AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Willow-Daniels, Astor. Father of the year.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

date d'arrivée : 04/09/2013
mensonges : 19
âge : 37 ans

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
Je sais tout de la vérité
Pouvoir: Uniquement pour les infectés.


MessageSujet: Willow-Daniels, Astor. Father of the year.    Mer 4 Sep - 10:44


→ Willow-Daniels Astor.
37 ans; né le 17/05 à Caswell; Avocat ; Keepers.

“ Les parents sont les os sur lesquels les enfants font leurs dents ” Ustinov



Jenny Greene. La femme de sa vie. Avant elle, Willow-Daniels n'était qu'un Astor, le dernier héritier d'une vieille famille de Caswell. Un fils qui respectait son père, lui obéissait aveuglement et admirait son grand frère sans aucune mesure. Avec Jenny, il est devenu un homme. Elle était tout pour lui, et encore aujourd'hui la seule femme qu'il ait jamais aimé (leur fille ne pouvait techniquement pas être considérée comme une femme, pas encore, et WD n'a jamais connu sa mère). Quand il a appris qu'elle était infectée, WD a eu un moment de doute... vite oublié. Impossible pour lui de renier tout ce que cette femme lui avait apporté. Il pensait par lui-même, désormais, il osait s'affirmer face à son père et à son frère, il avait gagné en assurance et en maturité. Quelques temps plus tard, il apprenait par hasard que son père était sur la piste de Jenny.

Il n'hésita pas, et remédia au problème que son père représentait pour leur amour. Cependant son frère le prit sur le fait. Son frère, ambitieux et impatient de toucher l'héritage Astor, lui ordonna de quitter la ville et de ne jamais revenir. WD aurait pu le tuer aussi, si Jenny n'avait pas été horrifié par ce qu'il avait fait à son propre père. Consciente qu'il avait seulement voulu la protéger, Jenny n'accepta malheureusement pas son geste et le banni de sa vie. WD quitta Caswell, aigri, brisé, et convaincu au fond de lui qu'il n'avait de toute manière jamais beaucoup aimé cette ville trop petite pour ses rêves d'avenir.

Le caractère de WD post-Jenny se résume en un mot : destructeur. Il abusa de l'alcool, des femmes et de la vitesse. Parti de Caswell avec un compte en banque bien garni, il n'avait pas à s'en faire de ce côté-là et pouvait donc se permettre d'exercer son métier d'avocat quand l'envie lui prenait. Sélectionnant soigneusement ses affaires, il se fit rapidement un nom et une réputation : celle d'un homme impitoyable. Plutôt solitaire durant cette période, WD n'était décidément pas quelqu'un de très fréquentable. On le soupçonne d'avoir assassiné quelques personnes, pour retrouver le frisson qu'il avait ressenti en tuant son père... mais rien n'a jamais pu être prouvé, et ce n'est tout compte fait peut-être pas vrai.

C'est après presque dix années de cette pseudo-vie, que WD apprit le décès accidentel de son frère. Rien ne l'empêchait alors de revenir à Caswell. Par curiosité, plus que par réel désir de s'y installer, il revint sur sa terre natale. Pour découvrir que Jenny Greene lui avait caché l'existence d'une fille ! Emy-Rose, qu'elle lui interdit formellement de voir. Il faut la comprendre... WD n'était guère à son avantage à cette époque-là ! Et il n'avait que faire de cet enfant qui lui tombait dessus.

Le hasard voulu que, la veille du jour où WD allait quitter Caswell pour ce qui devait être la dernière fois, Jenny disparaisse la nuit d'Halloween, lors d'évènements pour le moins étranges... WD ne s'attendait certes pas à ce qu'Emy-Rose vienne frapper à sa porte au matin, avec sa jolie petite bouille d'ange et sa valise aux pieds ! Un seul regard lui suffit pour acquérir une certitude immuable, qui depuis ne l'a jamais quitté : il était responsable de cet enfant.

Dès lors, Emy-Rose devint sa rédemption. En souvenir de l'amour qu'il a porté à Jenny, WD accepta la garde de la fillette. Il fait de nombreux efforts, tous les jours, pour être digne de l'amour inconditionnel qu'il lit dans ses yeux. Bien sûr au début, cela lui coûtait énormément de devoir dire adieux aux filles de passage, aux bouteilles d'alcool abandonnées un peu partout dans la maison, ... Mais il s'habitue doucement à ne plus être seul, et à devoir prendre en compte les désirs et les besoins d'une autre personne. Son premier sacrifice pour sa fille ? Rester à Caswell. La fillette y a son école, ses amis, ses grands-parents maternels, et même si WD vit avec la peur quotidienne de découvrir qu'elle a été infectée, il ne veut pas la changer de milieu alors qu'elle vient de perdre sa mère.

Alors, malgré ses vieux travers, ses vieilles habitudes qui ont la vie dure, Willow-Daniels aspire a devenir quelqu'un de meilleur pour sa fille.










→ Quel est votre sentiment vis-à-vis des étrangers ?

Étrangers vous dites ? Je me considère comme tel. Je suis né à Caswell, j'y ai grandi, mais j'en suis parti et à mon retour, je me suis senti un peu comme... un paria. Si je ne portais pas le nom de l'une des plus anciennes famille de la ville, et que je n'avais pas autant d'argent, on ne m'aurait jamais accepté au Conseil. D'ailleurs, on m'y regarde toujours un peu de travers. Je m'en moque, qu'ils aillent tous se faire voir ! Attention, je respecte les anciens et les valeurs qu'ils défendent... mais faut pas abuser non plus. Les étrangers ne sont pas tous dangereux et si on veut sauver la ville, il va falloir s'ouvrir un peu à la nouveauté. Alors vous me demandez ce que je pense des étrangers ? Je les trouve courageux. Moi à leur place, si j'avais pu je serais rapidement reparti.

→ Quelle a été votre réaction lorsque vous avez appris la vérité ?

Je l'ai apprise très tôt. Je crois qu'elle a toujours fait partie de moi, donc elle n'a jamais été vraiment difficile à accepter. Je ne prétendrais pas n'avoir aucun mal avec ça... Mais ce qui est fait, est fait. C'est notre Histoire, notre mémoire, et aussi dur cela peut-il être, c'est comme ça. Mon père avait un point de vue très tranché vis-à-vis des sacrifices que nous devions faire pour protéger et servir notre ville. Mon frère et lui étaient sur la même longueur d'onde et c'est vrai, je les ai toujours trouvés trop extrémistes dans leurs décisions. Mais ils se battaient pour leurs convictions, et je respecte ça. Moi je me bats pour ma fille, chacun ses priorités.

→ Que pensez-vous des récents événements ? Croyez-vous en toutes ces rumeurs surnaturelles ?

Si j'y crois ? Bien sûr que j'y crois ! La femme que j'aimais, la mère de mon enfant, était capable de faire des trucs complètement dingues. Avant qu'elle n'entre dans ma vie, je ne croyais en rien. Je n'avais aucune morale, aucune règle, aucune loi. Et quand j'ai été obligé de partir, il y a presque dix ans, j'ai fait une croix sur toutes les choses qu'elle m'avait apporté. J'ai voulu tout oublier, tout effacer. J'ai vécu un quotidien de débauche, de stupre et d'alcool. Mais tout ça c'est du passé, parce que j'ai Emy-Rose dans ma vie à présent.

→ Avez-vous un secret vous concernant à nous révéler ?

J'ai quitté Caswell parce que j'ai tué mon père et que mon frère m'a ordonné de ne jamais remettre les pieds en ville. Si j'ai fais ça, c'est parce que mon père traquait sans relâche une femme infectée qui était, accessoirement, l'amour de ma vie. Quand j'ai appris que mon frère avait fait un AVC et que mon amante avait disparu en 2012, laissant derrière elle une enfant qui était de moi et dont je n'avais jamais entendu parler, je suis revenu m'occuper de ma fille. La protéger. Parce que j'ignore si l'infection est héréditaire, mais si elle l'est, il est hors de question que je laisse qui que ce soit toucher à un cheveux d'Emy-Rose. Est-ce que ça vous va, comme secret ?

→ Avez-vous été témoin dans la ville de choses que vous aimeriez dénoncer ?

Non, pas spécialement. Mais croyez-moi, si je voyais ma fille faire quelque chose d'inhabituel pour une enfant de neuf ans, les autres keepers seraient les derniers à le savoir ! Préserver le secret, ok. Mais je suis capable de m'occuper seul de m'Emy-Rose si elle se révèle infectée comme sa mère.

→ Vous êtes pris dans un cyclone. Des débris sont tombés sur la personne qui vous est la plus chère et sur un enfant que vous ne connaissez pas. Si vous la sauvez cette personne vivra avec un handicap terrible mais l’enfant mourra. Si vous sauvez l’enfant il sera indemne mais l’autre mourra. Vous ne pouvez en sauver qu’un, alors que faites-vous ?

C'est une vraie question ? Non parce que la seule personne qui m'est chère, c'est ma fille. Et je ferais n'importe quoi pour elle. Si je n'étais pas là, cet enfant serait mort de toute façon.



“ tell the world I'm coming home ”

KEEPERS - "Alors que vous rentrez, vous surprenez sur le chemin un différent opposant deux citoyens à un/une étrangère."


Qu'est-ce qu'ils avaient eu tous, à me casser les couilles aujourd'hui ? A Chicago, tout le monde savait qu'on ne poussait pas la porte de mon cabinet pour me proposer d'arbitrer un divorce ou une banale histoire de voisinnage ! Ici... Tout était différent. J'avais délaissé mon superbe immeuble de quarante étages en centre-ville, contre une petite maisonnette fraichement repeinte en bleu canard, dans la grande rue de Caswell. Le bleu n'était pas mon idée, mais Emy-Rose trouvait que c'était joli alors... Dans mon ancienne vie, j'étais capable de retourner une droite à un client qui m'aurait réglé mes honorraires avec deux jours de retard. Dans ma nouvelle vie je refusais la seule affaire intéressante que l'on me proposait depuis des mois, parce qu'elle m'aurait empêché d'aller chercher ma fille à l'école.

Alors des soirs comme aujourd'hui où je rentrais chez moi tout seul, parce que monsieur et madame Greene avaient kidnappés leur petite-fille pour le week-end, je me demandais toujours pourquoi j'avais accepté de revenir m'installer ici. Quand j'étais au volant de ma Camaro rouge brique, que je sentais la vitesse se transformer en adrénaline dans mes veines, et que je voyais tous ces vieux pequennots au bord de la route qui me regardaient passer avec un mélange de haine et d'envie dans les yeux, je me sentais capable de tout plaquer, de ne pas rentrer au Manoir Astor et de traverser sept états d'une traite pour retourner à Chicago. Ou ailleurs, n'importe où.

J'avais pratiquement fait le tour du monde en quittant Caswell il y a dix ans. Avant de passer six années de ma vie à Chicago, à me faire un nom et une réputation au sein des avocats requins de la ville, j'étais allé un peu partout. France, Italie, Suède, Russie, Inde, Japon, Indonésie, Afrique du Sud, Brésil, Chili, Mexique, … Puis retour à la case départ. Caswell. « Celui qui part, reviendra. ». Habituellement, on ne m'était pas autant de temps que moi pour revenir. J'avais vu beaucoup de gens qui, par un soi-disant hasard, revenaient vite après avoir pris la décision de s'en aller. La poisse m'avait poursuivi longtemps, mais j'avais tenu bon. Et au bout de quelques mois loin de Caswell, j'avais senti une sorte de poids, métaphorique évidemment, quitter mes épaules. Je m'étais senti libre, durant un temps. Et puis, on n'échappe pas à son destin, j'étais revenu.

A Caswell. Là où il fait bon avoir un flingue dans sa boite à gants, et une flasque de vodka dans le revers de sa veste pour les coups durs. Quand j'avais compris qu'Emy-Rose n'allait pas se lasser de se jetter à mon cou pour me dire au revoir le matin, j'avais changé la flasque de place, de peur qu'elle ne la sente un jour en me prenant dans ses bras. Ses petits bras miniatures. C'est drôle un enfant. C'est tout petit, et dans leurs yeux vous pouvez lire un amour tellement grand ! Un truc de dingue. Alors des soirs comme aujourd'hui où je rentrais chez moi tout seul, et que des envies d'ailleurs me prenaient, je repensais à son sourire, à ses grands yeux bleus pâle, à sa petite main dans la mienne, et je renonçais à abandonner tout ça, sans le moindre regret. Il y a des choses comme ça, qui ne s'achètent pas.

Le Manoir Astor se situait un peu à l'écart de Caswell, près de la mer. Pas encore assez, à mon goût. J'en avais accepté l'héritage, et parce que les Astor étaient une très ancienne famille de keepers, il était de mon devoir de siéger en bonne place au Conseil. L'ancien-moi n'avait que faire de ses devoirs, mais mon nouveau-moi avait une fille à protéger. Entretenir l'image d'un homme respectable au près de mes pairs était devenu une nécessité. Pesante, par moments.

Il faisait presque nuit, mais pas encore assez pour que je puisse faire semblant de ne pas remarquer les deux hommes et la jeune fille sur le bord de la route. A part nous, il n'y avait personne alentours. Juste un véhicule arrêté sur le bas côté, sans doute celui des deux hommes. Il me semblait les avoir déjà croisés dans le coin, et à leur allure je pouvais dire sans me tromper qu'eux étaient du coin, mais pas la fille. Je poussais un soupir aussitôt recouvert par le bruit de la musique, un bon vieux rock qui crevait les tympans et que je ne m'autorisais que dans ma voiture. Je me garais devant l'autre véhicule pour lui barrer la route, et descendis. Tout le monde connaissait ma Camaro dans le coin, et les deux hommes restèrent un instant figés en me voyant.

Bonjour monsieur Astor, me dit l'homme qui semblait être le plus vieux. vous pouvez remonter dans votre voiture, tout va bien.

Pour ma part, je n'en étais pas certain. La fille semblait avoir une vingtaine d'années, un peu plus, et ses vêtements de la ville étaient couverts de terre. La peau nue de ses bras aussi. Elle était tombée. Ou on l'avait poussé. Elle ramassa un vieux sac qu'elle passa en bandoulière. Je lui adressais un sourire, sans plus m'approcher d'elle pour qu'elle ne prenne pas peur.

Tout va bien, mademoiselle ? Vous faites du stop ? Je glissais les mains dans mes poches de pantalon, ce qui releva les bords de ma veste de costume d'un air désinvolte. Ainsi, elle pouvait voir que je ne portais pas d'arme sur moi. Or, le plus jeune des deux hommes avait un fusil sur l'épaule, ce qui me plaçait donc du côté des gentils par rapport à eux. Je peux vous déposer quelque part si vous voulez.

La fille jeta un coup d'oeil un peu méfiant à ma Camaro, qui visiblement lui inspirait davantage confiance que la camionnette puant le poisson des deux hommes. On était vendredi soir et Emy ne rentrerait pas de chez ses grands-parents avant dimanche. Si cette fille voulait que je l'amène à la prochaine ville, j'avais le temps. Et même je prendrais plaisir à la faire sortir d'ici, moi qui ne pouvais plus partir...

Je...

Elle va venir avec nous.

J'esquissais un sourire charmeur en direction de l'étrangère.

Vous voulez allez avec eux ?

Elle hocha négativement la tête, timidement. La fille semblait terrifiée par les deux hommes. Moi je sentais revenir à moi de vieilles amies : Colère, Violence, Mort.

Désolé messieurs, mais la demoiselle a choisi.

Ne vous mêlez pas de ça, Astor!

Générallemment, ce genre de ton n'augurait rien de bon... Le jeune n'avait pas encore osé épauler son fusil mais il allait bientôt trouver le courage de le faire. Je ne devais pas lui en lancer le temps. Rapidement, le visage de Jenny s'imposa à mon souvenir, puis celui d'Emy-Rose. J'allais décevoir les deux femmes de ma vie en faisant preuve de violence. Mais laisser une jeune fille entre les mains de ces deux gars ne me ressemblait pas.

Mon coude se leva brutalement pour rencontrer le menton de l'homme armé. Il n'eut pas le temps de lever son fusil pour se défendre, un second coup porté cette fois à la trachée le fit pousser un grognement étranglé et tomba à genoux. L'autre homme s'approcha, mais j'avais déjà saisi le fusil et l'agitait dans sa direction. La fille n'avait pas bougé, elle regardait la scène comme on regarde un film sur un poste de télé. Je m'approchais, attrapait sa main et la tirait vers la voiture. Elle semblait trop choquée pour résister. J'ouvris sa portière, en galant homme que j'étais. Quelques secondes plus tard, je jetais le fusil par la fenêtre et démarrais.

Vous allez bien?

Vous n'auriez pas dû faire ça.

Je sais. Je m'appelle Will, et vous ?

Laissez-moi descendre, Will. Je vais vous attirer des problèmes.

Elle ne tremblait pas, n'avait pas peur, ne suppliait pas. J'haussais un sourcil, tournant légèrement la tête pour la dévisager.

Dites, vous n'êtes pas très impressionnable !

Ses doigts se glissèrent sous le col de son tee-shirt, pour attraper la chaîne qu'elle portait autour du cou. Deux plaques militaires y pendaient, avec un nom gravé dessus : Alexia Greene. Tiens, tiens...

Trois ans dans l'US Navy. J'ai été démobilisé la semaine dernière.

Et vous êtes venue à Caswell pour...?

Ma cousine a disparu ici, l'automne dernier. Je veux savoir ce qui s'est passé. Mon oncle et ma tante habitent en ville, mais je n'ai pas encore eu le courage d'aller les voir.

Pourquoi cela?

Je ne suis pas très proche d'eux, et Jenny n'aimait pas beaucoup qu'ils lui disent comment élever sa fille. J'ai... un truc à faire, avant d'aller les voir.

Elle semblait réticente à m'en dire plus. Je ne me souvenais pas l'avoir vu réagir quand l'un des hommes m'avait appelé par mon nom de famille, elle ne devait donc pas savoir qui j'étais.

Vous savez, c'est une petite ville. Tout le monde connait tout le monde. Je finirais par savoir ce que vous venez faire dans le coin.

Pourquoi cela vous intéresse?

Je lui adressais mon sourire le plus séducteur.

Peut-être parce que je connaissais Jenny.

Oh ! Alors vous savez qui est le père d'Emy-Rose ? Mon oncle n'a rien voulu me dire. Je crois qu'ils ne s'aiment pas beaucoup...

Je ne pus retenir un éclat de rire. C'était peu de le dire ! Le père de Jenny me détestait cordialement. Parce que j'étais parti, abandonnant sa fille enceinte. Pour ma défense, précisons tout de même que je n'étais pas au courant. Et surtout, il me détestait d'être revenu et de lui avoir pris Emy. Mais la place d'une fille est avec son père, non ?

Pourquoi vous riez?

Vous savez où dormir cette nuit ? Je vous amène chez moi, la maison est grande et je crois que nous avons beaucoup de choses à nous dire.

Elle haussa un sourcil. Je lui sortis mon porte-feuille de ma poche et elle l'ouvrit avec une expression curieuse dans le regard. A l'intérieur il y avait l'une des photos que le notaire m'avait donné lorsqu'il m'avait appris que Jenny voulait que j'ai la garde exclusive de notre fille. Jenny les lui avait donné avec son testament. Celle-ci la représentait à la maternité, un bébé enveloppé dans une petite couverture rose dans les bras. Alexia Greene les reconnu tout de suite, Jenny et Emy-Rose.

J'ai besoin d'une baby-sitter aussi, si jamais vous décidez de rester un moment dans le coin...
[/color]



→ wilo.



Bonjour    fan de forums originaux, j'ai été séduite par celui-ci. C'est avec grand plaisir que je saute le pas et viens poser mes valises à Caswell ! Dans la vie, j'ai 21 ans et je suis une mordue de séries TV.







"Si le sang est la réponse, vous posez la mauvaise question."


Dernière édition par Willow-Daniels Astor le Mer 4 Sep - 18:29, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 01/05/2013
mensonges : 556
multicomptes : gunter fuck you ; tyler would like to try
âge : 21 ans
humeur : apeurée

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: thermodynamique (capacité à absorber la chaleur au détriment de l'environnement)


MessageSujet: Re: Willow-Daniels, Astor. Father of the year.    Mer 4 Sep - 11:08

Yaaah Alex ! Bienvenue I love you


Et moi l'étrange paumée fiancée à l'enténèbrement

Qui n'a connu douleur immense, n'aura qu'un aperçu du temps ; l'aiguille lente qu'il neige ou vente. Qui n'a perdu ne sait la peine ; ni Dieu, ni haine, s'en fout. Et moi pourquoi j'existe quand l'autre dit "je meurs" ? Pourquoi plus rien n'agite ton coeur ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 05/08/2013
mensonges : 251
crédits : Sign @silverlungs
multicomptes : Holy Irene
âge : 22
adresse : Docks
humeur : Fucking tired

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: Oneirokinesis


MessageSujet: Re: Willow-Daniels, Astor. Father of the year.    Mer 4 Sep - 11:27

Bienvenue dans le coin et bon courage pour ta fiche w00t
J'aime beaucoup le pseudo btw I love you 


Survive a horror movie.

Number one: you can never have sex.
Number two: you can never drink or do drugs.
Number three: never, ever, ever under any circumstances say, "I'll be right back." Because you won't be back.
So we're probably all gonna die. Bye.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 24/06/2013
mensonges : 161
crédits : cameleon&tumblr
âge : 30 ans
humeur : Flexible


MessageSujet: Re: Willow-Daniels, Astor. Father of the year.    Mer 4 Sep - 11:50

Alex O' mauve 
Bienvenue !


Some people laugh, some people cry, some people live, some people die, some people run right into the fire, some people hide their every desire, some people fight, some people fall, others pretend they don't care at all.   - WILD HEART
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 24/02/2013
mensonges : 252
crédits : ❖ avatar (c) psychozee ; signature (c) tumblr + code by me + watchmen (quote) + feeling good (muse)..
multicomptes : ❖ none.
âge : ❖ thirty-two y.o.
adresse : ❖ northern hills.
humeur : ❖ énergique mais sombre.

sneak peek
Relations
:
What about the town ?: Indiquez ici si votre personnage est au courant ou non du secret de la ville.
Pouvoir: Uniquement pour les infectés.


MessageSujet: Re: Willow-Daniels, Astor. Father of the year.    Mer 4 Sep - 12:38

Bienvenue sur HC. I love you
Bon courage pour ta fiche. brill


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 06/06/2013
mensonges : 780
crédits : Silverwing ◊ Dnwinchester
âge : 30 ans
adresse : City Center

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: //


MessageSujet: Re: Willow-Daniels, Astor. Father of the year.    Mer 4 Sep - 14:37

Allexxxx rahhh 

Bienvenue sur le forum  happybounce 
Bonne continuation pour ta fiche super



« Le problème avec
les mensonges, était qu'il fallait
ensuite les multiplier. »

◊  Blaze ◊ Stephen King
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hmcming.com/t885-shirley-tiens-c-est-poussiereux-chez
avatar

date d'arrivée : 04/09/2013
mensonges : 19
âge : 37 ans

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
Je sais tout de la vérité
Pouvoir: Uniquement pour les infectés.


MessageSujet: Re: Willow-Daniels, Astor. Father of the year.    Mer 4 Sep - 15:11



Quel accueil !
Merci tout le monde =)




"Si le sang est la réponse, vous posez la mauvaise question."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 05/11/2012
mensonges : 505
crédits : eylika. + tumblr
âge : dix-sept ans
adresse : centre de repos
humeur : vide

sneak peek
Relations
:
What about the town ?: Indiquez ici si votre personnage est au courant ou non du secret de la ville.
Pouvoir: Uniquement pour les infectés.


MessageSujet: Re: Willow-Daniels, Astor. Father of the year.    Mer 4 Sep - 16:20

Bienvenue sur HC,
bonne chance pour la suite de ta fiche I love you




and despite everything i'm still human but i think i'm dying here.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 01/11/2012
mensonges : 621
crédits : Judasnana
âge : 26 ans


MessageSujet: Re: Willow-Daniels, Astor. Father of the year.    Mer 4 Sep - 21:50

Tiens, j'ai vu la bouille d'Alex dans Esprits Criminels avant de venir te valider. :face:J'ai beaucoup aimé ton histoire, on sent que tu t'es bien imprégné des annexes. :heart:Bref :



TU ES VALIDÉ(E) !
Encore une fois bienvenue à toi ! L'équipe administrative te souhaite de vivre une expérience des plus intéressantes sur le forum. Tu peux les contacter pour tout problèmes, pour une question, ou pour le plaisir, si tu as envie de les embêter. Aussi, tu peux voir sur le coté une barre de navigation; ce sont les points importants que tout nouveau membre doit effectuer. Sache que tout le forum t'es maintenant ouvert. Tu peux dès à présent poster ta fiche de liens, de téléphone, d'historiques et partir à la recherche d'un rp. Un administrateur t'ajoutera vite à ton groupe, ton rang te sera donné ainsi qu'une jolie couleur ! Au plaisir de te croiser sur le flood ou bien sur la chatbox !



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 04/09/2013
mensonges : 19
âge : 37 ans

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
Je sais tout de la vérité
Pouvoir: Uniquement pour les infectés.


MessageSujet: Re: Willow-Daniels, Astor. Father of the year.    Jeu 5 Sep - 18:06



Merci beaucoup =)
Oh je l'ai raté pleure 




"Si le sang est la réponse, vous posez la mauvaise question."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 28/10/2012
mensonges : 6230
crédits : JUDAS.
âge : 36 ans.
adresse : Dock N°7. Appart 204.
humeur : Invincible.

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: Orgasme cosmique du grand gourou. Ok, just joking, aucun.


MessageSujet: Re: Willow-Daniels, Astor. Father of the year.    Sam 7 Sep - 10:58

Moi j'adore Alex I love you
En plus ils se sont retrouvés dans deux épisodes de Five-0 avec Norman perv

Bienvenue sur HC un peu en retard I love you




THIS IS HALLOWEEN BITCHES
everybody hail to the pumpkin song
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Willow-Daniels, Astor. Father of the year.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Willow-Daniels, Astor. Father of the year.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Willow Smith {OK}
» HAPPY NEW YEAR
» We wish you a merry chrismas and !a! happy new year ♪
» Mon dieu à moi... [LIBRE Senior Year-A]
» Caroline 'Willow' Floyd

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HOMECOMING △ V.4 :: 
« Home Weird Home »
 :: Yearbook :: Validés
-