AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Miroir, miroir [Hunter]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar

date d'arrivée : 23/03/2013
mensonges : 3174
crédits : judas
multicomptes : isle ginger deschain & tyler crazy lawson
âge : 34 ans
adresse : à droite et surtout à gauche, vous ne le trouverez jamais chez lui
humeur : en plein pétage de plomb (et de gueules)

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: J'ai le pouvoir de t'casser les dents si tu continues à mater...


MessageSujet: Re: Miroir, miroir [Hunter]   Mar 9 Avr - 12:24

❝ oh 'cause with them she's flying ❞
Can you blame the sky when a mama leaves her babies behind ?
Can you blame the sea, oh can you blame the sea ?
'Cause she's a flowin' in that water deep
Is it the dirt that you envy so
'Cause in it her strong roots still grow
I'll blame those birds flocking so

Un pauvre type avec une raie impeccable ? L’image lui donne franchement envie de se marrer, mais il n’arrive pas à se laisser aller autant pour ça. Hunter laisse tout de même échapper une petite exclamation amusée alors qu’il tourna la tête vers Baby qui lui sourit aussi en ajoutant une remarque plutôt flatteuse. Effectivement, même s’il n’a pas l’air d’être un garçon tout ce qu’il y a de propret, le tatoueur aussi parierait plutôt sur lui-même en cas de combat à la loyale.
« Je confirme. »
Là où il y a de la gêne, il n’y a pas de plaisir et le trentenaire ne voit pas de raison de jouer les faux modestes. Ils sont tous les deux d’accord sur un point, pratiquement pour la première fois depuis leur rencontre (qui ne remonte certes à pas très longtemps), alors autant en profiter.

Le silence s’installe entre eux. Un silence un rien moins pesant que précédemment mais encore pas mal chargé de gêne. Hunter ne sait pas vraiment comment le rompre, son cerveau est toujours aussi vide. Il s’est fait gentiment nier quand il a demandé à Baby où il comptait aller et il ne compte pas s’exposer une fois encore à ce genre d’humiliation. Il a sa fierté tout de même.
Il pourrait orienter la conversation sur un sujet bateau, comme la caisse du garçon qui apparemment refuse de démarrer… Sauf qu’il n’a justement aucune envie d’avoir ce genre d’échange au sujet de la pluie et du beau temps.
Toute cette situation est décidément embarrassante.

Baby semble prendre son silence pour une conclusion puisqu’il éteint sa clope à demi consumée seulement et s’écarte du véhicule pour reprendre son sac. Hunter l’imite, gardant ses mains dans les poches de son jean en le suivant du regard, l’air toujours un peu soucieux.
Parce qu’il commence à l’être. Où va dormir le môme cette nuit ? Toutes les chambres sur des dizaines de kilomètres à la ronde sont réservées depuis longtemps à cause de la fête qui aura lieu demain. Sa voiture est apparemment en rade, il ignore s’il a assez de thune pour se payer le bus jusqu’à chez lui, ou que ça soit et il n’aime pas l’idée de le savoir partir en stop. Pas avec tout ce qui se passe en ce moment. Si Hunter ne donne pas beaucoup de crédit à toute la dimension paranormal des récents évènements, il ne peut nier que le taux de mortalité a augmenté dans la région… Et que les étrangers sont mal vus dans le coin depuis l’affaire Gloria.

Heureusement, avant qu’il ait eu besoin de se mouiller, Baby prend la parole te propose qu’ils échangent leurs numéros.
« Ouais. Ouais, OK, ça m’va. »
Avant que les mots sortent de sa bouche, il ne s’était pas vraiment douté qu’il en avait envie. Il tire son portable de sa poche (et réalise par la même occasion qu’en fait, il le tripotait depuis tout à l’heure inconsciemment, n’attendant qu’un mot de la part du jeune homme) et donne son numéro à Baby qui fait de même.
« Au fait… J’connais une garagiste dans le coin qui pourrait venir te dépanner. J’touche pas trop aux engins à quatre roues, j’suis plus de c’genre là » explique-t-il en désignant sa Harley, garée de l’autre côté de la rue, à deux pas du salon. « Sauf si t’avais autre chose de prévu. T’façon, si tu la laisses là, elle sera dégagée par la fourrière dans moins d’une heure. Ca va te coûter un bras d’la faire sortir, tu devras payer les réparations et en plus… On a un genre de fête qu’est organisée ici demain, t’as du voir les flyers un peu partout en ville en arrivant… Enfin bref, faudra que t’attendes au moins deux jours avant de la récupérer » débite Hunter avant de se racler la gorge nerveusement, conscient d’avoir livré sa plus longue tirade depuis leur rencontre. « T’as un endroit où crécher ? Parce que si c’est pas le cas, ça va être chaud à la dernière minute, sérieusement… »


Gunter is
Gipsy Danger

(for this week only ladies)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 06/04/2013
mensonges : 843
crédits : Valingaï
âge : 20 ans
adresse : Normalement sa caisse, actuellement chambre d'hötes
humeur : Perturbé

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir:


MessageSujet: Re: Miroir, miroir [Hunter]   Mar 9 Avr - 15:43

Au moment où on s'échange nos numéros, j'me sens comme une pétasse des boites de nuit. Celle qui passe la nuit à te rendre dingue, ou du moins à essayer, et qui te refile son téléphone dans l'espoir que tu l'appelles. Évidemment, tu le fais jamais, parce que tu as d'autres chats à fouetter et que tu en as jamais rien à foutre. Là, maintenant, tout de suite, je prends la ferme résolution de toujours les rappeler, même si c'est pour leur dire d'aller se faire foutre, si ça peut m'apporter l'espoir que je reverrai un jour mon frère. C'est con, j'sais, mais j'crois qu'au fond, maintenant que je l'ai enfin vu, que j'ai pu le rendre... réel, humain, bah j'ai plus envie d'le laisser.
J'ai envie de croire qu'on puisse construire quelque chose, l'genre de truc con qu'on peut voir dans les émissions qu'Helen regardait parfois. Rattraper les années, ou une merde dans le genre. Évidemment, je ne lui dit pas. Parce que je suis pas une de ces pétasses des boites de nuit.
J'enrengistre son numéro, vous pouvez pas savoir à quel point ça me fais bizarre... J'ai passez ma jeunesse à m'imaginer qui était ce Hunter dès l'instant où j'ai su qu'il n'était pas un fantasme de ma mère ou un bébé mort reposant six pieds sous terre. Et là, là... Non seulement il est devant moi, non seulement il est plutôt cool mais en plus... Bah c'est mon frère. J'percute, peu à peu, tout ce que cela implique, et je me rends à compte de ma connerie. Comment j'ai pu croire qu'en débarquant ici, tout pourrait rester comme avant ? Comment j'ai pu croire, qu'il serait facile pour moi de repartir d'ici ?

Je range mon portable et cette fois ci, je m’apprête vraiment à partir (j'arrive à bout d'excuse pour rester) sauf que, bah pour le coup, c'est lui qui me retiens, et dans ma tête de gosse pas tout à fait finit, bah j'ai envie d'croire qu'il n'ai pas envie que je me tire. Si c'est l'cas, il est quand même plus doué que moi pour trouver d'bonnes raisons. - Attends, c'est à toi ? Mon regard glisse vers la moto qu'il désigne, et bien malgré moi, mes yeux pétillent. Ça, c'est de la moto. Le genre de truc que je ne pourrai jamais me payer, mais que je rêve de conduire. Putain, avec ça, on doit avaler les kilomètres sans s'en rendre compte. Je l'écoutes plus que d'une oreille, et du coup, je pense plus vraiment à mentir. - Que ce soit pour le garage, ou pour la fourrière... j'ai pas vraiment les tunes.
Je n'ose même pas imaginer le nombre de con que je vais devoir dépouiller si j'veux pouvoir réparer ma caisse. Avec la chance que j'ai, ça va encore être un putain de problème dans le moteur, qui va se charger de m'achever.
Mais je paierai... parce que ma caisse, je l'aime.

Mon regard ne quitte pas la Harley. - Ouais, j'ai vu ça, ça m'a fais rire d'ailleurs que ce soit justement demain. Pourquoi ? Bah parce que demain c'est mon anniversaire. Mes 20ans. Vous exciter pas hein... Y'aura rien d’extraordinaire, hein. Il sera comme tous mes autres anniversaires, j'le passerai seul, sur la route, ou ailleurs. J'sais pas trop, j'm'en fou un peu. J'ai l'habitude... La seule fois où j'ai eu le droit à un gâteau et même un cadeau, c'était pas l'bon jour. Ça devait être celui d'Hunter, parce que c'était son nom écrit maladroitement sur le gâteau. Je finis par reporter mes yeux vers lui, et hausser légèrement les épaules. - J'comptais dormir dans ma caisse à l'origine. Mais là, visiblement c'est foutu. Et puis merde, je m'en bat les couilles, c'est pas la première fois que je dormirai dehors, Mon regard revient rapidement sur la moto, et je dois avouer que je lutte pour ne pas simplement traverser et aller l'admirer de plus près et puis dans ma tête ça finit par faire tilt : - Deux jours ?!

Mais je vais faire quoi, pendant deux jours ?! J'ai épuisé mes dernières tunes pour le plein d'essence, j'ai pas bouffer d'puis que je partie, et même avec des tunes, visiblement je pourrai trouver aucune place dans un hôtel. Et vlan, dans la gueule, jme le bouffe le retour du Karma.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 23/03/2013
mensonges : 3174
crédits : judas
multicomptes : isle ginger deschain & tyler crazy lawson
âge : 34 ans
adresse : à droite et surtout à gauche, vous ne le trouverez jamais chez lui
humeur : en plein pétage de plomb (et de gueules)

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: J'ai le pouvoir de t'casser les dents si tu continues à mater...


MessageSujet: Re: Miroir, miroir [Hunter]   Mar 9 Avr - 18:51

❝ oh 'cause with them she's flying ❞
Can you blame the sky when a mama leaves her babies behind ?
Can you blame the sea, oh can you blame the sea ?
'Cause she's a flowin' in that water deep
Is it the dirt that you envy so
'Cause in it her strong roots still grow
I'll blame those birds flocking so

Hunter se mordille la lèvre inférieure, essayant de démêler le problème de logement du garçon. A une époque, il aurait certainement été le bienvenu dans n’importe quel foyer de Caswell, les gens d’ici étant de manière générale plus curieux que prudent. Ils auraient été prêts à accueillir n’importe qui sous leur toit en échange de quelques infos croustillantes, sur le monde extérieur, de quelques aventures trépidantes à vivre par procuration. Tout pour s’arracher à la monotonie de leurs existences. Mais ce temps est révolu et ce soir, s’il ne se trouve pas un hôtel, Baby dormira à la belle étoile.
La solution la plus évidente serait de l’héberger lui-même pour la nuit, mais Hunter ne s’en sent très honnêtement pas capable. Même si la tension entre eux semble s’être apaisé, il n’a pas la moindre envie de précipiter les choses et de se forcer à quoi que ce soit. Il va devoir digérer cette histoire rocambolesque et envisage d’ores et déjà de passer rendre une visite à son paternel avant d’envisager de croiser à nouveau celui qui s’est présenté à lui comme son demi frère.
Il n’en est plus au stade de remettre sa parole en doute, c’est simplement… qu’il a besoin de temps.

« Deux jours, ouais. Demain quasiment tous les commerces seront fermés et après demain, la moitié de la ville aura la gueule de bois et l’autre sera occupée à tout remettre en état pour que la vie reprenne son cour… » explique-t-il avec le plus grand sérieux, en continuant de réfléchir à une solution qui puisse convenir à tout le monde. Et avant toute chose à lui, bien entendu. « J’ai une amie qui tient une maison d’hôtes dans le coin. C’est pas hyper loin à pieds, j’peux te filer l’adresse… Et te dessiner un itinéraire. Elle a des plans de la ville, elle pourra t’en filer un si jamais tu veux profiter de la petite sauterie demain et bouger un peu. »
Car il est inconcevable pour Hunter de le conduire sur place, tant parce qu’il n’a pas spécialement envie de faire une virée en moto avec Baby, que parce que l’idée de croiser Ana ne l’enchante pas des masses.
« Elle affichera sûrement complet mais, si tu dis que tu viens de ma part et que t’es pas trop exigeant, elle devrait te trouver un canapé et une couverture. »
Il est presque certain que la jeune femme n’osera pas renvoyer Baby d’où il vient en apprenant que le dépanner lui rendrait service. Une part de lui se sent un peu coupable de profiter de cette manière de la situation mais à situation désespérée…
« Elle te demandera pas de payer mais si tu peux rendre deux trois services en compensation, ce sera cool. Par contre pour le garage, je peux pas t’promettre que tu t’en tires aussi bien. »

Quel crétin débarque dans un endroit qu’il ne connaît pas, sans un sou en poche, et dans un tacot pareil ? Qu’est-ce qu’il espérait au juste ? Est-ce qu’il a seulement pris la peine de réfléchir aux conséquences de sa venue à Caswell ? Il lui a dit avoir pensé à ce qu’il ferait une fois sur place, au fait qu’il comptait lui casser la gueule, mais jusqu’où s’est-il projeté exactement ? S’attendait-il à ce que personne ne réagisse face à un tel déploiement de violence ? Ce débile impatient n’a apparemment même pas pris la peine de se renseigner sur le genre d’établissement où Hunter travaille avant de faire le déplacement…
Lui aussi est un adepte des décisions coup de tête, mais pas à ce point là. Du moins le pense-t-il.
« Alors, qu’est-ce que t’en dis ? »


Gunter is
Gipsy Danger

(for this week only ladies)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 06/04/2013
mensonges : 843
crédits : Valingaï
âge : 20 ans
adresse : Normalement sa caisse, actuellement chambre d'hötes
humeur : Perturbé

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir:


MessageSujet: Re: Miroir, miroir [Hunter]   Mar 9 Avr - 19:37

- Connerie d'célébration...

La poisse putain... J'fais passer mes vingts seul, dans une ville inconnue parmi des gens que je connais pas et qui, on va pas se leurrer, en ont strictement rien à foutre de ma gueule. Ouais, j'sais, j'ai l'habitude. Mais putain, c'est quand même une décennie que je quitte... Peu de chance aussi d'avoir un anniversaire surprise, ça, j'ai cessé d'y croire depuis... Belle lurette. Je me trouverai bien une bouteille d'alcool pour oublier pourquoi j'ai besoin de boire. Et j'finirai par faire la fête avec les péquenots du coin, enfin, si en tant qu'étranger j'y suis autorisé. Sinon bah tant pis, j'm'en fou d'toute façon, j'ai passé l'âge de chialer parce qu'on oublie ma fête.
N'empêche que j'ai quand même interet à sacrément me bourrer la gueule pour éviter tout problème. J'sais pas quand je reverrai Hunter, mais à mon humble avis, c'est pas demain la veille quand à ma caisse, j'vais devoir m'en passer pendant un sacré d'bout d'temps. Tant pis, au pire, dès que j'ai un peu d'tune en poche, ce qui ne saurait tarder, j'suis assez bon pour tirer les portefeuilles, j'prendrai un bus, le premier qui passe, et j'irai là où le hasard me déposera.

Maintenant que j'y vois un peu plus clair dans mes perspective d'avenir, j'suis tout ouïe à ce qu'il raconte, en l’occurrence, il me donne juste la solution à mon petit soucis d’hébergement. J'vais pas cracher dessus.. Je préfère dormir sur un canapé avec un drap, plutôt que dehors dans une ville étrangère et peu enclin à accueillir les visiteurs... Et puis, je refuse de me l'avouer mais peut être que j'pourrai en apprendre d'avantage sur Hunter en causant avec son amie. J'm'en fou que ce soit en taffant pour la remercier d'm'heberger, et je m'en fou aussi que j'sois obligé d'lui mentir sur ce que je suis pour lui. Tant que moi je le sais. Tant que lui le sait. - ça m'va... Un canapé, ça sera toujours plus confortable que ma caisse. -Je prends le plan aussi...
J'sais pas pourquoi, mais j'ai presque l'impression qu'on va m'sauter à la gorge si je pose la moindre question, et non, ce n'est pas à cause de ma petite crise, j'avais déjà cette impression avant. - Puis pour la voiture... J'm'arrangerai... Ouais, j'sais pas trop encore comment, mais j'y arriverai, j'suis peut être pas très futé, mais je compense en étant débrouillard. - C'est sympa... Allez, Baby, c'est le moment de te lâcher/ - M'rci.
La solution de secours pour ma voiture, c'est d'prendre le bus, rentrez chez mon père, priez en dieu dans lequel je ne crois pas pour qu'il ne soit pas là, et fauché tout le blé qu'il planque, à l'ancienne, sous son matelas... Après ça, j'me tire. Si, je vous assure, ça s'fait, voyez ça comme un cadeau d'anniversaire en retard.

Je fouille dans ma poche pour en tirer une autre cigarette... Mon regard revenant vers sa Harley... Putain, si j'pouvais avoir la même. Avec ça, je te parcours le pays, sans attache, et sans hésitation. J'trace, et je m'arrête que pour bouffer et r'faire le plein... Peut être assurer d'autres instincts primaires comme pisser et baiser. J'serai le roi du monde avec ça.
J'secoue légèrement la tête, à mon niveau, ça ne relève plus du rêve, mais du miracle.
- J'vais appeler l'garage, avant qu'on me devance en appelant la fourrière...
Et lui, bah j'suppose qu'à un moment ou un autre il devrait retourner bosser, à un moment où un autre, faudra bien qu'on s'quitte... j'sais qu'il a besoin de digérer tout ce qu'il vient d'apprendre, moi même, j'ai besoin d'être seul pour r'faire un point et tout aplanir. Mais... J'sais pas... J'ai presque peur que lui aussi disparaisse soudainement, et que j'me retrouve seul. Encore. Presque hein, allez pas m'prendre pour une putain de geignarde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 23/03/2013
mensonges : 3174
crédits : judas
multicomptes : isle ginger deschain & tyler crazy lawson
âge : 34 ans
adresse : à droite et surtout à gauche, vous ne le trouverez jamais chez lui
humeur : en plein pétage de plomb (et de gueules)

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: J'ai le pouvoir de t'casser les dents si tu continues à mater...


MessageSujet: Re: Miroir, miroir [Hunter]   Mer 10 Avr - 11:49

❝ oh 'cause with them she's flying ❞
Can you blame the sky when a mama leaves her babies behind ?
Can you blame the sea, oh can you blame the sea ?
'Cause she's a flowin' in that water deep
Is it the dirt that you envy so
'Cause in it her strong roots still grow
I'll blame those birds flocking so

« Connerie d'célébration... »
« J’te l’fais pas dire… » répond Hunter, plus pour lui qu’autre chose.
Pourtant, chaque année, il passe du bon temps à cette fameuse connerie de célébration. Mais demain marquera le quatre centième anniversaire de la ville et le moins que l’on puisse dire, c’est que le maire de Caswell a plus que jamais mis les petits plats dans les grands. Du grand spectacle que ça va être ! Une excellente occasion de se bourrer la gueule surtout… C’est dommage, la possibilité que le tatoueur ait trop consommé et ne se souvienne de rien du tout est d’ores et déjà très élevée, alors que la fête n’a même pas commencé. Le fait qu’il soit déjà imbibé vingt-quatre heures avant les évènements n’augure rien de bon non plus.
Mais bref, ceci est une autre histoire, pour le moment, le souci n’est pas de savoir de quelle manière va se dérouler l’anniversaire, mais comment dépanner son interlocuteur.

Le désir de lui venir en aide n’a pas grand chose à voir avec le fait qu’ils aient une parente en commun, Hunter aurait fait ça pour n’importe quel péquenaud. Doit-il le glisser à Baby ou le laisser s’imaginer qu’il tient déjà à veiller sur lui ? Aucune idée et il n’a pas franchement envie de se pencher sur la question dans l’instant. Qu’il interprète ça comme il le souhaite après tout.
Il est au moins un peu soulagé de ne pas le voir se braquer directement et refuser ses propositions. A sa place, Hunter n’est pas prêt à parier qu’il ne se serait pas agacé en expliquant sa volonté d’aider par de la pitié ou quelque chose de ce goût là. Il fait partie de ces gens dont la fierté peut aisément se révéler traitresse ennemie…
« Laisse, j’connais une bonne mécano j’te dis. J’vais lui dire de passer jeter un œil dessus et la ramasser. »
Ayant toujours son portable en main, avant que le garçon ait pu protester, il compose le raccourci permettant de joindre directement Charlie sur son clavier (pratique lorsqu’il est totalement déchiré ou vraiment pressé). Après quelques sonneries, il atterrit sur sa boite vocale.
« Hey, ba... » mais Hunter s’interrompt en réalisant qu’il s’apprête à appeler la jeune femme bébé, en présence de Baby. Pas franchement délicat… Du coup il préfère enchainer après un raclement de gorge. « J'aurai besoin qu'tu m'dépannes. Genre littéralement. Un type est tombé en rade avec sa caisse face au HV faudrait venir le récupérer. C't'une vieille Caddy. Les poches du type sont trouées s'tu vois c'que j'veux dire alors si tu pouvais opérer ta magie à moindre frais, ça serait pas mal... Enfin j't'expliquerai mieux quand tu s'ras sur place. Si j'suis pas dehors, rentre au salon, ok ? Ciao » conclut-il avant de refermer le clapet de son mobile qu’il fourre de nouveau dans sa poche avant de refaire face à Baby « Voilà… Hem… T’as de quoi écrire sur toi ou on retourne au salon ? …Pour l’itinéraire j’veux dire. C’est pas non plus New York ici mais c’est quand même pas évident de s’y retrouver quand on n'est pas du coin. »

Baby s’agenouille devant son sac et farfouille à l’intérieur. Hunter aperçoit pas mal de bouquins (plus que de fringue à première vue…) mais il ne fait aucun commentaire à ce sujet. La lecture, ça a jamais été son truc et rien que lire un article de journal lui prend mille ans. L’écriture, on en parle même pas, il est obligé de faire relire le moindre de ses courriers par Pete ou Kat afin d’éviter de se taper la honte. Pas qu’il soit vraiment illettré, c’est juste qu’il a toujours eu un souci avec les mots.
Baby finit par lui tendre un petit bloc et le stylo qui va avec et Hunter commence à lui dessiner un plan des lieux, pour le guider jusqu’à la maison d’hôtes. Appuyé sur le capot de la voiture, il lui explique comment faire tout en traçant les lignes et note quelques repères. Il en profite pour lui donner l’adresse d’un bon fast-food et celle d’un bar à éviter absolument…
« Et là tu y es. La fille s’appelle Anastasia Brooks, ok ? Tu lui dis que t’e dans la merde et que tu viens de ma part. Elle pourra m’appeler si elle veut confirmation. »
Il en doute mais sait-on jamais…
Hunter passe ensuite sa main libre dans ses cheveux blondin et la laisse trainer un moment dans sa nuque. Ce qu’il a à dire n’est pas franchement évident mais il faut qu’il le fasse.
« Pour le moment, ça m’arrangerait que tu dises juste que j’t’ai rencontré pendant une virée et que tu viens pour la commémoration de Caswell… »
Reste à savoir comment il va le prendre et si tous ses efforts vont se retrouver ruiner à cause de cette phrase.


Gunter is
Gipsy Danger

(for this week only ladies)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 06/04/2013
mensonges : 843
crédits : Valingaï
âge : 20 ans
adresse : Normalement sa caisse, actuellement chambre d'hötes
humeur : Perturbé

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir:


MessageSujet: Re: Miroir, miroir [Hunter]   Mer 10 Avr - 16:18

Ça l'arrangerait ? Bah si arrange Monisuer, j'vais éviter d'aller gueuler sous tous les toits que sa cinglée de mère à copuler ailleurs, et que je suis son demi frère au moins aussi fêlé que le reste de la famille ! Je sais, c'est normal. Il ne s'est pas encore habitué à l'idée, il s'est même pas si j'vais rester dans sa vie ou pas – j'sais même pas si il le veut d'ailleurs- alors il a pas forcement envie que tout les péquenots du coin soit au courant. Ouais, je comprends, et j'avais déjà prévu de faire comme ça. Mais putain que ça fais CHIER qu'il me le demande
Je comprends, mais ça m’énerve, je comprends mais ça me fais mal...
T'inquiètes pas va, j'sais que j'ai à faire, je te ferai pas honte, j'ouvrirai pas ma grande gueule, t'inquiètes pas, va... Ton demi frère va rester cacher dans un placard, jusqu'à la fin de son séjour à Caswell. Et le séjour serra court. Croyez moi, au moins, il m'a remit les idées en place et même si il le voulait, il n'aurait pas pu être plus clair.

J'fais genre de rien, me contentant de tirer sur ma cigarette et d'hausser les épaules : - S'tu veux... D'toute façon, c'est pas vraiment mentir... Dans deux jours, je me tire. Que ce soit difficile ou pas, je m'en fou. Quelques bouteilles, un ou deux joints, et j'aurai le courage de plaquer n'importe qui ou n'importe quoi. Adieu culpabilité, responsabilité et attachement.
Je récupère le plan, et le fourre dans la poche de mon sac, j'ai pas vraiment tout suivit de ce qu'il me racontait, mais ça devrait aller. J'ai essayer pourtant hein...
Mais à chaque fois que je le regardais, et que je tentais de suivre, je percutai qu'il était mon frère. Si pour moi c'est dur à assimiler, pour lui ça doit être un calvaire.
Je retiens un soupir et passe ma main dans mes cheveux en me redressant. Histoire de merde. Hélen est typiquement le genre de personne qu'on devrait stériliser à la naissance, pour éviter de pondre le genre de problème que j'suis...
L'envie de me tirer vite et loin revient titiller mon esprit, et se tape l'incruste. Parasite qui ronge le reste de mes pensées. Si seulement j'pouvais tailler la route.
Ça devient difficile d'assumer mes conneries là. Résultat, sitôt ma clope finit j'en rallume une autre et revient m'adosser contre ma voiture. J'peux pas la planter là, j'partitai que quand je serai sur qu'elle soit entre de bonnes mains. Pas que j'ai pas confiance, hein, mais cette caisse, c'est mon p'tit bijou, pour certain c'est une poubelle, pour moi, c'est tout. Principalement mon chez moi.

- Dis... La mécano, c'est ta copine ?

Alors là... j'avoue que cette question, bah j'l'avais même pas vu venir... Mais qu'est ce qui me prends putain ? De un qu'est ce que j'en ai à foutre ? De deux.... Il va se poser la même question, si il ne se braque pas parce que je me montre trop curieux... En même temps, c'est vrai que j'ai bien envie de le savoir... A son âge, il pourrait être marié, voir même père... Putain c'est possible ça ? Est ce qu'avec la mère qu'on a, on a le droit d'être parent ? Pas que je veux un chiard, mais juste pour savoir....
- Réponds pas s'tu veux pas hein....
C'est juste qu'il allait l'appeler Baby... Avant de me regarder, et ça, ça m'a bien fait marrer. J'sais pas si il avait peur de me vexer ou pas, mais c'était fun de le voir aussi gêné.



Je m’enivre, je m'enfume, mais surtout, je t'emmerde.
«camillealice»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 23/03/2013
mensonges : 3174
crédits : judas
multicomptes : isle ginger deschain & tyler crazy lawson
âge : 34 ans
adresse : à droite et surtout à gauche, vous ne le trouverez jamais chez lui
humeur : en plein pétage de plomb (et de gueules)

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: J'ai le pouvoir de t'casser les dents si tu continues à mater...


MessageSujet: Re: Miroir, miroir [Hunter]   Mer 10 Avr - 20:10

❝ oh 'cause with them she's flying ❞
Can you blame the sky when a mama leaves her babies behind ?
Can you blame the sea, oh can you blame the sea ?
'Cause she's a flowin' in that water deep
Is it the dirt that you envy so
'Cause in it her strong roots still grow
I'll blame those birds flocking so

Quelle question de merde… S’il compte rompre chaque silence entre eux par ce genre de remarques encore plus gênantes, Hunter préfère s’éclipser. Et vite…
Baby semble prendre conscience de la situation et de son malaise puis qu’il s’empresse d’ajouter qu’il n’est pas obligé de répondre. Sauf que du coup, le tatoueur prend ça comme un genre de défi, un genre de coup porté à son égo. Comme s’il n’était pas capable de répondre à une question aussi basique.
« Charlie ? Nan... Nan, c’est pas vraiment ma copine. »
Il se garde d’ajouter qu’il vit chez elle la moitié du temps, qu’il couche régulièrement avec elle et qu’il est capable de l’écouter parler durant des heures. Ce qui se révèle hautement inenvisageable avec la plupart de ses autres conquêtes. Baby n’a pas besoin de ce genre d’informations de toute manière et lui-même n’est pas prêt à formuler tout ça à voix haute. Sa relation avec Charlie, aussi singulière soit-elle, lui convient tout à fait comme ça et il craint de la compromettre en commençant à essayer de l’expliquer à d’autres.
« Elle est cool » se sent-il obligé d’ajouter, pour à son tour combler le silence qui s’est installé à nouveau.

Hunter se racle la gorge et ressort son téléphone portable de sa poche pour l’ouvrir et en observer l’écran. Tout ce qu’il peut y voir c’est que, come il le savait déjà, Charlie n’a pas tenté de le rappeler. Elle n’a probablement pas encore vu son appel.
« Hem… Ca peut prendre un moment si elle est occupée. Tu devrais peut-être… Enfin moi en tout cas, va falloir que je retourne bosser. On est déjà en effectif réduit aujourd’hui alors… Mais t’inquiète, j’peux jeter un œil sur ta caisse depuis l’intérieur. Ou bien tu peux rester là et attendre, c’est comme tu l’sens. »
Il a l’impression d’être un idiot finit. Il déteste cette sensation de ne pas être à son aise au sein de sa propre ville, devant son propre magasin, son chez lui… Baby s’est incrusté sur son territoire et lui a fait perdre tous ses repères par la simple force de quelques mots.
« Ma mère. La nôtre. »
Et maintenant, tout son monde est sans dessus dessous, ses sentiments sont chamboulés et Hunter ne se sent plus à sa place. C’est un sentiment désagréable au possible et il est prêt à parier que ce n’est pas près de se terminer.
Combien de temps encore va-t-il se sentir assommé comme ça ? Combien de temps avant qu’il réalise vraiment ce qui s’est passé durant cette dernière demi-heure ? Peut-être une heure maintenant, il n’en sait rien. Qu’est-ce qui l’attend ? Qu’est-ce qui va se passer ?
Doit-il en parler à quelqu’un ou garder le secret et essayé d’enterrer l’affaire ? Mais le tatoueur ne sait que trop bien qu’aucun secret ne le reste éternellement, rien de ce qu’on enterre ne reste indéfiniment caché… La preuve, il pensait en avoir terminé avec Helen et la voilà qui débarque à nouveau dans sa vie, bien vivante et maman d’un deuxième garçon de près de vingt ans dont il ignore tout.


Gunter is
Gipsy Danger

(for this week only ladies)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 06/04/2013
mensonges : 843
crédits : Valingaï
âge : 20 ans
adresse : Normalement sa caisse, actuellement chambre d'hötes
humeur : Perturbé

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir:


MessageSujet: Re: Miroir, miroir [Hunter]   Mer 10 Avr - 20:47

J'ai le choix : soit j'reste le cul coller à ma caisse, à attendre une mécano qu'Hunter appelle affectueusement mais qui attention n'est pas vraiment sa petite amie, bien qu'elle soit cool. Okay, on va faire simple. J'ai la réponse à ma question. Non, on peut pas. On peut pas en étant le fils d'Helen avoir une relation normale, avec quelqu'un de normale ( non, j'suis désolé une fille garagiste, c'est pas une fille normale). Enfin, pas vraiment.
Je pose pas de question , enfin, je n'en pose plus, et je fume tranquillement ma clope, sentant venir ce qui va suivre. J'fais rien pour l'empêcher, rien pour le provoquer non plus, j'sais juste que ça va arriver, un point c'est tout.
Alors j'attends, comme un gosse qui attends Noël, ou comme un condamné à mort qui attends, yeux bandés, qu'on vienne le chercher. J'sais pas si je suis heureux de le voir partir, puis de partir à mon tour, ou si ça me fait mal. Je ne sais pas, je ne sais plus. Je préfère mettre en pause mon cerveau, laisser mes neurones crever et mon esprit s'éteindre. Si pour ça faut que j'aille me vider une bouteille dans le bars que m'a désigné Hunter, bah je le ferai. ( J'crois que d'ailleurs il m'avais dit de l'éviter... Pfff... tant pis.) Bref, si j'attends, j'vais pas arrêter de regarder vers le salon, et j'serai tenter soit d'y entrer, soit d'y foutre le feu pour régler le problème.
Au final, débrancher le cerveau, ce n'est peut être pas une bonne idée.
- Okay...
Deuxième choix : Partir. Peut être vers le bars peu conseillé, peut être vers la maison d'hôte tenu par une amie qui est peut être pas vraiment une amie, soit... Ailleurs. J'ai pas encore où. Mais ailleurs, histoire de réfléchir, ou pas d'ailleurs. Sauf que si je pars, je laisse ma caisse ici... Sous la surveillance d'Hunter. Soit, d'un inconnu.
Je pèse la balance, le pour et le contre, ça me paraît durer une éternité, mais ça dur à peine quelques secondes... Oui, non... Rester, gamberger et l'observer à la dérobé, mais veiller sur sa caisse, ou partir, s'bourrer, et oublier...
- Je vais y aller.... J'ai la dalle.
Ouais j'crois bon de me justifier, même si c'est un mensonge. J'irai pas plus manger que pêcher. Mais qu'importe, je veux juste foutre le camps.

Il n'y aura pas plus d’en revoir que lorsque j'ai quitté son bureau, pas d'accolade, ou même d'un à bientôt. J'suppose que lui non plus ne sait pas si on se reverra, je suppose que lui non, ne sait pas si il en a envie ou non. Tout ce que je sais, c'est que dans deux jours, j'fous l'camps de cette ville maudite. C'est tout, remarquez c'est déjà pas mal, j'suis plus avancé que lorsque je suis arrivé, ce qui est en progrès en soit et mérite bien la bouteille d'alcool que je vais m'avaler sitôt que je me serai tiré.
Je récupère mon sac et je le fou sur mon dos, passant une main dans mes cheveux – ce qui m'agace d'autant plus qu'on a le même tic-

Oh, et je précise, ne voyez pas dans le faite que je lui laisse ma caisse une preuve de confiance. J'ai juste plus besoin de m'faire péter la raison que de m'assurer que ma caisse s'en sortira.
C'est tout.
Enfin, j'crois.

- Oh. Et bon courage.

Pour ton taff, pour digérer ce que je viens de t'apprendre, pour te faire à l'idée que tu as un demi-frère aussi fêlé qu'Helen, pour vivre avec, pour tenter d'oublier ou d'te leurrer.



Je m’enivre, je m'enfume, mais surtout, je t'emmerde.
«camillealice»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Miroir, miroir [Hunter]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Miroir, miroir [Hunter]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Miroir, miroir... Dis moi qui est le plus beau ? #ZBAFF mauvais univers
» Euryale - Miroir miroir tell me how mad I am ?
» Le regard est'il le miroir de l'âme ????
» Alice aux pays des merveilles / La traversée du Miroir
» Les relations sont un miroir où l'on se découvre soi-même

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HOMECOMING △ V.4 :: Commerces :: High Voltage-