AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Isle Deschain ※ sadness is a blessing

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

date d'arrivée : 01/05/2013
mensonges : 556
multicomptes : gunter fuck you ; tyler would like to try
âge : 21 ans
humeur : apeurée

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: thermodynamique (capacité à absorber la chaleur au détriment de l'environnement)


MessageSujet: Isle Deschain ※ sadness is a blessing   Mer 1 Mai - 16:22


→ isle (eleanor) deschain.
21 ans; née le 17/07 à Caswell, Maine; étudiante vétérinaire; thermodynamique (capacité à absorber la chaleur au détriment de l'environnement); infected.
“ oh sadness I'm your girl ”
Il y a l’avant et il y a l’après. Il y a "elles" et puis il y a Isle. Juste Isle.
Petite fille souriante, espiègle et dynamique, elle n’était pourtant pas la meneuse dans le duo qu’elle formait avec sa jumelle, Joanie. D’une bonne nature, plutôt conciliante et souffrant d’une fâcheuse tendance à s’oublier en chemin, elle n’était pourtant pas incapable de s’énerver. Ses crises de nerfs s’apparentaient plutôt à des crises de larmes cela dit, et elle la laissait tellement frustrée et honteuse qu’elle n’allait jamais au bout des choses et préférait trouver refuge dans le fond de son placard, le temps de retrouver son calme. Après ça, penaude, elle venait quémander et distribuer des embrassades aux témoins de la scène. Joanie, plus téméraire et dotée d’un sens aigu de la manipulation dès son plus jeune âge, l’entrainait toujours dans des aventures palpitantes comme seuls les enfants doués d’une imagination sans limite peuvent en vivre.
Sauf que les aventures des enfants ne se terminent pas toujours bien. Joanie l’a appris à ses dépends et depuis, Isle n’a plus été la même. Ses traits de caractères n’étaient plus contrebalancés par ceux de sa sœur, elle n’avait plus personne pour la compléter. Elle a dû réapprendre à jouer seule, à façonner sa propre personnalité sans que sa jumelle puisse arrondir les angles ou la remettre sur le droit chemin en cas de débordement, apprendre à se construire seule dans un monde effrayant.

La Isle d’aujourd’hui, si elle a gardé son côté accommodant, n’est plus aussi mutine qu’auparavant. Mélancolique et fréquemment perdue dans ses pensées, elle passe le plus clair de son temps enfermée chez elle, seule. Elle n’a pas vraiment décidé de se couper du monde, ses parents ont joué un rôle primordial dans ce besoin de solitude qu’elle croit ressentir depuis le décès de sa sœur. Depuis ce jour d’ailleurs, elle est nerveuse (on le serait à moins) et incapable de se détendre bien longtemps, la jeune femme s’impose au quotidien tout un tas de règles à suivre qui la rassurent et lui permettent de ne pas sombrer, de ne pas oublier de vivre. Isle est l’archétype même de la victime, aisément repérable par tous les prédateurs, à son grand détriment. Elle marche la tête basse, à pas rapides, et sursaute au moindre contacte physique (qu’elle évite donc avec le plus grand soin).
Si elle n’accorde pas facilement sa confiance et se méfie du reste du monde, une fois obtenue, celle-ci est acquise à vie. Peu rancunière, la rouquine à un cœur tendre et malléable. Un peu trop pour son propre bien peut-être… Toujours incapable de s’énerver, il lui arrive encore aujourd’hui de s’isoler dans sa penderie où elle peut à loisir laisser éclater sa frustration, ses colères et son chagrin. Là, recroquevillée et tremblante, Isle guette malgré elle l’arrivée de Joanie, venue pour la consoler. Ou peut-être pas… Car sa sœur pourrait bien revenir uniquement dans le but de se venger. Une part d’Isle, celle qui est gangrénée par la culpabilité, savourerait certainement chaque seconde de son châtiment.







→ Quel est votre sentiment vis-à-vis des étrangers ?
Comme tous les enfants, mes parents m’ont défendue dès mon plus jeune âge de leur adresser la parole, d’accepter quoi que ce soit de leur part ou de les suivre où que ce soit. Même si j’ai grandis, je continue à suivre ce principe et ne voit donc pas leur présence d’un bon œil. Evidemment, je sais que tous ne sont pas…comme lui. Parfois j’en viens même à me sentir affreusement coupable de changer de trottoir en croisant un inconnu ou de faire semblant de parler une langue étrangère quand ils me posent une question. Mais c’est plus fort que moi et j’évite d’ailleurs la plupart des gros évènements de la ville, pour éviter d’avoir à en croiser un trop grand nombre. De même, il est très rare que je sois dehors une fois le soleil couché. Il me faut une excellente raison pour m’y contraindre.

→ Que pensez-vous du conseil municipal et de son action ?
Je n’en ai que du bien à dire et je ne comprends d’ailleurs pas leurs détracteurs. Toutes les mesures prises par eux le sont en fonction de l’intérêt de Caswell avant tout. Jusque là, je trouve que nous nous en sommes remarquablement bien sortis, non ? Aucune ville au monde n’est parfaite de toute manière…
Mais mon père s’intéresse davantage que moi à la politique et à vie de notre petite communauté. Il pourra vous en dire plus long sur le sujet.

→ Que pensez-vous des récents événements ? Croyez-vous en toutes ces rumeurs surnaturelles ?
Malheureusement, j’y crois. Je voudrai être capable de reléguer toutes ces affreuses histoires dans un coin de ma tête et les oublier, mais ça m’est impossible. Pas seulement à cause de cette chose que j’ai faite l’autre fois et qui reste à ce jour difficile à expliquer. Je crois aux monstres. Je crois à toutes ces choses dans l’ombre qui n’attendent qu’une seconde d’inattention de votre part pour vous dévorer vivants… Je suis persuadée qu’il existe des forces qui nous dépassent dans l’univers, des forces qui n’œuvrent pas forcément pour notre bien-être.
Mais j’ai la chance d’être encore capable de croire que si le Mal existe, il doit forcément être contrebalancé par le Bien. Je serai certainement devenue folle si je ne m’en étais pas persuadée.

→ Dans quelles circonstances est apparu votre pouvoir et qu’avez-vous ressentit ? (c'est plus mieux de lire l'histoire avant la réponse à cette question, médamzéméssieuh !)
J’étais avec ma mère à ce moment. Elle allait me déposer à l’université, comme tous les matins, puisqu’elle refuse que je prenne les transports en commun ou que je passe mon permis de conduire. Ce jour-là, elle a renversé un chien et j’ai eu une de mes crises de panique… Mais cette fois, il s’est passé quelque chose quand ma mère a tenté de m’apaiser. J’étais morte de froid, tétanisée, et tout à coup, j’ai sentie la chaleur m’envahir de nouveau, beaucoup plus rapidement que d’habitude. Ca a été… C’était plaisant. C’était comme revivre à nouveau et j’en voulais plus. Si vous saviez comme ces crises sont pénibles à endurer, vous comprendriez… Sauf que pendant que je me réchauffais, le corps de ma mère refroidissait à grande vitesse. Elle a finit par perdre connaissance. J’ai appelé les secours immédiatement et elle est revenue à elle pendant que je les attendais. Je n’ai plus osé la toucher après ça.
Aujourd’hui elle va très bien et les médecins ont mis ça sur le compte du choc de l’accident. J’ignorais qu’un traumatisme de ce genre pouvait causer de l’hypothermie… Je sais que les victimes d’accident ont toujours froid mais…c’était différent. Je suis persuadée que tout ça est arrivé à cause de moi, que j’ai provoqué son malaise. Comment ? Je n’en ai aucune idée et je ne suis pas certaine de vouloir le savoir.
Ma mère continue de dire que ce n’est n rien ma faute mais son regard a changé. Elle ne m’approche plus aussi souvent qu’avant. Je crois que je lui fais peur. Je ne peux pas lui en vouloir, je me fais peur aussi.
Je me fais l’effet d’être un vampire. Sauf que ce n'est pas de sang que j'ai faim, mais de chaleur.

→ Avez-vous un secret vous concernant à nous révéler ?
Je suis d’après tout le monde une personne mystérieuse. Je n’en fait pas exprès et, contrairement à ce dont on m’accuse, je ne joue pas les victimes pour me faire plaindre. Je n’entretien pas le mystère intentionnellement, je n’ai juste pas envie de parler de certains détails pour le moins pénibles de ma vie… Je n’aime pas les vautours et la curiosité malsaine. J’en resterai là pour cette question.

→ Avez-vous été témoin dans la ville de choses que vous aimeriez dénoncer ?
Non et si c’était le cas, je ne pense pas que j’irai dénoncer qui que ce soit. Enfin tout dépend de ce dont j’aurai été témoin, bien entendu… De manière générale, j’essaie de me faire toute petite et de ne pas me mêler des affaires des autres.

→ Vous êtes pris dans un cyclone. Des débris sont tombés sur la personne qui vous est la plus chère et sur un enfant que vous ne connaissez pas. Si vous la sauvez cette personne vivra avec un handicap terrible mais l’enfant mourra. Si vous sauvez l’enfant il sera indemne mais l’autre mourra. Vous ne pouvez en sauver qu’un, alors que faites-vous ?
J’aurai sacrifié n’importe qui pour sauver ma sœur, peu importe les conséquences sur sa personne… Il ne me reste que mes parents aujourd’hui et, aussi honteuse que paraisse peut-être cette réponse, je ne crois pas que j’hésiterai longtemps avant de venir à leur secours. Je serai évidemment très attristée pour l’enfant mais… Non, je ne supporterai pas de perdre quelqu’un d’autre. Je ne le supporterai pas.

→ c'est un type qui entre dans un bar, il dit "c'est moi" et en fait, bah c'est pas lui !

J'vais pas faire ma mystérieuse, tout le monde ou presque m'attendait au tournant avec ce DC What a Face J'vous trouve toujours aussi moches et c'est tout ce qui compte !






Et moi l'étrange paumée fiancée à l'enténèbrement

Qui n'a connu douleur immense, n'aura qu'un aperçu du temps ; l'aiguille lente qu'il neige ou vente. Qui n'a perdu ne sait la peine ; ni Dieu, ni haine, s'en fout. Et moi pourquoi j'existe quand l'autre dit "je meurs" ? Pourquoi plus rien n'agite ton coeur ?


Dernière édition par Isle E. Deschain le Jeu 2 Mai - 12:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 01/05/2013
mensonges : 556
multicomptes : gunter fuck you ; tyler would like to try
âge : 21 ans
humeur : apeurée

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: thermodynamique (capacité à absorber la chaleur au détriment de l'environnement)


MessageSujet: Re: Isle Deschain ※ sadness is a blessing   Mer 1 Mai - 16:22


“ tell the world I'm coming home ”

Il avait redouté cette journée comme aucune autre depuis le début de sa vie, débutée il y a vingt deux ans à peine. Ses propres parents l’avaient mis en garde, lui avaient fortement déconseillé de souffler le moindre mot à Alicia à propos de tout cela. Elle était née à Caswell et aimait cette ville autant que lui, mais était-elle réellement prête à découvrir la vérité ? Il se réconfortait avec la pensée qu’elle le ferait par amour, mais surtout avec celle qu’elle n’aurait pas vraiment d’autres alternatives de toute façon… Il la voyait mal quitter la ville alors qu’elle avait déjà du mal à financer ses études d’infirmière. Le monde l’effrayait de toute façon trop pour qu’elle mette les voiles.
Il aurait pu suivre le conseil de ses parents, la demander en mariage sans lui laisser savoir dans quoi elle s’embarquait exactement en épousant un des gardiens de Caswell. Bret aurait pu choisir de la laisser baigner dans l’ignorance, mais il l’aimait trop pour lui mentir. Il avait trop de respect pour sa petite amie. Il fallait qu’il parle.
Egoïstement, il ressentait aussi le besoin d’avoir une alliée, quelqu’un d’autre que ses parents ou un des autres descendants avec qui il n’était pas forcément en bons termes, à qui parler.
Mais il n’était plus temps de réfléchir : Alicia approchait. Elle portait la robe fleurie qu’il lui avait offerte quelques semaines plus tôt et avait noué un ruban blanc dans sa chevelure rousse. Un large sourire sur son visage parsemé de tâche de sons, elle agita la main et couru presque à sa rencontre. L’espace d’une seconde, il faillit renoncer à son plan pour la protéger. Elle lui apparaissait tellement vulnérable, tellement parfaite… Il n’avait aucune envie de lui faire de la peine, de salir son innocence, de l’horrifier avec toutes ces histoires. Mais il chassa cette idée. Il fallait qu’il parle. Il lui devait bien ça.
« Salut » lui sourit-elle en s’installant à ses côtés sur le banc, lissant sa robe en rosissant légèrement.
« Salut » répondit-il avec anxiété, en venant déposer un baiser bruyant sur le coin de ses lèvres discrètement maquillées. « Tu vas bien ? »
« Oui, et toi ? Tu voulais me parler ? »
« O-Oui… »
« Moi aussi j’ai quelque chose à te dire. Toi d’abord ! » l’encouragea-t-elle, toute sourire.
Bret ouvrit la bouche puis la referma de nouveau, mortifié. Sa bouche était sèche, ses mains moites et la tête lui tournait un peu.
« Tu es certain que tout va bien ? » s’inquiéta immédiatement Alicia, son beau sourire se flétrissant à vue d’œil.
« Oui, oui, j’ai juste… C’est juste que… Toi d’abord. »
« Tu…tu n’as vraiment pas l’air dans ton assiette, Bret… Tu es tout pâle et… Oh mon Dieu, est-ce que tu…tu veux qu’on se sépare c’est ça ? Oh mon Dieu, oh mon dieu… »
Bret vit avec horreur que les larmes montaient aux yeux de sa belle et sa panique s’évapora instantanément. Il se tourna sur son assise, attrapa les mains d’Alicia dans les siennes pour les serrer avec force en plongeant son regard clair dans le sien. Il déposa quelques baisers sur son visage tout en prenant la parole.
« Non, non, jamais de la vie ! Je t’aime Alicia ! Je t’aime sans doute trop pour notre propre bien ! »
« Qu’est-ce que ça veut dire ? » gémit-elle, ses yeux humides accrochant désespérément les siens.
« Ca veut simplement dire que tu es tout pour moi et que je ne ferai jamais rien pour te blesser. Jamais ! Je t’aime, Alicia. Je veux faire ma vie avec toi ! Ici, à Caswell ! …Ce n’est pas ce que tu veux aussi ? »
« Si, bien sûr que si ! C’est…c’est tout ce que je veux en fait. C’est toi que je veux Bret ! Pour toujours ! Je t’aime, je t’aime, je t’aime ! » sanglota-t-elle en se jetant sur lui pour l’étreindre de toute la force de ses bras fins, couverts de tâches de rousseurs qu’il adorait.
Lui-même sentait ses yeux le picoter un peu depuis quelques instants. Malheureusement pas uniquement à cause de cette déclaration d’amour enflammée… En fait, ces mots rendaient tout ça plus difficile encore.
« Je suis enceinte, Bret… »
Et ces mots là terminèrent de compliquer une situation déjà impossible à gérer pour le garçon.

**

Isle ouvrit un œil prudent sur le décor, l’esprit encore embrumé par le sommeil. C’était les sanglots que sa mère tentait en vain d’étouffer qui l’avait arrachée à son rêve, mais à ce moment, la petite fille était encore trop déconnectée pour vraiment le réaliser. Elle porta sa main potelée à son visage et frotta ses yeux brûlants.
« Maman ? Qu’est-ce qui s’passe ? » bredouilla-t-elle d’une voix pâteuse et endormie.
« Oh, tu es réveillée ma chérie ? »
« Pourquoi on est dans la voiture ? » demanda encore Isle en observant enfin le décor.
Pourtant, elle se souvenait s’être endormie dans son lit, aux côtés de Joanie, après que sa mère leur ait raconté l’histoire de la petite abeille qui dérangeait ses copains pendant leur travail.
« On va faire un petit voyage ma poupée. Tu peux te rendormir » lui répondit sa mère, tournée sur le siège avant pour pouvoir lui faire face.
C’est à ce moment seulement que la gamine d’à peine cinq ans remarqua qu’elle avait pleuré.
« Pourquoi tu pleures maman ? »
« Qu’est-ce qui y a ? » s’en mêla Joanie qui s’était elle aussi éveillée.
« Rien mes amours, je pleure parce que…je suis très contente, c’est tout. Soyez mignonnes et rendormez-vous d’accord ? On a encore beaucoup de route à faire. »
« D’accord. Mais tu pleures plus alors ? »
« Promis. Fermez vos petits yeux maintenant. »
Les deux filles s’exécutèrent et bientôt, des ronflements réguliers s’élevèrent sur la droite d’Isle. Joanie dormait de nouveau sur son siège auto. Pas sa sœur. Elle vacilla encore un moment entre conscience et inconscience, luttant malgré la fatigue pour rester éveiller. Elle avait l’impression que quelque chose clochait.
D’abord, ça n’était pas le genre de la famille Deschain de partir en vacances. Il leur arrivait d’aller passer le weekend quelque part de temps en temps, mais d’habitude, maman leur disait quand ils partiraient et surtout où. Elle entourait la date sur le calendrier de la cuisine et les filles comptaient le nombre de dodo avant de partir, aidaient à préparer les bagages et pouvaient se vanter auprès de leurs copains de classe. Là, elles n’avaient rien eu l’occasion d’empaqueter. Et si jamais maman avait oublié de prendre sa robé préférée ? Ou son maillot de bain avec des fleurs ? Ou bien son livre d’images favori ?
Et pourquoi maman pleurait-elle ?
« Elles se sont rendormies ? »
Isle ferma les yeux pour feindre le sommeil, juste au moment où Alicia tournait la tête vers ses jumelles pour vérifier.
« Oui… Bret… »
« Je sais. On a suffisamment parlé de tout ça. »
« Si jamais il leur arrive quoi que ce soit… »
« Je sais. Il ne leur arrivera rien Alicia » assura la voix de son père, assis devant elle, derrière le volant.
« Moi ce que je sais, c’est qu’il y a des précédents. Ne me parle pas comme à une folle superstitieuse, Bret, je ne le supporterai pas ! C’est arrivé à d’autres, c’est… »
« Ca ne nous arrivera pas. Je vous protégerai. Je n’ai jamais été si…important pour Caswell. Je ne suis pas si important, Alicia. Il n’y a aucune raison qu’elle veuille nous retenir. Je crois que ça va aller. »
« Tu cr… »
« Je SAIS que ça va aller. Fais-moi confiance… Je t’aime, Alicia. »
« Peut-être trop pour notre propre bien… » entendit-elle murmurer sa mère.
C’est à cet instant que la petite fille perdit son combat et fut emportée malgré elle par Morphée.

**

Isle aurait voulu pouvoir se boucher les oreilles, fermer les yeux avec force, courir se réfugier dans son placard et y attendre le retour de Joanie. Sauf que Joanie ne reviendrait plus. C’était ce que le policier était venu leur dire à l’instant. Sa mère s’était mise à pousser des halètements dérangeant et puis tout à coup, elle avait poussé les pires hurlements imaginables. Isle ne perdait pas une miette de tout ce spectacle. Chaque détail s’imprimerait à jamais dans son esprit, chaque image imprègnerait ses rétines et elle les reverraient chaque fois qu’elle fermerait les yeux.
Elle posa son regard encore sec sur le plus jeune des deux agents venu leur annoncer qu’après trois jours de recherches, ils avaient enfin retrouvé sa sœur. Mais pas dans l’état où ils l’avaient tous espéré. Joanie était morte. L’homme s’était désintéressé de sa mère, prise en charge par son collègue et son mari, et concentrait toute son attention sur elle. Isle constata deux choses. La première était qu’il avait les yeux remplis de larmes. Il pleurait la mort de sa jumelle avant même qu’elle ait pu le faire. La seconde était qu’il paraissait avoir peur d’elle. Le regard qu’il posait sur la gamine était chargé d’angoisse, de honte. Sa première idée fut de le rassurer, de lui dire que rien de tout ça n’était sa faute. Il avait été gentil avec elle ces derniers jours en plus. L’Officier Okana lui avait proposé de jouer à des jeux, lui avait offert un dessin très réussi et lui avait posé des questions sur sa sœur au moment où tout le monde évitait de parler d’elle en sa présence. Mais elle préféra continuer de le fusiller du regard. Parce qu’au fond, c’était tout de même un peu sa faute. Il lui avait promit de retrouver sa sœur. Elle avait naïvement cru que ça voulait dire qu’elle reverrait Joanie et que tout rentrerait dans l’ordre. Il avait abusé de sa confiance. Il l’avait trahie. Elle le détestait et il méritait bien de se sentir un peu morveux…
Son attention fut pourtant détournée par les cris de sa mère qui était devenue hystérique et frappait à présent son père. Toute la colère d’Isle s’évapora tout à coup lorsqu’elle aperçut l’expression de son visage tordu par la rage. Un visage méconnaissable qui lui fit plus mal encore que l’annonce de la mort de sa jumelle. Parce qu’il marquait le changement et donnait du poids à tout ça. Tout devenait subitement réel.
« TU AVAIS PROMIS QUE TOUT IRAIT BIEN ! TU AVAIS JURE QU’IL N’ARRIVERAIT RIEN A MES FILLES ! »
« Calmez-vous Madame Deschain ! Madame Deschain, s’il vous plait ! Lee vient m’aider bon Dieu d’merde ! »
« TU AVAIS PROMIS ! MENTEUR ! SALAUD ! »
Les yeux d’Isle débordaient à présent de larmes brûlantes qui dégoulinaient le long de ses joues. Les vociférations de sa mère furent bientôt couvertes par le carillon qui s’éleva dans ses oreilles qui lui donnaient l’impression d’être en feu. Le reste de son corps en revanche, était glacé.
« Madame Deschain, arrêtez ça, vous allez vous faire mal ! Ca ne sert à rien, s’il vous plait ! »
« JE TE HAIS ! JE TE HAIS ! JE TE HAIS ! »
Juste avant que sa vue ne se brouille tout à fait, elle vit son père, assis sur le sol, pleurer à chaude larmes sans rien faire pour essayer d’échapper aux reproches ou aux coups de sa femme, maintenue par les deux policiers. Sans y prêter attention, elle entoura ses épaules de ses bras et commença à se frictionner pour essayer de palier à ce froid intense qui la transperçait. Un froid piquant, mordant.
Une pensée rassurante lui vint pourtant à l’esprit juste avant qu’elle ne perde connaissance : elle était aussi froide et aussi morte que sa sœur.

**

« Je ne suis pas morte, ce n’est pas moi qui suis morte, je ne suis pas morte » répétait-elle inlassablement, les jambes relevées devant-elle, son front large appuyé sur ses genoux.
Elle tremblait, glacée, depuis de longues minutes maintenant. C’était de cette manière que se manifestaient ses crises d’angoisse d’après le Docteur Spine. Elle se mettait à avoir des palpitations, sa respiration devenait plus laborieuse et elle avait froid. Un froid qu’aucune couverture, qu’aucun pull n’aurait pu atténuer et qui la faisait claquer des dents et frissonner encore et encore. Chaque fois, elle était persuadée que sa dernière heure était arrivée, ce qui n’arrangeait rien à son état d’anxiété.
Si elle souhaitait plus que n’importe quoi au monde être réunie avec sa sœur, chaque fois qu’elle imaginait la scène, elle retrouvait Joanie de son vivant. Un miracle. Isle n’avait aucun désir de mort. Elle avait trop peur de passer le reste de l’éternité à avoir froid à ce point. La mort était froide, elle le savait. Joanie l’avait expérimenté pour elles deux. Et puis jamais elle ne serait capable de torturer ses parents à ce point. C’était toute l’ironie de sa situation…
« Isle ? Isle ma chérie, où es-tu ? »
Elle voulut répondre mais ses mâchoires s’agitaient trop à présent pour laisser passer le moindre son et sa gorge était de toute manière trop serrée.
Il ne fallut qu’un instant à sa mère pour la retrouver dans la penderie de sa nouvelle chambre. Enfin techniquement, c’était son ancienne chambre puisqu’ils étaient revenus à Caswell pour les obsèques de sa jumelle et y avait à nouveau élu domicile. Elle n’avait même pas eu le temps de dire au revoir à Baby ou le reste de ses amis ou à Mme Kershaw, son institutrice de l’époque. Elle avait tout perdu. Rectification : on lui avait tout arraché. Tout ça, c’était sa faute à lui. Le Mordeur.
« Oh Isle, mon bébé… » commença immédiatement à pleurer sa mère en la découvrant au fond de sa cache.
Elle se laissa tomber à ses côtés et l’étreignit avec force. La gamine alla se blottir contre elle, autant parce qu’elle avait besoin d’une épaule pour pleurer (qui ne pouvait pas être celle de Joanie malheureusement) que parce qu’elle avait besoin de chaleur humaine. Si elle pouvait, Isle la lui déroberait sans aucun remord. Tout valait mieux que de se sentir ainsi transpercée. Mais c’était bien évidemment impossible.
Pour le moment du moins.

**

« Va embrasser ton père. »
« Oui maman. »
Une autre personne qu’elle aurait probablement soupiré à cette remarque aussi routinière qu’inutile puisque la jeune femme ne quittait jamais son habitation sans quelques embrassades. Mais Isle était de nature conciliante et elle savait que toutes les manies (pour ne pas parler de névroses) de sa mère surprotectrice n’étaient là que pour lui prouver son amour inconditionnel encore et encore. On avait sauvagement assassiné une de ses petites filles, il était hors de question qu’il arrive quoi que ce soit à la seconde.
Réajustant son sac sur son épaule, elle se dirigea vers le salon pour déposer un baiser sur la joue de son père, trop affaibli par le cancer qui le rongeait depuis quelques mois pour venir à sa rencontre lui-même. Il lui adressa un sourire un peu forcé, caressa le bout de ses longs cheveux roux d’une main osseuse avant de la laisser retomber mollement sur ses cuisses.
« Bonne journée papa. »
« A toi aussi. »
Isle lui adressa un dernier sourire et rejoignit Alicia à l’extérieur de la maison pour qu’elle puisse la conduire à l’université qu’elle fréquentait depuis l’obtention de son diplôme. Si ça n’avait tenu qu’à sa mère, elle lui aurait servi elle-même de professeur là encore… Mais elle avait du se résigner à la laisser quitter le nid et avait repris le travail à l’hôpital de Caswell pour occuper ses journées autrement qu’en se rongeant les sangs. Et quand elle ne jouait pas les infirmières là-bas, elle les jouait à la maison, avec Bret.
Tout ça, c’était la sa faute. Si les choses s’étaient passées autrement, si Joanie n’avait pas été brutalement arrachée à eux, tout irait certainement pour le mieux dans le meilleur des mondes.
Isle se glissa sur la banquette arrière (sa mère détestant la savoir installée sur un siège qu’on appelait la place du mort), boucla sa ceinture et ouvrit sa sacoche pour en tirer un épais livre de biologie qu’elle commença à parcourir. Sa mère démarra l’auto après avoir jeté un œil dans son rétro pour s’assurer que sa fille était bien attachée, et elles se dirigèrent à vitesse réduite vers l’université.

Elles roulaient depuis quelques minutes seulement, empruntant un petit chemin de terre tranquille, lorsque sa mère pila tout à coup, poussant un hurlement strident juste avant que la voiture subisse un choc. Isle resta un moment cramponnée à sa ceinture de sécurité, haletante, ses grands yeux clairs écarquillés.
« Isle, mon Dieu tu vas bien ? » s’inquiéta sa mère en se détachant pour se retourner plus facilement vers elle.
Isle sentit ses mains sur son visage qu’elle tentait d’examiner, puis sur ses mains qu’elle serra sans douceur dans les siennes.
« O-Oui, ça va maman, j’ai juste eu peur. Qu’est-ce que c’était ? »
« Tu es certaine que tu n’as rien ? Tu n’as pas mal à la nuque ? Evite de trop bouger on... »
« Maman, je t’assure que ça va. Qu’est-ce qui s’est passé ? »
« Je crois que j’ai heurté un chien. »
Et sur ces mots, elle se détourna à regrets de sa fille pour descendre de la voiture. Isle voulu l’imiter mais sa mère lui cria de rester à l’intérieur, au cas où. Dans un premier temps, la jeune femme lui obéit mais après quelques instants, n’y tenant plus, elle s’extirpa de la banquette pour rejoindre Alicia. Cette dernière était accroupie aux côtés de l’animal, à quelques mètres de la voiture imoblisée.
« Est-ce qu’il respire ? »
« Non, c’est terminé. Il a déboulé de nulle part. »
Isle déglutit péniblement et termina d’avancer. Mis à part le sang qui s’écoulait de son nez et sa mâchoire vraisemblablement déboité, l’animal semblait aller bien. Si on occultait le fait que sa poitrine ne se soulevait plus…
« Qu’est-ce que tu fais là ? Je t’ai demandé de rester dans la voiture ? »
« Je voulais voir si…si je pourrais aider… » couina Isle qui était au bord des larmes et se sentait un peu nauséeuse.
Ses plans de carrière en prenaient un sacré coup. Si elle fondait en larmes chaque fois qu’elle était confrontée à la mort d’un animal… A la mort tout court…
« Isle, retourne dans la voiture. »
« Il faut le… »
« Je sais ce qu’il faut faire. Maintenant va dans la voiture » répéta sa mère en se redressant pour l’y conduire elle-même.
Une fois sa fille enfermée à l’arrière, elle alla chercher une couverture dans le coffre pour y mettre l’animal qu’elle placerait dans le coffre. Isle la regarda faire, sentant son cœur battre dans sa poitrine qui lui faisait l’impression de rétrécir et de se transformer en étau. Chaque inspiration devenait plus difficile que la précédente et tout à coup, elle fut parcourue d’un pénible frisson. Comme si on lui avait soudain renversé un baquet d’eau glacée sur le dos. Ses dents commencèrent à claquer.
Le temps que sa mère en finisse avec sa besogne, Isle pleurait à chaudes larmes, tremblante comme une feuille, lamentablement recroquevillée sur elle-même. Dès que sa mère l’aperçue, elle se précipita à l’arrière pour l’étreindre amoureusement.
« Ce n’est rien, ça va aller. C’était un vieux chien apparemment, peut-être qu’il était sourd ou aveugle, c’est pour ça qu’il ne m’a pas vue venir. Je suis désolée ma chérie, mais ça va aller. »
« Non, ça…ça ne va pas…ça ne va pas du tout » parvint-elle à articuler entre deux claquements de dents.
« Respire calmement, ça va passer. »
Isle ferma les yeux avec force et se raccrocha désespérément au corps chaud de sa mère. Comme toujours, elle était prise de la volonté farouche de la dépouiller de sa chaleur, de se l’approprier. Elle avait besoin de réchauffer son corps transi. Elle ne voulait pas ressembler à Joanie. Joanie qui était glacée quand on avait retrouvé son cadavre mutilé au milieu de nulle part, abandonné aux charognards comme un vulgaire paquet de viande froide.
Comme toujours, elle commença à répéter sa litanie. « Je ne suis pas morte, ce n’est pas moi qui suis morte, je ne suis pas morte, pas morte ». Des picotements désagréables continuèrent de la torturer, comme lorsque l’on vient mettre ses mains au-dessus du feu après avoir passé un long moment dehors par une froide journée d’hiver. Mais c’était au moins le signe qu’elle se réchauffait. Tout son corps fourmillait de cette manière. Elle sentait sa mère trembler contre elle également et entendait sa respiration devenir plus hachée pendant que la sienne se stabilisait un peu. Surement à cause du traumatisme.
« Isle… »
L’intéressée ne répondit rien et serra plus fort encore sa mère. Elle arrivait enfin à se réchauffer et était certaine que le processus s’arrêterait dès l’instant ou leur deux corps se sépareraient.
« Isle, attends, je… »
Alicia tenta de s’écarter mais sa fille ne la laissa pas faire. Poussant un gémissement plaintif, elle entremêla ses doigts et scella ainsi ses mains l’une dans l’autre pour empêcher toute fuite.
« Isle, lâche-moi ! Lâche-moi ! »
Mais c’était hors de question. La chaleur qui l’envahissait était trop précieuse, elle en avait trop besoin. Le flot de ses larmes s’était à présent tari et elle sentait ses muscles jusque là crispés par ce froid étrange qui la possédait parfois se détendre enfin. Et peu à peu, se furent ceux de sa mère qui se détendirent alors qu’elle se débattait de moins en moins efficacement. Jusqu’au moment où elle devint complètement molle entre les bras d’Isle. Elle venait de perdre connaissance.





Et moi l'étrange paumée fiancée à l'enténèbrement

Qui n'a connu douleur immense, n'aura qu'un aperçu du temps ; l'aiguille lente qu'il neige ou vente. Qui n'a perdu ne sait la peine ; ni Dieu, ni haine, s'en fout. Et moi pourquoi j'existe quand l'autre dit "je meurs" ? Pourquoi plus rien n'agite ton coeur ?


Dernière édition par Isle E. Deschain le Jeu 2 Mai - 12:11, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 06/04/2013
mensonges : 843
crédits : Valingaï
âge : 20 ans
adresse : Normalement sa caisse, actuellement chambre d'hötes
humeur : Perturbé

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir:


MessageSujet: Re: Isle Deschain ※ sadness is a blessing   Mer 1 Mai - 16:23

ISLEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE /o/

j'dirai qu'une chose.... ENFIIIIN ! woohoo





Je m’enivre, je m'enfume, mais surtout, je t'emmerde.
«camillealice»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 01/11/2012
mensonges : 2451
crédits : Croco ; signature episkey; gif Tumblr
âge : 26 years old.
adresse : 515, Northern Hills
humeur : Lunatique sur les bords

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: Démocularisation cellulaire


MessageSujet: Re: Isle Deschain ※ sadness is a blessing   Mer 1 Mai - 16:26

J'me disais justement que ça manquait de rousse sur le forum What a Face

Rebienvenue vieux Gunter. J'aime beaucoup son métier dummyj



      We are unusual and tragic and alive
      Because such violent, wild love works like a fit, like a deadly noose, like an illness, and - as soon as you reach satisfaction - the scales fall at once and the opposite feeling appears: disgust and hatred, the wish to exterminate, to crush...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://b-velvet.forumactif.org/
avatar

date d'arrivée : 01/05/2013
mensonges : 556
multicomptes : gunter fuck you ; tyler would like to try
âge : 21 ans
humeur : apeurée

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: thermodynamique (capacité à absorber la chaleur au détriment de l'environnement)


MessageSujet: Re: Isle Deschain ※ sadness is a blessing   Mer 1 Mai - 16:39

Mehehe, merci mauve Ca rend toutes mes remarques sur la chevelure maudite de Judith encore plus drôles, n'est-ce pas ?

J'ai hâte qu'on mette tout en place, Baby !


Et moi l'étrange paumée fiancée à l'enténèbrement

Qui n'a connu douleur immense, n'aura qu'un aperçu du temps ; l'aiguille lente qu'il neige ou vente. Qui n'a perdu ne sait la peine ; ni Dieu, ni haine, s'en fout. Et moi pourquoi j'existe quand l'autre dit "je meurs" ? Pourquoi plus rien n'agite ton coeur ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 01/11/2012
mensonges : 2451
crédits : Croco ; signature episkey; gif Tumblr
âge : 26 years old.
adresse : 515, Northern Hills
humeur : Lunatique sur les bords

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: Démocularisation cellulaire


MessageSujet: Re: Isle Deschain ※ sadness is a blessing   Mer 1 Mai - 16:43

Mais nanh, puis Judith elle compte pour du beurre. En plus elle se prend pour terminator What a Face



      We are unusual and tragic and alive
      Because such violent, wild love works like a fit, like a deadly noose, like an illness, and - as soon as you reach satisfaction - the scales fall at once and the opposite feeling appears: disgust and hatred, the wish to exterminate, to crush...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://b-velvet.forumactif.org/
avatar

date d'arrivée : 17/01/2013
mensonges : 2532
crédits : valingaï (avatar) ; sweet peach (signature).
multicomptes : seksi zombie.
âge : vingt-six ans.
adresse : downtown.
humeur : massacrante.

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
Je sais tout de la vérité
Pouvoir:


MessageSujet: Re: Isle Deschain ※ sadness is a blessing   Mer 1 Mai - 16:45

(traj, you better run and hide. I'M COMING FOR YOU.)

genre t'espères faire de l'ombre à ma magnifique chevelure yo ? nop
What a Face

à part ça, rebienvenue enflure. ohyeah pis j'aime beaucoup le début de ta fiche, j'ai hâte de voir la suite. mauve


woken up like an animal
my mind's lost with nightmares streaming. woken up kicking, screaming. underneath the skin, there's a human. buried deep within, there's a human. and despite everything, i'm still human. but i think i'm dying here.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 28/10/2012
mensonges : 6230
crédits : JUDAS.
âge : 36 ans.
adresse : Dock N°7. Appart 204.
humeur : Invincible.

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: Orgasme cosmique du grand gourou. Ok, just joking, aucun.


MessageSujet: Re: Isle Deschain ※ sadness is a blessing   Mer 1 Mai - 16:50

What a Face
Dans ma tête Hunter+petitemignonnerousse= YOU WON'T FOOL ME !

Laisse tomber Judith, soit une bonne reine et accepte de te retirer dignement What a Face

Re bienvenue Gunter I love you




THIS IS HALLOWEEN BITCHES
everybody hail to the pumpkin song
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Invité



MessageSujet: Re: Isle Deschain ※ sadness is a blessing   Mer 1 Mai - 16:56

Elle est toute choupi la p'tite ! hug

Bienvenu à ce nouveau compte dummyj !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

date d'arrivée : 01/05/2013
mensonges : 556
multicomptes : gunter fuck you ; tyler would like to try
âge : 21 ans
humeur : apeurée

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: thermodynamique (capacité à absorber la chaleur au détriment de l'environnement)


MessageSujet: Re: Isle Deschain ※ sadness is a blessing   Mer 1 Mai - 17:16

On le sait tous que c'est une COULEUR Judith ! Tu triches !! Shocked

Shut up Ash ! I'm the queen of the fools ! ...Wait a seconds...that's not what i meant ! NOOO *fond*

Merci à vous en tout cas ! J'espère que la suite vous plaira et que ce sera pas trop indigeste. J'étais partie sur une petite fiche tranquille et en fait, ça commence déjà à faire long... J'ai à peine commencé XD heeelp


Et moi l'étrange paumée fiancée à l'enténèbrement

Qui n'a connu douleur immense, n'aura qu'un aperçu du temps ; l'aiguille lente qu'il neige ou vente. Qui n'a perdu ne sait la peine ; ni Dieu, ni haine, s'en fout. Et moi pourquoi j'existe quand l'autre dit "je meurs" ? Pourquoi plus rien n'agite ton coeur ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 03/11/2012
mensonges : 2697
crédits : ✛ lysergic acid.
multicomptes : ✛ charlie l. o.-b. & bartholomew i. s.
âge : ✛ 18 y.o.
adresse : ✛ northern hills
humeur : ✛ biatch all the way.

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
Je sais tout de la vérité
Pouvoir: Uniquement pour les infectés.


MessageSujet: Re: Isle Deschain ※ sadness is a blessing   Mer 1 Mai - 17:32

JUDITH IS DA QUEEN. nop
Mais rebienvenue quand même mofo mauve


and it's breaking over me, now i am under, oh, never let me go, never.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 03/02/2013
mensonges : 307
crédits : tumblr/bazzart
âge : 12 ans
humeur : hmpf.

sneak peek
Relations
:
What about the town ?: Indiquez ici si votre personnage est au courant ou non du secret de la ville.
Pouvoir: Uniquement pour les infectés.


MessageSujet: Re: Isle Deschain ※ sadness is a blessing   Mer 1 Mai - 18:06

REBIENVENUE 8D


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 10/04/2013
mensonges : 263
crédits : kidd & tumblr
multicomptes : Sam made by Kronenbourg
âge : trente huit ans
adresse : downtown

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir:


MessageSujet: Re: Isle Deschain ※ sadness is a blessing   Mer 1 Mai - 19:22

Rewelcome, asshole I love you
t'es belle, en rousse. What a Face

j'ferai toujours des bisous sur tes fesses, don't worry. perv


Her white blank page and a swelling rage, rage. You did not think when you sent me to the brink, to the brink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 01/11/2012
mensonges : 621
crédits : Judasnana
âge : 26 ans


MessageSujet: Re: Isle Deschain ※ sadness is a blessing   Mer 1 Mai - 20:04

Rebienvenue perv



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invitéavatar
Invité



MessageSujet: Re: Isle Deschain ※ sadness is a blessing   Mer 1 Mai - 20:20

CUNTer What a Face

Rousse ? J'tiens à vérifier

Rebienvenuemicrobe !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

date d'arrivée : 08/04/2013
mensonges : 909
crédits : chevalisse (avatar), silver lungs (code signature) tumblr (gif).
âge : 29 ans.


MessageSujet: Re: Isle Deschain ※ sadness is a blessing   Mer 1 Mai - 20:23

Rebienvenue dans le coin. What a Face


i was here. i will be here.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 01/05/2013
mensonges : 556
multicomptes : gunter fuck you ; tyler would like to try
âge : 21 ans
humeur : apeurée

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: thermodynamique (capacité à absorber la chaleur au détriment de l'environnement)


MessageSujet: Re: Isle Deschain ※ sadness is a blessing   Mer 1 Mai - 20:26

muhuhu vous êtes so in love de moi-même gnii Continuez comme ça et j'essaierai peut-etre de vous respecter un minimum les gros moches (merci zà tous quand même, je vous embrasse le pet !)

Tu pourras pas vérifier Olivia, je ne suis pas une fille facile, nah ! disb


Et moi l'étrange paumée fiancée à l'enténèbrement

Qui n'a connu douleur immense, n'aura qu'un aperçu du temps ; l'aiguille lente qu'il neige ou vente. Qui n'a perdu ne sait la peine ; ni Dieu, ni haine, s'en fout. Et moi pourquoi j'existe quand l'autre dit "je meurs" ? Pourquoi plus rien n'agite ton coeur ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 01/11/2012
mensonges : 2451
crédits : Croco ; signature episkey; gif Tumblr
âge : 26 years old.
adresse : 515, Northern Hills
humeur : Lunatique sur les bords

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: Démocularisation cellulaire


MessageSujet: Re: Isle Deschain ※ sadness is a blessing   Jeu 2 Mai - 14:50

Je me suis plongé dans ton histoire qui est très intéressante I love you Tu es une nouvelle fois validé la cloche.

TU ES VALIDÉ(E) !
Encore une fois bienvenue à toi ! L'équipe administrative te souhaite de vivre une expérience des plus intéressantes sur le forum. Tu peux les contacter pour tout problèmes, pour une question, ou pour le plaisir, si tu as envie de les embêter. Aussi, tu peux voir sur le coté une barre de navigation; ce sont les points importants que tout nouveau membre doit effectuer. Sache que tout le forum t'es maintenant ouvert. Tu peux dès à présent poster ta fiche de liens, de téléphone, d'historiques et partir à la recherche d'un rp. Un administrateur t'ajoutera vite à ton groupe, ton rang te sera donné ainsi qu'une jolie couleur ! Au plaisir de te croiser sur le flood ou bien sur la chatbox !



      We are unusual and tragic and alive
      Because such violent, wild love works like a fit, like a deadly noose, like an illness, and - as soon as you reach satisfaction - the scales fall at once and the opposite feeling appears: disgust and hatred, the wish to exterminate, to crush...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://b-velvet.forumactif.org/
avatar

date d'arrivée : 23/03/2013
mensonges : 3174
crédits : judas
multicomptes : isle ginger deschain & tyler crazy lawson
âge : 34 ans
adresse : à droite et surtout à gauche, vous ne le trouverez jamais chez lui
humeur : en plein pétage de plomb (et de gueules)

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: J'ai le pouvoir de t'casser les dents si tu continues à mater...


MessageSujet: Re: Isle Deschain ※ sadness is a blessing   Jeu 2 Mai - 15:05

C'toi la cloche, la cloche !

Merciiiii sqeee


Gunter is
Gipsy Danger

(for this week only ladies)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 24/02/2013
mensonges : 252
crédits : ❖ avatar (c) psychozee ; signature (c) tumblr + code by me + watchmen (quote) + feeling good (muse)..
multicomptes : ❖ none.
âge : ❖ thirty-two y.o.
adresse : ❖ northern hills.
humeur : ❖ énergique mais sombre.

sneak peek
Relations
:
What about the town ?: Indiquez ici si votre personnage est au courant ou non du secret de la ville.
Pouvoir: Uniquement pour les infectés.


MessageSujet: Re: Isle Deschain ※ sadness is a blessing   Sam 4 Mai - 17:45

Avec un poco de retard Arrow ...

Bienvenue parmi nous J'adore ton pseudo, et pis et pis... Cintiaaaaaaaa bave brill
En espérant que tu t'amuseras bien par ici yeah


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Isle Deschain ※ sadness is a blessing   

Revenir en haut Aller en bas
 

Isle Deschain ※ sadness is a blessing

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» RPG Black Isle : Baldur's Gate, Fallout, etc ...
» you can get addicted to a certain kind of sadness, like resignation to the end, 07.04 - 02:30.
» Winds Blessing
» People do not die from suicide, they die from sadness ○ Rahel & Ether
» A la recherche des chevaux du Père Noël ! [Sam, Sadness, Lys]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HOMECOMING △ V.4 :: 
« Home Weird Home »
 :: Yearbook :: Validés
-