AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 CTRL+V

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
avatar

date d'arrivée : 06/06/2013
mensonges : 780
crédits : Silverwing ◊ Dnwinchester
âge : 30 ans
adresse : City Center

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: //


MessageSujet: Re: CTRL+V   Dim 23 Juin - 19:01

[/color]



« Le problème avec
les mensonges, était qu'il fallait
ensuite les multiplier. »

◊  Blaze ◊ Stephen King
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hmcming.com/t885-shirley-tiens-c-est-poussiereux-chez
avatar

date d'arrivée : 01/11/2012
mensonges : 2451
crédits : Croco ; signature episkey; gif Tumblr
âge : 26 years old.
adresse : 515, Northern Hills
humeur : Lunatique sur les bords

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: Démocularisation cellulaire


MessageSujet: Re: CTRL+V   Dim 23 Juin - 20:56




      We are unusual and tragic and alive
      Because such violent, wild love works like a fit, like a deadly noose, like an illness, and - as soon as you reach satisfaction - the scales fall at once and the opposite feeling appears: disgust and hatred, the wish to exterminate, to crush...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://b-velvet.forumactif.org/
avatar

date d'arrivée : 06/06/2013
mensonges : 780
crédits : Silverwing ◊ Dnwinchester
âge : 30 ans
adresse : City Center

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: //


MessageSujet: Re: CTRL+V   Dim 23 Juin - 21:17

fykatemara



« Le problème avec
les mensonges, était qu'il fallait
ensuite les multiplier. »

◊  Blaze ◊ Stephen King
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hmcming.com/t885-shirley-tiens-c-est-poussiereux-chez
avatar

date d'arrivée : 28/10/2012
mensonges : 6230
crédits : JUDAS.
âge : 36 ans.
adresse : Dock N°7. Appart 204.
humeur : Invincible.

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: Orgasme cosmique du grand gourou. Ok, just joking, aucun.


MessageSujet: Re: CTRL+V   Lun 24 Juin - 7:12





THIS IS HALLOWEEN BITCHES
everybody hail to the pumpkin song
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 05/11/2012
mensonges : 505
crédits : eylika. + tumblr
âge : dix-sept ans
adresse : centre de repos
humeur : vide

sneak peek
Relations
:
What about the town ?: Indiquez ici si votre personnage est au courant ou non du secret de la ville.
Pouvoir: Uniquement pour les infectés.


MessageSujet: Re: CTRL+V   Lun 24 Juin - 7:15

C’était comme ça, à Caswell.




and despite everything i'm still human but i think i'm dying here.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 28/10/2012
mensonges : 6230
crédits : JUDAS.
âge : 36 ans.
adresse : Dock N°7. Appart 204.
humeur : Invincible.

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: Orgasme cosmique du grand gourou. Ok, just joking, aucun.


MessageSujet: Re: CTRL+V   Lun 24 Juin - 7:16





THIS IS HALLOWEEN BITCHES
everybody hail to the pumpkin song
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 01/11/2012
mensonges : 2451
crédits : Croco ; signature episkey; gif Tumblr
âge : 26 years old.
adresse : 515, Northern Hills
humeur : Lunatique sur les bords

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: Démocularisation cellulaire


MessageSujet: Re: CTRL+V   Lun 24 Juin - 11:43




      We are unusual and tragic and alive
      Because such violent, wild love works like a fit, like a deadly noose, like an illness, and - as soon as you reach satisfaction - the scales fall at once and the opposite feeling appears: disgust and hatred, the wish to exterminate, to crush...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://b-velvet.forumactif.org/
avatar

date d'arrivée : 05/11/2012
mensonges : 505
crédits : eylika. + tumblr
âge : dix-sept ans
adresse : centre de repos
humeur : vide

sneak peek
Relations
:
What about the town ?: Indiquez ici si votre personnage est au courant ou non du secret de la ville.
Pouvoir: Uniquement pour les infectés.


MessageSujet: Re: CTRL+V   Lun 24 Juin - 20:32





and despite everything i'm still human but i think i'm dying here.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 01/11/2012
mensonges : 2451
crédits : Croco ; signature episkey; gif Tumblr
âge : 26 years old.
adresse : 515, Northern Hills
humeur : Lunatique sur les bords

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: Démocularisation cellulaire


MessageSujet: Re: CTRL+V   Lun 24 Juin - 21:29




      We are unusual and tragic and alive
      Because such violent, wild love works like a fit, like a deadly noose, like an illness, and - as soon as you reach satisfaction - the scales fall at once and the opposite feeling appears: disgust and hatred, the wish to exterminate, to crush...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://b-velvet.forumactif.org/
avatar

date d'arrivée : 05/11/2012
mensonges : 505
crédits : eylika. + tumblr
âge : dix-sept ans
adresse : centre de repos
humeur : vide

sneak peek
Relations
:
What about the town ?: Indiquez ici si votre personnage est au courant ou non du secret de la ville.
Pouvoir: Uniquement pour les infectés.


MessageSujet: Re: CTRL+V   Lun 24 Juin - 23:17





and despite everything i'm still human but i think i'm dying here.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 06/06/2013
mensonges : 780
crédits : Silverwing ◊ Dnwinchester
âge : 30 ans
adresse : City Center

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: //


MessageSujet: Re: CTRL+V   Lun 24 Juin - 23:18




« Le problème avec
les mensonges, était qu'il fallait
ensuite les multiplier. »

◊  Blaze ◊ Stephen King
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hmcming.com/t885-shirley-tiens-c-est-poussiereux-chez
avatar

date d'arrivée : 01/11/2012
mensonges : 2451
crédits : Croco ; signature episkey; gif Tumblr
âge : 26 years old.
adresse : 515, Northern Hills
humeur : Lunatique sur les bords

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: Démocularisation cellulaire


MessageSujet: Re: CTRL+V   Mar 25 Juin - 11:18

NOUVEAU MESSAGE

A 10:17 le 25/09/2009
John Doe

Le lait manque à l'appel, les clopes aussi. Tu sais que c'est le moteur de ma journée. Je sais pas trop où t'es mais rajoute ça a ta liste. Du soja hein, oublie pas mon allergie. Les cigarettes te trompe pas entre le paquet de Lucky ou de Malboro comme la dernière fois. Si tu te trouve quelque chose qui te plait achète, j'en ai marre de te voir avec cette vieille veste. Rentre pas trop tard, j'ai besoin de toi. Pour ce que tu sais.

Répondre
Supprimer







      We are unusual and tragic and alive
      Because such violent, wild love works like a fit, like a deadly noose, like an illness, and - as soon as you reach satisfaction - the scales fall at once and the opposite feeling appears: disgust and hatred, the wish to exterminate, to crush...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://b-velvet.forumactif.org/
avatar

date d'arrivée : 23/06/2013
mensonges : 131
crédits : moi-même & tumblr
multicomptes : nope
âge : 27 ans
humeur : Go fuck yourself


MessageSujet: Re: CTRL+V   Mar 25 Juin - 12:31



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 01/11/2012
mensonges : 2451
crédits : Croco ; signature episkey; gif Tumblr
âge : 26 years old.
adresse : 515, Northern Hills
humeur : Lunatique sur les bords

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: Démocularisation cellulaire


MessageSujet: Re: CTRL+V   Mar 25 Juin - 12:39

Elizaveta Lenskaya - Isadora Myklebust ( scénario )
Daniel Sharman - scénario



      We are unusual and tragic and alive
      Because such violent, wild love works like a fit, like a deadly noose, like an illness, and - as soon as you reach satisfaction - the scales fall at once and the opposite feeling appears: disgust and hatred, the wish to exterminate, to crush...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://b-velvet.forumactif.org/
avatar

date d'arrivée : 28/10/2012
mensonges : 6230
crédits : JUDAS.
âge : 36 ans.
adresse : Dock N°7. Appart 204.
humeur : Invincible.

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: Orgasme cosmique du grand gourou. Ok, just joking, aucun.


MessageSujet: Re: CTRL+V   Mar 25 Juin - 12:54

Non, l'idée d'une deuxième chance n'est qu'illusion. Martel ne le savait que trop bien. Un seul tir est accordé. Le soldat n'a pas le droit à l'erreur. Lorsque sa main se lève, son esprit doit avoir déjà exécuté le geste avec succès. Même lorsqu'il ne l'a jamais perpétré de sa vie. Même lorsqu'il est hors de ses capacités. Même lorsqu'on lui demande l'impossible. Et Lyall le lui demandait. Il s'était redressé, échappé de son étreinte dés les premiers mots. Il l'avait regardée sans comprendre, comme si tout à coups il avait perdu la science du langage. A genoux, la punition divine s'était abattue sur lui aussi violemment que la navette autour d'eux avait du toucher le sol. Un enfer sous forme de mots en continue, un flot incessant comme le déluge promis, cage aqueuse qui l'emprisonnait tout à coups et menaçait de le noyer. Martel manquait d'air, s'étouffant avec son propre rythme, ayant soudainement oublier cette chose si naturelle qu'était respirer. Il ne voyait même plus Lyall, il avait perdu le moindre de ses sens, écrasé par cette pression inconnue qui venait soudainement de s'abattre sur lui. Il haletait, ses yeux s'embuant de lames sans qu'il n'arrive à en décider la cause première. Était-ce de se voir au pied du mur devant ses faits accomplis ? Était-ce de s'entendre annoncer qu'il n'avait même pas été capable de réfréner ce désir de posséder Lyall toute entière ? Ce désir qu'il ne pouvait nier même avec sa mémoire si partielle ? D'avoir faillit à tout ce en quoi il croyait, en tous les enseignements et lois qui étaient au dessus de tout ? Au dessus de lui ? D'avoir si lâchement péché et provoquer leur perte ? C'était mal, c'était interdit. Il avait profité d'elle. Il avait lui aussi aimé le moindre de ses gémissements. Il était un monstre. Mais elle l'avait voulut, elle l'avait réclamé. Et il avait cédé, à la fois tentateur et pécheur. Il ne valait pas mieux que le père Dewitt dans un autre genre. Il ne valait rien. Il se souvenait, il avait tué Dmitri. Le fantôme de son sang sur ses mains s'imposa aussi brutalement que les mots de Lyall. Il avait tué Dmitri parce qu'il avait embrassé Lyall. Etait-ce sa folie ? Etait-ce pour la protéger ou un autre sentiment plus noir ? Son corps fut parcourut d'un spasme de dégoût et ses larmes redoublèrent. "Tu bousilles tout ce que tu touches." Les mots de Nero, non, c'était les siens. Il bousillait tout ce qu'il touchait. Il était un tueur. Même lorsqu'on lui offrait la possibilité d'avoir quelque chose même infime qui lui était cher, il n'y avait aucun espoir. Martel foutait tout en l'air. Il avait amené leur relation sur le chemin de la destruction. "Je t'aime Martel." Ces mots il les avait déjà entendus. Il se laissa faire, aspiré par son esprit vers un souvenir de plus. Un souvenir douloureux. Pour Nero. Mais pour lui. Il donna un coup de poing sur le sol, prostré comme s'il s'inclinait devant la puissance de sa déclaration. Le front contre le métal il se frappa la tête pour essayer de retrouver un peu de contenance. "Je t'aime Martel." La voix de Lyall si différente sonnait pourtant comme celle de Yonah. Il y avait cette chose d'indescriptible dans le léger tremblement des syllabes, ce sens derrière le sens. Martel ne savait pas ce qu'était qu'aimer. Il n'avait jamais trouver de définition probante que ce soit dans la bible ou les bras des prostitués. Pourtant il ne pouvait nier qu'il le savait. Qu'une partie de lui l'avait expérimenté auparavant. Il avait mentît à Lyall sans le vouloir. Il savait faire l'amour. Nero l'avait déjà fait. Il l'avait déjà fait à Yonah. Nero qui l'aimait. Yonah qui aimait Martel. Martel qui ne savait pas ce qu'était qu'aimer. Et pour cette unique personne chère qu'il avait trouvée, l'inévitable engrenage s'était appliqué. Alors quelle deuxième chance ferait illusion avec Lyall ? Il laissa échapper un gémissement rauque. Il s'était déjà punit de l'avoir touchée, mais la croix sanglante n'avait été qu'une caresse après coup, le bâton pour le pécheur qui ne s'en effraie plus, trop content d'avoir péché. Il ne s'était pas encore punit de l'aimer. Il pleura plus fort, inconsolable. Car il l'aimait. Il ne pouvait plus se contenir. Il aimait Lyall. Chacune de ses envies de la protéger, de l'aider, de la voir sourire, menait au même point. Il aimait Lyall et il lui avait fait l'amour avec la ferveur d'un jour dans lendemain. Un soldat va au delà des limites de ses capacités. Martel avait déjà fait l'impossible. Il avait déjà tout fait pour elle. Il voulait tout faire pour elle. Alors il ne fallait pas. Non il ne fallait pas que cela se passe comme ça. Ses doigts se crispèrent sûr la surface lisse. Il ne comprenait pas. Comment Yonah avait-elle pu l'aimer ?Comment Lyall pouvait elle l'aimer ? Il ne fallait pas. Il ne faut pas Lyall. Tu ne peux pas céder lorsque je me l'interdit. Ne sombre pas dans ces pièges que je pose malgré moi pour t'emmener en enfer. Ne suis pas innocemment la houlette d'un faux berger vers le précipice. Il se releva, le visage dans ses mains il étouffa un hurlement. Un combat contre lui-même, toujours cet éternel duel du corps sur l'esprit. Il était trop vieux. Trop vieux et trop néfaste. Il ne ferait que la pervertir et la détruire. Oui il la détruirait. C'était inévitable. Comme cela l'avait été la première fois. Et si ce n'était avec son amour et ses mains qui ne savaient faire que du mal, alors ce serait avec la douleur de devoir mettre de la distance entre eux. L'un comme l'autre, il n'était pas sur qu'il supporterait la culpabilité. Il voulait juste mourir. Il aurait du mourir, appuyer la détente du canon sur sa tempe sur Persephone. Pendant qu'il était encore temps. Mais il était déjà trop tard. Il l'avait aimée depuis des temps antérieurs. Il ne savait même pas comment c'était arrivé. Il se répugnait. Ses doigts glissèrent sur son visage, tordant ses traits il écarta enfin les mains pour la regarder. C'était douloureux. Il était perdu. Quelle était la bonne réponse ? Cela avait mal finit avec Yonah. Y avait-il une chance, une infime chance, que cette fois le cycle soit brisé ? "Tu peux pas m'aimer Lyall. Tu peux pas faire ça. Tu peux pas aimer quelqu'un comme moi." Le déni et ses larmes creusaient ses joues, ses yeux auraient voulut se fermer et prendre la fuite dans son inconscient. Mais il n'y avait plus que Martel, et lui seul était appelé à être maître. Il eut un hoquet, articulant avec peine une autre phrase. "Je bousille tout... ce que je...touche Lyall." Il enfouit de nouveau son visage dans ses mains. Quelle réponse ? Quel chemin vers le plus profond de l'enfer fallait-il choisir ? Quelle manière de souffrir allait être la moins douloureuse ? Mais surtout laquelle de ces deux réponses serait la moins terrible pour Lyall ? Car elle avait raison, aimer c'est vouloir le mieux pour l'autre. C'est comme cela que Martel avait finit par cesser de se mentir sur ses sentiments. Il venait enfin de comprendre ce qu'il avait refoulé. "Si tu restes avec moi tu vas souffrir Lyall. Si tu restes avec moi je vais finir par te détruire toi aussi." Il la regarda dans les yeux, la migraine de ses sanglots lui tournant la tête. "Si tu m'aimes tu vas souffrir." Et ce peux importe la réponse qu'il lui donnerait. Martel en était persuadé. "Si tu m'aimes tu vas mourir." Il hoqueta, étouffant un nouveau cri. Il ferma les yeux quelques instants pour se reprendre. Il se serait tranché la gorge pour que cela cesse, mais il ne pouvait pas l'abandonner. Jamais. Même si c'était le mieux pour elle, même si sans lui elle serait probablement en danger, elle ne le serait jamais autant qu'avec lui. Qu'à cet instant. Aimer c'est vouloir le meilleur pour l'autre. Mais aimer c'est aussi être le pire des égoïstes. "Je t'aime Lyall !" hurlés soudainement, mots libérateurs. Était-ce la réponse ? Était-ce même une réponse ? "Je t'aime Lyall... Je t'aime... Je t'aime Lyall..." répéta-il, aliéné. "Mais je peux pas t'aimer, je peux pas faire ça Lyall... Je peux pas. Je peux pas !" Il se recroquevilla sur lui-même, haletant, crispé dans sa douleur. Ce n'était toujours pas une réponse, il fuyait encore. "Tout ce que tu veux...Tout ce que tu veux... Fais moi tout ce que tu veux Lyall... Tue-moi... Achève-moi... Détruit-moi... Vends-moi à l'alliance... Mais je t'en supplie Lyall... Je t'en supplie..." Il s'approcha d'elle en tremblant violemment, terrifié. "Je t'en supplie ne me laisse pas t'aimer comme ça." Il voulait hurler, laisser sortir toutes ces choses qui se bousculaient en lui et le consumaient de l'intérieur, cette culpabilité si grande et à la fois si dérangeante. Il n'arriverait pas à la faire taire. Il ne voulait pas la faire taire. Vingt ans d'écart. Cela faisait vingt étapes au supplice. Ses pleurs ne cessèrent même pas lorsqu'il attrapa son visage. "Je peux pas... Je peux pas te protéger de moi-même... Pas si tu m'aimes aussi Lyall..." Il la serra dans ses bras. "On peut pas s'aimer Lyall... On peut pas faire ça." Son cœur s'était brisé, les morceaux s'étaient plantés dans ses poumons, rendant sa respiration difficile et sifflante. Il la serrait de toute ses forces au bord du précipice de son esprit. Il fallait trancher une bonne fois pour toutes. L'esprit ou le corps ? Ou plutôt, le cœur ou la raison ? Assumer son amour et subir la culpabilité d'être un mauvais berger, ou supporter de voir le coeur de Lyall se décomposer d'un refus ? Arriverait-il à devenir froid pour son bien ? Faire comme si de rien n'était ? Il n'était pas quelqu'un de bien. Il faisait toujours les mauvais choix. Cette fois-la n'échappa pas à la règle. Et d'un seul murmure maladif. "Je t'aime.", son corps prit possession du sien, ses mains se bloquant dans son dos et son cou, ses lèvres allant chercher les siennes avec une violence passionnelle. Il n'était qu'un égoïste. "Pardonne-moi Lyall." parvint-il à articuler avant un nouvel assaut. Oui pardonne moi Lyall, pardonne-moi de ne pas être capable de faire le bien, faire ce que l'on attend de moi. De ne pas être capable de me réprimer pour toi. Il allait causer leur perte. Il aurait pu être le dernier rempart pour les sauver de cette erreur. Il la fit basculer contre le matelas, l'embrassant à s'en étouffer, gémissant la satisfaction incontrôlable de lui exprimer ouvertement ce qu'il censurait de son esprit depuis trop longtemps. Il n'y a pas droit à l'erreur. C'est pour ça que Martel avait toujours été un mauvais soldat.






NON NON NON NON TU PEUX PAS ME FAIRE ÇA IPHONE NON JE VAIS CREVER.
Putain Dylan je re-chiale. JE TE DÉTESTE DE ME FAIRE ÉCRIRE DES TRUCS COMME ÇA.




THIS IS HALLOWEEN BITCHES
everybody hail to the pumpkin song
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 01/11/2012
mensonges : 2451
crédits : Croco ; signature episkey; gif Tumblr
âge : 26 years old.
adresse : 515, Northern Hills
humeur : Lunatique sur les bords

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: Démocularisation cellulaire


MessageSujet: Re: CTRL+V   Mer 26 Juin - 16:44




      We are unusual and tragic and alive
      Because such violent, wild love works like a fit, like a deadly noose, like an illness, and - as soon as you reach satisfaction - the scales fall at once and the opposite feeling appears: disgust and hatred, the wish to exterminate, to crush...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://b-velvet.forumactif.org/
avatar

date d'arrivée : 23/06/2013
mensonges : 131
crédits : moi-même & tumblr
multicomptes : nope
âge : 27 ans
humeur : Go fuck yourself


MessageSujet: Re: CTRL+V   Mer 26 Juin - 16:44



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 01/11/2012
mensonges : 2451
crédits : Croco ; signature episkey; gif Tumblr
âge : 26 years old.
adresse : 515, Northern Hills
humeur : Lunatique sur les bords

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: Démocularisation cellulaire


MessageSujet: Re: CTRL+V   Mer 26 Juin - 16:59




      We are unusual and tragic and alive
      Because such violent, wild love works like a fit, like a deadly noose, like an illness, and - as soon as you reach satisfaction - the scales fall at once and the opposite feeling appears: disgust and hatred, the wish to exterminate, to crush...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://b-velvet.forumactif.org/
avatar

date d'arrivée : 28/10/2012
mensonges : 6230
crédits : JUDAS.
âge : 36 ans.
adresse : Dock N°7. Appart 204.
humeur : Invincible.

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: Orgasme cosmique du grand gourou. Ok, just joking, aucun.


MessageSujet: Re: CTRL+V   Jeu 4 Juil - 21:47

La mort est une finalité. Pourtant elle produit un paradoxe, une armée de fantômes. Ils glissent, rampent et s'insinuent à la moindre occasion, chevauchant les souvenirs pour nous rappeler que quelque part ils trouveront toujours un moyen de perdurer. Ils vivent en nous si nous leurs laissons une ouverture. Ils survivent jusqu'à ce que la mort elle même en finisse. Et lorsqu'ils ressurgissent, il gagnent la bataille sur le temps. Le passé revient au présent, aussi vif et amer. Martel n'avait presque plus pensé à la guerre, plus depuis la vision du cimetière sur Hera à travers la poussière des roues du buggy. Plus depuis la navette de l'alliance qui l'avait confronté à son image en uniforme et la face de fouine d'Haussmann. Non, il est des choses qu'il valait mieux laisser enterrées, il était des douleurs qui se suffisaient à elles-même sans avoir besoin de remuer le couteau dans la plaie. Et si Martel gardait toujours ses idéaux d'espoirs d'un monde meilleur pour les colonies frontalières, les années avait suffit à aigrir son étendard de liberté à l'image de son cache-poussière usé. Les browncoats étaient des vestiges, le sujet favoris de blagues usitées que tous se racontaient aux quatre coins de l'univers connu. Ils étaient moqueries pour certains, objets de respect pour d'autres, ils avaient marqués l'histoire à leur façon. Et personne ne semblait vouloir laisser le récit s'éteindre. Et certainement pas les deux individus qui venaient de se dévoiler à eux. Il y avait bien longtemps que Martel n'avait pas croisé d'autres indépendantistes. Ils tendaient à se faire discrets depuis l'échec de Serenity Valley pour la plupart. D'autres irréductibles comme Martel continuaient cependant à en arborer ostensiblement le célèbre manteau. Mais pourtant, même sans cet élément, un browncoat savait en reconnaître un autre. C'était une lueur dans le regard, la sensation d'un poids invisible sur les épaules, le poids de l'échec d'une révolution que tous partageaient. Pourtant fier d'en être, Martel les fuyaient tout autant, terrible culpabilité, trahison de sa main qui le mettait à la fois dehors et dedans. Alors il fut surprit de se retrouver en face de "camarades". Pourtant ses sourcils se froncèrent de nouveau, son index glissant sur la sécurité de son arme. Il n'aimait pas l'idée de faire partie d'un mouvement. Il était indépendantiste convaincu et pourtant, il répugnait ce concept. Cela avait toujours sonné comme un écho de l'alliance dans sa tête. C'était leur ressembler que de créer des confréries ou des groupes qui cherchaient le pouvoir et le contrôle. Même pour une bonne cause. Même pour libérer de l'oppression. Non, Martel croyait en la liberté totale, en la force de vivre de chaque individu. Il voulait juste se battre pour tous ceux qui n'en étaient pas capable, sacrifier sa vie sans importance pour le plus grand nombre. Il était jeune, il voulait enfin faire le bien. Idéaliste. Trop idéaliste selon ses supérieurs. Et il avait trahi et sacrifié égoïstement la masse pour sa seule âme. Il se demanda si les deux étaient au courant de cela. Il déduisit par la négative, écoutant en silence leurs mots. Il tourna légèrement la tête vers Lyall quand celle-ci chercha sa main, étonné de l'étrange froideur qui régnait pour des retrouvailles entre frère et sœur. Il chercha furtivement son regard, exerçant une pression sur ses doigts pour lui signifier de sa présence infaillible et de son amour. Il reporta son attention sur le dénommé Paz, soudainement intrigué. Il ignorait complètement ce qu'était cette Miranda, ni comment leur action avec la station avait bien pu être perçue du public. Il se rappela les mots d'Anton Hill, déglutissant légèrement avant d'échapper un rictus dégouté. "La liberté ne meurt jamais, les gens oui." rétorqua-t-il froidement à Paz avant de poser son regard sur Tobias. Il lâcha la main de Lyall avant de s'approcher de lui, le jaugeant de haut en bas. "Ton frère hein..." Il le fixa dans les yeux se penchant légèrement en avant, un air indéchiffrable suintant de son regard. "Alors c'est tout ce qu'il a fallut hein, une simple puce." Il avait une envie fulgurante de carrer son poing dans le visage de Tobias, dans ce visage qui avait indéniablement quelque chose de Lyall. Il se retint, se contentant de se redresser en tenant fermement son arme. "Il a fallut une putain de puce pour que tu viennes enfin retrouver ta sœur." termina-t-il avec cette même froideur qui l'habitait depuis qu'ils avaient fait irruption. C'était présomptueux de sa part, de s'en prendre à Tobias en ne sachant pas le moindre détail de ce que pouvait bien être l'histoire de ces deux là. Pourtant il ne pouvait s'empêche de ressentir une colère dont il ne comprenait pas tout à fait les raisons. Lyall s'était toujours cru seule au monde, et c'était de sa faute. C'était sa famille, elle avait une famille, mais celle-ci lui avait tourné le dos. Il recula, n'osant adresser un regard d'excuses à Lyall pour s'être emporté. Il se tourna maintenant vers Paz. "La guerre est finie frère. Et on l'a perdue." Son sourire fut légèrement teinté de tristesse. Il se disait parfois que si l'unité de Columbia River avait survécu, peut-être en aurait-il été autrement. Il chassa très vite ces pensées de sa tête, poursuivant. "Que ce soit bien clair, on en a rien à foutre de votre mouvement, si vous voulez encore croire à la révolution grand bien vous fasse, mais j'ai cessé d'être lieutenant première classe sitôt Serenity tombée. Je reste peut-être attaché à nos valeurs, il n'en est pas moins que je ne laisserais plus personne se servir de moi." Il jeta un regard à Lyall. "Et encore moins de Lyall." Il fit un mouvement de son bras tenant son arme, désignant les restes de la navette. "Alors la seule raison qu'on aurait de vous suivre se basera sur un compromis pour nous sortir de cette goram planète. En échange on consentira à vous écouter et potentiellement voir ce que vous tramez avec votre connerie de mouvement." Il planta de nouveau son regard dans celui de Tobias. "Ne vous croyez pas indispensables. On sait parfaitement prendre soin des charognards qui traînent certainement à nos trousses . Par ailleurs, la puce ne sera plus un problème sitôt que je me serais procuré du lithium, du quartz et des fils nano-size renforcés en zinc et en titane. Et comme nous sommes si importants pour la "cause", je suppose que vous nous préférerez vivants mais non coopératifs plutôt que morts. Alors si vous avez de quoi nous procurer ces matériaux, vous le ferrez sûrement, n'est-ce pas ?" Il eut un petit sourire moqueur, reculant auprès de Lyall. "Ça te convient comme ça... Mei-mei ?" ce dernier mot sonna étrangement dans sa bouche. Pourtant il ne pouvait pas se permettre de l'appeler autrement, soudainement gêné par la proximité des deux hommes. C'était la première fois qu'il se retrouvait à devoir agir avec Lyall en public. Même sur la station cela ne l'avait pas autant dérangé. Il déglutit, laissant sa main s'apprêtant à effleurer sa joue retomber le long de son corps. Il les reposa sur son arme, continuant de dévisager les éxumeurs de tombes. Morts vivants d'une guerre fantôme.




THIS IS HALLOWEEN BITCHES
everybody hail to the pumpkin song
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 01/11/2012
mensonges : 621
crédits : Judasnana
âge : 26 ans


MessageSujet: Re: CTRL+V   Jeu 4 Juil - 21:57

p



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 20/06/2013
mensonges : 296
crédits : avatar © glamor. — signature © gifs@tumblr.
multicomptes : aucun.
âge : vingt-et-un an.
humeur : massacrante.

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: Uniquement pour les infectés.


MessageSujet: Re: CTRL+V   Jeu 4 Juil - 22:14



you'’re too mean, i don’t like you, fuck you anyway. you make me wanna scream at the top of my lungs. it hurts but i won’t fight you, you suck anyway, you make me wanna die. ♢ ♢ ♢ @the neighbourhood.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 01/11/2012
mensonges : 2451
crédits : Croco ; signature episkey; gif Tumblr
âge : 26 years old.
adresse : 515, Northern Hills
humeur : Lunatique sur les bords

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: Démocularisation cellulaire


MessageSujet: Re: CTRL+V   Jeu 4 Juil - 22:25

I Will Survive



      We are unusual and tragic and alive
      Because such violent, wild love works like a fit, like a deadly noose, like an illness, and - as soon as you reach satisfaction - the scales fall at once and the opposite feeling appears: disgust and hatred, the wish to exterminate, to crush...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://b-velvet.forumactif.org/
avatar

date d'arrivée : 06/06/2013
mensonges : 780
crédits : Silverwing ◊ Dnwinchester
âge : 30 ans
adresse : City Center

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: //


MessageSujet: Re: CTRL+V   Jeu 4 Juil - 22:41




« Le problème avec
les mensonges, était qu'il fallait
ensuite les multiplier. »

◊  Blaze ◊ Stephen King
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hmcming.com/t885-shirley-tiens-c-est-poussiereux-chez
avatar

date d'arrivée : 01/11/2012
mensonges : 2451
crédits : Croco ; signature episkey; gif Tumblr
âge : 26 years old.
adresse : 515, Northern Hills
humeur : Lunatique sur les bords

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: Démocularisation cellulaire


MessageSujet: Re: CTRL+V   Ven 5 Juil - 13:52

Hunter Pendleton 32
Judith Oaken 03
Dylan Rosenwood 46
Baby Stewart 32
Anastasia Brooks 23
Liam Caldwell 08
Olivia Poole 18
Velvet Archdeacon 18



      We are unusual and tragic and alive
      Because such violent, wild love works like a fit, like a deadly noose, like an illness, and - as soon as you reach satisfaction - the scales fall at once and the opposite feeling appears: disgust and hatred, the wish to exterminate, to crush...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://b-velvet.forumactif.org/
avatar

date d'arrivée : 06/06/2013
mensonges : 780
crédits : Silverwing ◊ Dnwinchester
âge : 30 ans
adresse : City Center

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: //


MessageSujet: Re: CTRL+V   Sam 6 Juil - 20:22




« Le problème avec
les mensonges, était qu'il fallait
ensuite les multiplier. »

◊  Blaze ◊ Stephen King
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.hmcming.com/t885-shirley-tiens-c-est-poussiereux-chez

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: CTRL+V   

Revenir en haut Aller en bas
 

CTRL+V

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

 Sujets similaires

-
» CTRL+V
» Ctrl + V
» CTRL+V
» CTRL+V
» CTRL + V ⊹ y a quoi dans ton presse-papier?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HOMECOMING △ V.4 :: 
« Housewives gossips »
 :: Aire de repos :: Salle de jeux
-