature episkey; gif Tumblr
âge : 26 years old.
adresse : 515, Northern Hills
humeur : Lunatique sur les bords

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: Démocularisation cellulaire


MessageSujet: TempleSmith ♚ « Puisqu'on ne peut changer la direction du vent... »   Jeu 1 Nov - 0:20


→ Trajan Edilio TempleSmith.
26 ans; né le 16/04 à Caswell; Travail au Centre de Repos de Caswell dans l'aile pour les Enfants Abandonnés; Infected.
« ... il faut apprendre à orienter les voiles. »
Trajan avait toujours été un jeune homme apeuré, on remarquait sur les traits de son visage qu'il cachait des choses, qu'il était triste et qu'il souffrait. Il se cachait tout le temps comme pour éviter de faire face au mondre qui l'entoure. Ses parents ne croyaient pas en la psychologie et il aurait certainement dû être suivi, tout comme son père aurait dû être interné dans un hôpital psychiatrique. Mais suite à la mort de ce dernier, il est passé du petit timide et renfermé sur lui en un jeune homme affirmé, courageux et qui savait ce qu'il voulait faire dans sa vie. Son expérience la menait à aider les enfants dans le besoin, comme lui aurait tant aimé avoir de l'aide.


Dans cette zone vous pouvez nous parler des goûts de votre personnage, faire des listes de mots qui pour vous l'évoque, soyez bref mais efficace !





(Questions-réponses, répondez du point de vue de votre personnage à la première personne, laissez-vous prendre au jeu ! Essayez de faire un minimum de cinq lignes en moyenne.)


→ Quel est votre sentiment vis-à-vis des étrangers ? La plupart des personnes qui m’entourent sont totalement contre leurs arrivés. D'un avis personnel il ne me dérange pas vraiment. Au contraire, il apporte une certaine notoriété à la ville. Bon faut pas qu'il dépasse les limites et qu'il la transforme en sacré bordel. Là, ça risquerait de me déplaire très fortement.

→ Que pensez-vous du conseil municipal et de son action ? Vous voulez parler de ces braves hommes qui tiennent la ville ne bonne santé et qui font le bonheur de cette communauté ? Comme dans chaque ville il faut quelqu'un pour gouverner, il faut quelqu'un sur qui se reposer aussi. Alors ces grands hommes sont justes super, étant donné qu'ils perpétuent ce conseil depuis des années et de génération en génération, je pense qu'ils sont les mieux placés pour être assis à leur place.

→ Que pensez-vous des récents événements ? Croyez-vous en toutes ces rumeurs surnaturelles ? Alors euh... des événements ! On va dire que j'en ai peur. Ça me rappelle mon passé, lorsque j'avais peur de mon propre père. Mais sans vouloir m'échapper du sujet j'ai peu qu'ils deviennent une menace pour la communauté et qu'ils soient donc dangereux. Je ne voudrais pas que quelque chose tourne mal tout comme je ne voudrais pas perdre le contrôle de mes émotions. Car après tout, je suis un de ces événements surnaturelles.

→ Dans quelles circonstances est apparu votre pouvoir et qu’avez-vous ressentit ? C'est assez spécial, pour faire court : mon père était atteint d'une maladie psychologique qui faisait apparaitre en lui une deuxième personnalité assez violente. C'était une de ses soirées où il avait apparu et avait voulu me frapper pour une énième fois et moi j'étais terrorisé. Ce jour-là ma peur s'est transformé en colère et n le touchant il s'est passé quelque chose d'abominable. Je ne sais toujours pas si je m'en veux ou si au contraire ce fut un soulagement pour moi.

→ Avez-vous un secret vous concernant à nous révéler ? Un secret ? un... Peux de personne savent que je suis autant attiré par les deux sexes. Dans une ville comme Caswell et surtout pour un homme qui s'occupe de petits enfants ça serait mal vue. Alors je préfère garder ça en moi. Mais autrement moi grand secret est aussi mon pouvoir. Après bien sur que j'ai d'autres secret. J'ai dit à ma mère qu'après que mon père m'est frappé d'une telle violence qu'il n'avait pas supporté ce nouvel affront et qu'il s'était jeté des falaises d'East Side. On n'a jamais retrouvé le corps, la mer l'avait sans doute repris.

→ Avez-vous été témoin dans la ville de choses que vous aimeriez dénoncer ? Je pense que si un jour l devrait y avoir de la casse. J'aurais été directement au commissariat de Downtown, alors non pour l'instant je n'ai rien vu de suspect. Et j'espère que hormis les rumeurs qui court, ça va durer ainsi.

→ Vous êtes pris dans un cyclone. Des débris sont tombés sur la personne qui vous est la plus chère et sur un enfant que vous ne connaissez pas. Si vous la sauvez cette personne vivra avec un handicap terrible mais l’enfant mourra. Si vous sauvez l’enfant il sera indemne mais l’autre mourra. Vous ne pouvez en sauver qu’un, alors que faites-vous ? Mon choix ne serait pas sans conséquence pour moi, je voudrais les aider les deux, quitte à me tuer moi-même. Mais en y réfléchissant bien... Je choisirais forcément l'enfant. Si c'est une personne que j'aime elle comprendrait parfaitement que j'aurais pu éviter la mort d'un jeune alors qu'elle serait très très toucher. Je pense que je lui aurais fait plus de mal en la mettant dans un fauteuil roulant pour le reste de sa vie et l'avoir pénalisé pour un enfant. Mais dans tous les cas je m'en voudrais énormément. Je pense que je n'en dormirai plus de mes nuits...



→ .ReedNight.

Yop mes amis monstres sqeee Donc moi c'est .Reed/ReedNight. 18 piges. Adore violer les petits nouveaux. Adore manger des plats froids. Aime la barbe-à-papa à la fraise. N'aime pas les sucettes à l'anis ( sérieux ? O. Ô). Desteste la fumer de cigarette ( vas-t-en Satan sarcastic x) )... Et aime raconter sa life. Plus sérieusement, je suis parfois complètement atteint faite attention... J'sais me modérer quand même... quoique....!



Dernière édition par Trajan E. TempleSmith le Sam 10 Nov - 21:15, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://b-velvet.forumactif.org/
Trajan E. TempleSmith

date d'arrivée : 01/11/2012
mensonges : 2451
crédits : Croco ; signature episkey; gif Tumblr
âge : 26 years old.
adresse : 515, Northern Hills
humeur : Lunatique sur les bords

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: Démocularisation cellulaire


MessageSujet: Re: TempleSmith ♚ « Puisqu'on ne peut changer la direction du vent... »   Jeu 1 Nov - 0:21



“ tell the world I'm coming home ”


" ▼Vie N°2 ”

La dernière fois que Trajan avait vu tomber autant de pluis remontait à très longtemps, ça faisait pratiquement une semaine que cela n'arrêtait pas. Parfois les rayons du soleil redonnaient un petit peu d'espoir avant de s'engouffrer une nouvelle fois dans l'épaisse couche de nuages qui flottaient au-dessus de Caswell. Par-derrière la porte vitrée du centre de repos, Trajan observait les enfants en train de s'amuser dans les flaques d'eaux. Un rien pouvait les amuser. Il aurait pu leur donner un vieux tissu il aurait pu en faire une aventure burlesque semer d'embuche dans le monde imaginaire de l'enfance. Il adorait les regarder jouer comme s'ils ne grandiraient jamais, comme s'ils n'auraient jamais de problème. Il adorait l'innocence infantile sur leur visage. C'est pour ça qu'il avait choisi ce travail. Il leur faisait la lecture, s'occupait d'eux lorsqu'ils étaient triste, les réconfortaient lorsqu'ils demandaient leur mère ou leur père, il les couchaient lors de la sieste avant d'aller lui-même se coucher chez lui. C'était sa vie, son nouveau petit train quotidien et il aimait ça.

" ▼Vie N°1 ”

Son regard vint à fixer le ciel ombrageux, un point de fuite. Le ciel lui rappelait son enfance, son passé, ça le ramenait en arrière :
« Espèce de connard de gosse ! criait-il. Je ne t’ai jamais élevé comme ça, tu n'es qu'une honte pour toute la famille. »
Son pied était en train de lui écraser le dos. Ses lèvres touchaient le sol poussiéreux de la vieille grange. Il avait mal il souffrait, mais n’osait pas crier. Il était trop occupé à s’empêcher de pleurer, mais c’était impossible. Ses larmes s’écrasaient contre le sol avant d’avoir longé ses joues assez rondes et sa peau qui devrait être plutôt douce pour son âge. Mais à la place, elle était graisseuse et râpeuse, comme s’il venait de faire une marche dans la poussière depuis des années s’en même avoir vu une goutte d’eau sur lui. Il avait du mal à respirer à présent, ses côtes étaient en train de s’affaisser et broyaient ses poumons. Et l’homme lui, semblait appuyer encore plus fort, en criant encore plus fort. Ses oreilles bourdonnaient des hurlements de son père. Il aurait tant voulu mettre ses mains dessus pour essayer d’atténuer toutes les injures qu’il lui insufflait.
« Pourquoi tu m’as fait ça ? Continuait-il, tu sais que je t’aime énormément, réponds-moi ! »
Son père changeât brusquement de position, il retira son pied du dos de Trajan, alors que sa voix venait de changer. Trajan se sentit libérer, partit de l'étreinte de son père avant qu'il ne le prenne fortement dans ses bras. Son père commença à avoir quelque bouffé d'aire comme s'il s'apprêtait à pleurer. Trajan ne comprenait plus vraiment ce qui arrivait à son paternel. Il avait juste mal, il souffrait et son père serait à présent ses bras contre son torse déjà broyé. Il aurait aimé lui crier de le lâcher, il aurait aimé le supplier pour qu'il arrête. Mais il n'arrivait à prononcer aucun mot. Même si les larmes avaient laissé place à la stupéfaction. Il priait tout de même au fond de lui pour que son propre géniteur le laisse partir. Lorsque soudainement une femme rentra dans la vieille grange, avec ses vieux murs, ses vieux tracteurs et ses vieux parcs pour les animaux de son père. Cette femme semblait être le contraire de son père. Elle était droite, bien vêtu dans son raincoat brun clair, ses cheveux coiffés en chignon dévoilaient une femme sûre d'elle et forte. Elle approcha en faisant en sorte de rester debout du haut de ses talons, elle avait de bonne forme qui la rendait plus généreuse qu'elle ne voulait le paraître.
« Mark, lâche ton fils immédiatement, criait-elle en empoignant le bras de Trajan afin de le récupérer à ses côtés. Ce dernier se releva, les yeux pétillants, comme si un ange avait déposé son dévolu sur lui. Comme s’il venait de passer une épreuve sans frontières ou il avait vu la mort de prêt. Tu as encore recommencé Mark. Je ne supporte plus que tu fasses ça à Trajan. C’est ton fil, mon Dieu.
- Je crois que Papa a besoin d’aller à l’hôpital. S'exclamait Trajan. »
Mark, son père, se releva de sa position et fit plusieurs pas en arrière, une goutte se versa sur se jouer : les mêmes qu’avait Trajan, mais qui n’avait pourtant pas la même signification. Puis sa mère reprit en se mettant à la hauteur de Trajan et en passant sa main sur son visage pour essuyer quelques une de ses larmes.
« - Tu sais Trajan, ton père à des problèmes et il ne s’en rend pas compte. Ce n’est pas vraiment lui qui te fait du mal, c’est une autre personne. Après il ne s’en souvient pas. Tu ne dois pas lui en vouloir, finissait-elle. »

" ▼Entre Deux ”

« Viens là Trajan, viens je ne veux pas te faire de mal, murmura une nouvelle fois son père »
Avec les années, la double personnalité de son père avait évolué. Elle était devenue bien pire qu'auparavant. Trajan avait vécu dans la peur d'une personne qui intervenait de plus en plus souvent. Elle était devenue plus violente : les marques sur le corps de Trajan en témoignaient. Mark, du moins la personne en Mark, venait de défaire la boucle de sa ceinture dans l'intention de la retirer. Trajan, lui était dans sa cachette. Il avait maintenant quinze ans mais était dans l'obligation de se dissimuler pour éviter de souffrir. À l'école c'était pareil, il ne parlait pas souvent à cause de ceux qu'il recelait. Il était la plupart du temps seul, alors il avait trouvé ses cachettes. Elle lui servait autant pour cacher ses émotions que ces craintes. Beaucoup de personnes savaient que Trajan aurait dû avoir une consultation chez un professionnel. Mais sa mère s'obstinait à être contre ces pratiques et ni son fils, ni son mari n'iraient rencontrer un de ses charlatans. Personne n'était fou dans cette famille. Ce n'était que des problèmes d'interprétations. Un peu de malchance. C'est ce qu'elle pensait. Comme si on lui avait posé des œillets. Pourtant, c'était une femme si raisonnable.

Trajan entendit le parquet grincer juste devant la porte de son placard. Juste l'endroit où il avait trouvé refuge. Il lui avait même semblé avoir entendu sa respiration pendant que lui était obligé de garder ses mains sur sa bouche pour empêcher la sienne. Il n'arrivait plus à supporter ça, il voulut aspirer tout l'air qui l'entourait. Son coeur commençait à s'emballer, à jouer avec des battements de plus en plus fort. Il devait fermer les yeux, déjà dans le noir absolu pour essayer de se créer un cocon, essayer de se sentir en sécurité dans cette case et se persuader qu'il n'avait pas fait le mauvais choix. Qu'ici son père ne pourrait l'atteindre. Jusqu'à ce que la lumière brutale du couloir ne vienne s'emparer de l'ombre de son cocon. Il ne put réagir que déjà son père l'avait traîné brusquement en dehors de l'armoire par le bras. Son père lui avait tellement serré sa main contre son poignet fragile qu'il avait eu l'impression que celui-ci était broyé de l'intérieur. Il n'ouvrit même pas les yeux. Il savait ce qu'il allait lui faire. La double personnalité de son père ne prononça pas un mot, sa respiration sinueuse faisait l'affaire. Elle était si lourde et si saccadée, jamais Trajan n'avait entendu une telle respiration. Elle semblait opprimer toute la pièce et étant si terrifiante en même temps. Trajan entendit le bruit du frottement entre le tissu et le cuivre. Ses paupières voulaient s'ouvrir, mais il avait si peur.
Un premier coup. La personne dans le corps de son père poussa un gémissement de jouissance. Puis un deuxième contre son épaule. Trajan fut bloqué au sol. Le troisième coup lui avait littéralement coupé la respiration. C'était si brutal qu'il ne savait pas s'il avait juste mal ou si ses os se cassaient un à un, à chaque coup. Il se retourna dans une tentative inespérée juste pour que les coups ne viennent rejoindre les marques des brûlures qu'il avait déjà dans le dos. Un quatrième coup, son père frémissait une nouvelle fois d'excitation comme s'il abattait toute sa souffrance sur ce fils. Trajan se mit à ramper, il essaya. La porte d'entrer n'était pas trop loin. Il le faisait petit à petit. Une cinquième giclée suivit d'une sixième si puissante qu'il crut en recevoir deux. Une larme accompagnât la dernière. Il résistait. Mais ne pouvait plus s'empêcher de pleurer. Il ouvrit soudainement les yeux, il n'en pouvait plus. Il avait tellement envie de crier. Mais il ne voyait plus que cette porte. Elle était juste devant lui. Elle lui tendait la main, il n'avait plus qu'à la saisir. Un septième coup. Trajan en cracha un mélange de salive et de larmes juste devant lui. Ses yeux s'étaient contractés sous l'amertume de ses heurts. Il commençait à croire qu'il voulait sa mort. Il rampa encore et encore. Et c'est au moment qu'il voulut se redresser que le huitième choc fut porté. Trajan s'écrasa contre la porte, il se sentait si faible. Et l'autre était si fort. Il sentit un courant d'air frais contre ses oreilles. Il essaya de rouvrir une nouvelle fois les yeux. Ils se dirigèrent vers le visage endiablé de son père. Ce n'était définitivement pas lui. Il était horrible. Des veines énormes palpitaient sur ses tempes. Son visage était rouge de colère. Comment un être pouvait être si furieux ? Trajan saisit la clenche comme si c'était sa dernière occasion. Il entendit une dernière fois la respiration de buffle de son père avant de s'enterrer dans le bruit sourd de la pluie. Une pluie frappante. Jamais il n'avait autant plus à Caswell, comme si la mer se versait sur leur maison et sur eux. Un torrent dévalait du ciel. Des flaques énormes se creusèrent dans le sol et sur la petite route, la seule qui menait à la vielle petite ferme. Il trébucha dans l'eau brune. Ses mains l'avaient rattrapé ,mais il n'avait pu s'empêcher de boire une tasse dans la flaque d'eau qui l'avait reçu. L'eau était poissonneuse, si fade. Il essaya de ce motiver, on ne voyait plus les pleures qui se mêlaient à la pluie, il se relevât rapidement avant de se retourner. Son père était juste là, il n'avait pas attendu qu'il prenne ses jambes à son cou pour arriver. Un froissement venu éclater dans l'air. Il venait de faire claquer la vieille ceinture en cuivre, surmonté au bot par la boucle en ferraille si douloureuse. Trajan montra ses mains en avant comme pour un signe de défense, comme pour le supplier. Mais il ne pouvait rien, il ne pouvait que remarquer les yeux de son père enfreint à la haine, les veines et ses cellules éclataient, ses yeux étaient remplis de sang. L'homme s'approchât pour envelopper le cou de son fils. Trajan essaya de lui déchirer la peau de son bras et cette chose arriva...

Il avait juste réussi à déchirer un cri parmi la houle bruyante. Et la peau de son père. Le corps entier partit en lambeau. Particules par particules. Comme si ce dernier s'était desséché avant que sa peau ne s’envole, emporter par la violente brise et par les trompes d’eau. Son corps se désintégra petit à petit, jusqu’à ce que ces os furent comme consommés par sa propre chair. En combustion, ses particules avaient rougi comme de la cendre. Jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien. À part Trajan seul dans la cour familiale, au milieu de la pluie, du ciel grondant et la boue qui s’incrustait dans ses chaussures. Il baissa la tête. Et s’effondra à son tour au sol. Il n’était pas libéré. Il était soulagé.






      We are unusual and tragic and alive
      Because such violent, wild love works like a fit, like a deadly noose, like an illness, and - as soon as you reach satisfaction - the scales fall at once and the opposite feeling appears: disgust and hatred, the wish to exterminate, to crush...


Dernière édition par Trajan E. TempleSmith le Sam 9 Fév - 2:16, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://b-velvet.forumactif.org/
Asher Weir

date d'arrivée : 28/10/2012
mensonges : 6230
crédits : JUDAS.
âge : 36 ans.
adresse : Dock N°7. Appart 204.
humeur : Invincible.

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: Orgasme cosmique du grand gourou. Ok, just joking, aucun.


MessageSujet: Re: TempleSmith ♚ « Puisqu'on ne peut changer la direction du vent... »   Sam 3 Nov - 3:45

Me gustas tù What a Face




THIS IS HALLOWEEN BITCHES
everybody hail to the pumpkin song
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Trajan E. TempleSmith

date d'arrivée : 01/11/2012
mensonges : 2451
crédits : Croco ; signature episkey; gif Tumblr
âge : 26 years old.
adresse : 515, Northern Hills
humeur : Lunatique sur les bords

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: Démocularisation cellulaire


MessageSujet: Re: TempleSmith ♚ « Puisqu'on ne peut changer la direction du vent... »   Sam 3 Nov - 13:16

Moi aussi je t'aime yeah



      We are unusual and tragic and alive
      Because such violent, wild love works like a fit, like a deadly noose, like an illness, and - as soon as you reach satisfaction - the scales fall at once and the opposite feeling appears: disgust and hatred, the wish to exterminate, to crush...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://b-velvet.forumactif.org/

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: TempleSmith ♚ « Puisqu'on ne peut changer la direction du vent... »   

Revenir en haut Aller en bas
 

TempleSmith ♚ « Puisqu'on ne peut changer la direction du vent... »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mieux vaut ne pas songer au passé, rien ne le peut changer.
» Raf & Kovu ₪ Money money money
» Une personne peut changer une vie
» Peut-on changer de nom de dresseur ?
» Je voudrais changer la nature d'un pokemon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HOMECOMING △ V.4 :: 
« Home Weird Home »
 :: Yearbook :: Validés
-