AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Z'avez pas vu Mirza? -Hunter-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

date d'arrivée : 29/05/2013
mensonges : 37


MessageSujet: Z'avez pas vu Mirza? -Hunter-   Mar 1 Oct - 19:29

Un livre à la main, Jodie bouquinait sur le perron de sa maison à profiter de la fraicheur matinale et de la petite solitude dûe à l'absence de Iouri. L'homme devait être parti faire son jogging, aucune importance : elle ne le maternait pas, elle ne l'enfermait pas non plus, et l'idée de finir ce policier avant l'heure de manger lui plaisait bien.
Son seul regret était de ne pas avoir racheté de thé à la menthe. Au lieu de cela, elle avait mis dans la tasse un thé vert classique, qui ne lui plaisait pas plus que cela. Une chose à penser à rajouter sur la liste de courses, Iouri irait certainement ramener tout ça si elle le lui demandait.
En attendant, la tasse posée à côté d'elle, la jeune femme ne voyait plus désormais que le livre sur ses genoux. Le reste du monde n'existait pas, et cela était un soulagement. Ce qu'il y avait sur le papier, Jodie n'en avait jamais eu peur, aussi horrible l'histoire soit-elle.

Elle perdit la notion du temps, concentrée dans l'intrigue, jusqu'à sentir quelque chose d'humise se frotter contre sa jambe. Jusqu'à preuve du contraire, Iouri n'arrivait pas encore à faire ça, donc ce n'était pas lui. Jodie tourna une page, sourcils froncés, décidée à juste ignorer cela, mais la pression se fit soudain plus forte, et puis vinrent les pleurs.

Le chien.

 « Tu veux quoi, saloperie ? »

l'animal avait la tête basse et se tenait couché, applati au sol à lui donner de petits coups de truffe sur les jambes. Il n'était pas à elle, mais au voisin. Un homme que Jodie ne connaissait pas plus que cela, de toute manière elle avait peur des autres. Le chien était gentil par contre, une grosse peluche d'amour et de bêtise. De temps en temps il venait dans son jardin saccager les plantes et y faire ses besoins, et plus d'une fois Jodie l'avait menacé de le cuisiner en ragoût, mais d'un certain côté elle l'aimait bien.
Les animaux étaient honnêtes... Lorsque Poker réclamait des caresses, ce n'était pas pour jouer la comédie mais bien parce qu'il voulait de la tendresse et que la sienne lui plaisait. Et puis Jodie ne l'avait jamais vu mordre personne...

Finalement, l'animal se redressa et posa la patte sur ses genoux, après que Jodie eut écarté le livre. Elle ne s'en inquiéta pas, pas plus que de sa tête tournée sur le côté comme en attente de quelque chose,

 « Ce que tu pues, la vache... »

Et puis elle comprit enfin : la patte laissait une trace de sang sur le tissu bleu de sa robe. Rien de grave, pas une grosse hémorragie, mais quelques gouttes quand même. Voilà qui compliquait les choses : Jodie ne s'était jamais sentie l'âme d'une vétérinaire urgentiste. Elle ne connaissait que la technique du pansement et du bisou magique, mais cela valait pour les humains, pas les animaux.
La jeune femme soupira, bon elle allait pas le renvoyer aux quatre vents comme ça non plus ce clbs, hein ?

 « Allez viens... »

L'animal la suivit sans faire d'histoire, Jodie laissa la porte ouverte, le livre et la tasse sur le perron, les ayant déjà oublié. Tant bien que mal, elle emmena Poker jusqu'à la salle de bain du premier étage et le fit grimper dans la baignoire pour laver sa patte. Elle y appliqua ensuite une compresse imbibée de béthadine, espérant que cela désinfecte un minimum. Conciliant, Poker se laissa faire. Peut être comprenait-il en même temps que Jodie menaçait de lui ouvrir le bide et d'en sortir ses tripes pour les cuisiner à la mode de Caen s'il faisait l'affront ne serait-ce que de bouger d'une oreille ? Mystère....

La coupure était petite, peut-êre devraitelle coincer un mot dans le collier du chien pour prévenir son maître ? En attendant, Poker ne semblait pas décidé à partir. Il suivit Jodie comme son ombre alors que la jeune femme redescendait, se frottant à ses jambes avec une délicatesse inexistante.

Récupérant le livre et la tasse à l'extérieur, Jodie se mit cette fois ci sur le canapé, le chien à ses pieds. C'était sympathique, un animal. Peut-être devrait-elle songer à s'en prendre un ? Non, Jodie aurait trop peur de mal faire, elle se souvenait encore des hurlements de sa mère, assénant qu'elle laisserait tout mourir.

 « Pourquoi t'es ici, hein ? J'ai même pas de biscuit, rien....Faut pas venir chez moi, mon gros. Ton maître a du te le dire en plus... »

Avec douceur, elle gratta l'animal derrière l'oreille. Dans les films, on montrait toujours que les chiens aimaient ça après tout. Ca et leur frotter le ventre....
Tout occupée avec son invité surprise, Jodie ne songea pas un seul instant que Hunter pouvait le rechercher partout comme un fou, ni même qu'il pouvait faire irruption ici pour récupérer l'animal. Une chose qui ne manquerait pas de terroriser la jeune femme, si elle se retrouvait prise de court....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 23/03/2013
mensonges : 3174
crédits : judas
multicomptes : isle ginger deschain & tyler crazy lawson
âge : 34 ans
adresse : à droite et surtout à gauche, vous ne le trouverez jamais chez lui
humeur : en plein pétage de plomb (et de gueules)

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: J'ai le pouvoir de t'casser les dents si tu continues à mater...


MessageSujet: Re: Z'avez pas vu Mirza? -Hunter-   Mer 2 Oct - 16:29

❝ Have you seen my big fat dog full of love ? ❞
Do you remember when we met ? That's the day I knew you were my pet. I wanna tell you how much I love you
 

Il recule d’un pas pour avoir une vue d’ensemble sur ce qu’il a prévu d’emporter pendant son road trip. A première vue, ça a l’air d’être suffisant, sans le surcharger. Parfait. Le trentenaire soupire et se rapproche du lit pour fourrer ses vêtements plus ou moins pliés dans les sacoches prévues à cet effet. Ca lui prend quelques petites minutes après lesquelles il va déposer le tout près de sa porte d’entrée. Il les chargera sur la bécane que Finn lui a cédé après avoir été retrouver Baby et l’avoir déposé au garage pour qu’il puisse récupérer sa voiture. Ca ne va pas être une partie de plaisir… Il ignore de quelle façon son demi-frère va réagir face à ce qu’il a à lui annoncer. Ils ne se sont plus vus depuis l’anniversaire du garçon qui a tourné au bain de sang au jardin public. Anniversaire dont Hunter n’était pas au courant et qu’il a tenté de rattraper en lui refilant par la suite une de ses plus vieilles bagues, à l’effigie des KoS. Un cadeau sentimental mais qui n’aura peut-être pas vraiment plu à Baby.
Hunter pousse un énième soupir et porte ses deux mains à son visage. Il grimace quasiment immédiatement et les laisse retomber. Cet enfoiré de junkie l’a bien amoché… Il préfère cependant être dans sa peau que dans la sienne à l’heure actuelle, parce qu’il ne l’a lui-même pas loupé.
Hunter se détourne de la porte d’entrée pour chercher Poker qui devrait zoner dans le coin. Il l’a récupéré il y a trois jours à peine, histoire de profiter un peu de l’animal avant son nouveau départ programme pour ce début d’après-midi même. Il est d’ailleurs étrange que son amstaff lui ai fichu la paix le temps qu’il prépare ses valises. Habituellement, il vient faire l’andouille sur le lit, lui apporte tous ses jeux pour détourner son attention de sa tâche et ressort ce qu’Hunter essaye de rentrer dans les sacoches…
« Poker ! T’es où mon gros ? » hèle le tatoueur en retournant jeter un œil dans sa chambre à coucher après avoir fait le tour de la pièce à vivre. « Ramène ta fraise. »
Il s’immobilise près de la salle de bain au fond du couloir, l’oreille tendue pour essayer de déceler la présence de l’animal. Mais rien.
« Putain » tique Hunter qui entreprend de refaire le tour du propriétaire et ne tarde pas à remarquer que la porte vitrée du salon est restée entrouverte. « Fais chier. »
Il lui semblait pourtant l’avoir fermée tout à l’heure, justement pour éviter ce genre de désagrément. Ce gros imbécile doit être en pleine chasse ou occupé à déterrer il ne sait quoi il ne sait où pour lui attirer d’énième problèmes. Il adore ce clébard mais bordel, c’est une source inépuisable d’emmerdements…

« Poker ! »
Il réitère son appel plusieurs fois, relevant son jean large en déambulant dans son terrain qu’il ne se donne la peine d’entretenir que lorsqu’il décide d’inviter ses gars à manger un bout. Il n’y a donc plus touché depuis le début du mois de septembre et c’est une véritable foutue jungle…  
« POKER ! PO… Fais chier » soupire une fois encore Hunter, notant le trou passant sous le grillage entourant sa propriété et par lequel son amstaff s’est certainement fait la malle.
Un trou qui le mène directement chez Jodie Hobbs, sa foutue voisine. Cette connasse ne peut les voir ni lui, ni son chien et elle ne manque jamais une occasion de venir lui casser les couilles avec son ton suffisant et cassant au possible. De mémoire, Hunter n’a jamais vu quelqu’un manquer autant de tact que cette gonzesse là. Elle a déjà menacé plusieurs fois de tuer Poker s’il revenait encore foutre la merde chez elle, ce que ce crétin de clébard semble pourtant adorer faire. S’il ne l’a jamais vraiment prise au sérieux, depuis qu’elle héberge ce grand slave louche, Hunter n’est pas rassuré. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il a laissé son chien si longtemps en pension chez la sœur de Tim…

Hunter s’approche du grillage et jette un œil sur le jardin d’à côté, espérant y trouver son chien, en vain. Il se résout donc à s’orienter vers l’autre côté de sa maisonnette, espérant ne pas avoir à trouver quelque chose de déplaisant sur un des bords de la route... Il a retrouvé un chat à lui comme ça lorsqu’il était plus jeune et espère ne plus jamais avoir droit à une telle vision. L’angoisse commence à l’atteindre tandis qu’il fait le tour du modeste bâtiment pour atteindre sa façade qui aurait bien besoin d’un ravalement. Il appelle à nouveau l’animal, sans obtenir de résultat, et commence à remonter sa rue, maudissant le jeune fugueur à poils.
Après plusieurs mètres, sentant son genou malmené par son récent accident commencer à devenir douloureux, il revient sur ses pas en décidant de faire du porte à porte. Sauf que soit on ne veut pas lui ouvrir, soit aucun de ses voisins n’est chez lui… Du coup, c’est agacé qu’il arrive finalement devant chez sa voisine pour venir frapper à sa porte sans beaucoup de douceur, les nerfs en pelote.
Il remarque assez vite quelques gouttes rougeâtres sur le porche et s’apprête à s’accroupir malgré ses douleurs pour examiner ça de plus près lorsque la porte s’ouvre sur la brune.
« Bonjour » se force à se détendre Hunter, essayant d’apparaitre courtois sans se fendre du moindre sourire pour autant « J’cherche mon chien. J’sais qu’il aime bien v’nir chez vous alors… »
Et ce connard pointe son museau juste à ce moment pour venir lui faire la fête, arborant son air de « tiens, toi aussi t’es venu t’éclater dans l’coin, c’est trop cool dude !!! » qui donne au tatoueur envie de le cogner. Ou pas… A la place, il donne une tape sur sa cuisse pour que le amstaff y prenne appuie et se dresse.  
« Bordel mais qu’est-ce que tu fous là, Pok ? » tente de s'agacer le trentenaire qui n'arrive qu'à traduire son soulagement et reçois quelques bons coups de langues sur les mains.


Gunter is
Gipsy Danger

(for this week only ladies)


Dernière édition par Hunter D. Pendleton le Mer 23 Oct - 20:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 29/05/2013
mensonges : 37


MessageSujet: Re: Z'avez pas vu Mirza? -Hunter-   Ven 4 Oct - 17:03

Par automatisme, Jodie vint remplir un verre d'eau avant de le tendre à Hunter. L'homme chrchait sans doute son chien depuis longtemps au vu de l'air débraillé qu'il affichait et... et non en fait. Comme Iouri, Hunter semblait posséder la capacité de toujours ressembler à l'as de pique.
Timide, mal à l'aise de l'avoir dans son espae personnel, le regard fuyant, Jodie préfèra le laisser parler au chien et redevenir inexistante. Elle savait bien qu'elle n'avait rien fait de mal, mais ne pouvait s'empêcher de caindre des cris, des éclats de voix et des reproches. L'air lui semblait comme électrique sur sa peau, sans doute aux réponses aux craintes d'Huntr pour son chien.
Mal à l'aise, la jeune femme recula d'un pas, les bras croisés comme pour se protéger.

 « Il est blessé... j'ai désinfecté »

Cela ne semblait pas trop grave au vu de l'énergie que Poker mettait à faire la fête à son maître. Toujours à fuir le regard de l'autre, Jodie lissa les pans de sa robe. Elle n'en avait pas changé, elle aurait du : il y avait toujours les tâches de sang dessus. Rien de grave, mais vieux valait nettoyer cela de suite pour ne pas que cela s'incruste. Bah, elle allait avoir le temps, Poker rentrait chez lui et....

Et ah non, le chien sembla préférer se coucher simplement dans l'entrée avec des yeux pleins d'amour envers le monde entier. Brave bête. Décontenancée, Jodie recula encore un peu, incapable de bien comprendre le chien. Qu'est-ce qu'il voulait ? Cela allait obliger Hunter à rentrer pas vrai ? Elle n'avait pas peur de lui en tant qu'homme, mais Jodie craignait les cris, les reproches, les regards dédaigneux même, c'étai là les seules menaces auquel la jeune femme prêtait attention.

 « Il...peut marcher normalement. Tout à l'heure il marchait.... »

N'ayant jamais possédé d'animaux à elle (non elle ne comptait pas encore Iouri dans cette catégorie), la brune était tout simplement incapable de reconnaître un caprice canin lorsqu'elle en voyait un. Aussitôt, Jodie imagina le pire : elle avait fait mal au chien, il s'était encore plus blessé chez elle, il allait agoniser et mourir là, dans son entrée, près du bac à parapluie....

 « il va bien...hein ? »

Tranquille le chien, lui, haletait en regardant tour à tour Jodie et Hunter. La jeune femme croisa les bras à nouveau, peut être donnait-elle encore une image de salope glaciale, mais ce genre de chose elle s'en souciait peu. Du moment que rien ne venait la menacer dans son monde de terreur, alors tout était parfait...
Quelle guigne que Iouri soit absent, elle l'aurait laissé parler à sa place, elle se serait juste réfugiée dans sa chambre avec un livre et Baste !

Incapable d'en supporter plus, prise au piège de ses propres névroses, la jeune femme tourna les talons jusquà la cuisine pour respirer un grand coup. Ca n'allait pas, bien sûr que ça n'allait pas. Ce n'était passon pouvoir, si clui ci l'handicapait il lui rendait cependant la vie moins dure que lespsychoses qu'elle trimballait en casserole depuis son enfance.

Une main sur la bouche, yeux fermés, Jodie tentit de reconstruire les murs du château de cartes lui servnt de forteresse, là, dans sa tête. Le chien l'avait forcé à avoir une interaction auquel la jeune femme n'était pas préparée. Jambes chancelantes, elle se laissa tomber sur une chaise, se demandant combien de temps cela lui prendrait avant que la méchanceté ne prenne le pas pour combattre la peur. N'était-ce pas toujours ce que sifflait sa mère entre ses dents ?  « Méchante fille, tu ne vaux rien, toujours à pourrir la vie des autres et la mienne aussi. Incapable de parler correctement en plus, personne voudr jamais de toi, regarde donc... Ca se voit, t'as aucun ami. Et arrête de chialer, tu serviras jamais à rien ! »

Des mois que la vieille femme était morte, et pourtant Jodie continuait d'entendre sa voix pour des reproches constantes. La gorge sèche, douloureuse, elle inspira grandement avant de relever la tête, les yeux un peu rouges. Ses larmes, elle les avait effacé rapidement, le chien n'avait pas bougé de place, lui, alors, les mains crispées sur la nappe de la cuisine, Jodie attendit la suite des évènements, glaciale peut être, bien cachée en elle-même là où personne ne pourrait l'atteindre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 23/03/2013
mensonges : 3174
crédits : judas
multicomptes : isle ginger deschain & tyler crazy lawson
âge : 34 ans
adresse : à droite et surtout à gauche, vous ne le trouverez jamais chez lui
humeur : en plein pétage de plomb (et de gueules)

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: J'ai le pouvoir de t'casser les dents si tu continues à mater...


MessageSujet: Re: Z'avez pas vu Mirza? -Hunter-   Jeu 24 Oct - 6:56

❝ Have you seen my big fat dog full of love ? ❞
Do you remember when we met ?
That's the day I knew you were my pet.
I wanna tell you how much
I love you

Son soulagement laisse cependant rapidement place à l’inquiétude lorsque sa voisine lui signale que son chien est blessé. Un pli soucieux barre alors le front du tatoueur qui se penche pour examiner l’animal sous toutes les coutures. Il ne lui fait ceci pas longtemps pour repérer la plaie et, dès qu’il cherche à la voir de plus près, l’animal pousse un petit couinement. Un couinement de grand comédien. Hunter connaît Poker depuis assez longtemps pour le savoir. Ce gros imbécile a connu pire, mais il a bien saisi qu’il était sur le point d’avoir des problèmes et joue la carte de l’attendrissement… Normal pour un bluffeur dans son genre. Le amstaff n’a pas volé son nom.
Hunter tique d’agacement et relève les yeux vers la brunette qui est occupée à lisser nerveusement ses vêtements…tâchés de sang. Génial. Est-ce qu’elle va lui faire payer le pressing maintenant ? Elle n’a pas l’air dans un de ses mauvais jours et il est épaté qu’elle n’ait pas encore crié au scandale sous prétexte que l’animal s’est introduit chez elle en toute illégalité. Cette connasse (ou son mec à la mauvaise réputation) auraient pu l’abattre en toute impunité pour ça. Hunter en a conscience. Du coup, il préfère faire mine de n’avoir rien remarqué. Tant qu’elle n’évoque pas l’incident, autant le garder sous silence.  
A la place, il redonne son attention au molosse qui s’est allongé comme un bien heureux dans l’entrée de la bâtisse, les observant tour à tour avec ce regard qu’il espère attendrissant. Le regard du « ne me gronde pas papa, regarde : je suis beau ! ». Enfoiré de p’tit manipulateur. Ca marche à tous les coups…

« Il...peut marcher normalement. Tout à l'heure il marchait.... Il va bien... hein ? »
« Ouais, il va bien » la rassure Hunter sur un ton pourtant un peu bougon.
Il ne peut pas en dire autant de lui-même. Il vient d’avoir une belle trouille et ce n’est pas forcément le moment. Pas la journée. Pas alors qu’il s’apprête à quitter Caswell et surtout, à avoir un petit tête à tête avec le garçon qui, il l’a découvert récemment, est son demi-frère.  Le fils d’une femme qu’il pensait morte depuis des années, tuée accidentellement, ou pas, par son propre père... Cette certitude a pesé considérablement sur sa relation avec l’inconnu qui lui sert de géniteur et qu’il croise tous les quatre matins en ville. Helen aura décidément pourri toutes ses putains d’chance d’évoluer convenablement.
« J’m’apprête à quitter la ville quelques temps. Il a dû l’sentir et… »
Mais lorsqu’il relève la tête pour faire face à son interlocutrice, il s’aperçoit qu’il parle seul et se tait. Jodie s’est évaporée dans la nature… Enfin non, elle n’est pas si loin que ça et Poker, lui, l’a suivie du regard, facilitant les recherches de son maitre. Hunter fronce les sourcils en se redressant, s’aidant du mur puisque, dans l’émotion, il a oublié à quel point son genou pouvait être douloureux depuis son accident de moto.  

Qu’est-ce qu’il est censé faire à présent ? La remercier d’avoir veillé sur sa bête et la planter là alors qu’elle a l’air de ne pas aller bien fort non plus ? Ne pas la remercier et simplement se tirer en lui laissant un peu d’intimité ? C’est ce qu’il aimerait qu’on fasse si un jour il était surpris dans un moment de faiblesse. Mais si c’était l’inquiétude pour Poker qui l’avait mise dans cet état… il en serait responsable.
Jodie Hobbs était une salope frigide, mais elle était tout de même  un être humain et une femme qui plus est. Hunter pouvait se vanter de n’avoir jamais laissé une gonzesse livrée à elle-même dans un état pareil. Il n’allait pas commencer aujourd’hui. Pas alors qu’il avait pris toutes ces bonnes résolutions la veille.

D’un pas quelque peu hésitant, il s’avance dans la cuisine, affichant un air plus curieux que réellement soucieux.
« J’peux faire quelque chose ? »
Inutile de lui demander si elle se porte bien, il voit que ce n’est pas le cas. Elle a l’air hagard, ses yeux sont rougis par des larmes et elle a l’air de trembler un peu.
« Vous voulez que j’vous serve un verre d’eau ? » demande-t-il encore, s’immobilisant à quelques pas de la brune.
L'instant suivant, ils sont rejoins par Poker qui ne veut pas être en reste et sent bien que l'action va se passer ici à présent. Il reste aux côtés de son maitre, observant tour à tour les deux protagonistes.



Gunter is
Gipsy Danger

(for this week only ladies)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Z'avez pas vu Mirza? -Hunter-   

Revenir en haut Aller en bas
 

Z'avez pas vu Mirza? -Hunter-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Vous me cherchiez? Vous m'avez trouvé... [P.V. Hunter B. Vesperine]
» Georges Saati, vous avez raison mais ...
» Combat 4: Annie Villeneuve vs Rachel Hunter
» Comme vous l'avez remarqué.
» Avez -vous honte parfois ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HOMECOMING △ V.4 :: Habitations-