AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pure Morning -Ty et Aël-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

date d'arrivée : 01/07/2013
mensonges : 167
crédits : Babine
multicomptes : Baby A. Stewart


MessageSujet: Pure Morning -Ty et Aël-   Ven 30 Aoû - 9:21

Marchant dans les couloirs de l’hôpital, Aël range son zippo dans sa poche, ne prêtant guère attention aux quelques personnes qui le salut. C’est son jour de repos aujourd’hui et pourtant, il se retrouve là. Ne lui manque plus que la blouse blanche et son service où gisent ses très chers macchabés. D’habitude, c’est eux qu’il part voir en premier, quoiqu’il arrive. Avant même de commencer à lire les rapports ou boire le premier café, il va les voir, repérant les nouvelles têtes.
Sauf qu’il n’est pas là pour un mort aujourd’hui, et il ne se retrouve pas dans la quiétude de la morgue, mais dans l’effervescence des urgences. Ça court, ça crie, ça braille, ça se plaint. Jamais il n’aurait pu travailler ici. Tous ces étrangers à son cercle, ce blabla inutile… Il secoue la tête, franchissant une des portes qui conduit à un couloir plus calme. Il  croise la mère de Tyler qui lui adresse un signe de tête avant de reprendre sa conversation presque paniqué au téléphone. Si il avait cru la voir un jour… Si il avait cru finir sa nuit ici.

Tout avait bien commencé pourtant, la soirée s’annonçait aussi unique que la première qu’il avait passé avec l’Indien, comme toutes les autres d'ailleurs. Une bouffe, un film et plus si affinité. Aël ne se lassait pas de le prendre contre lui ou même de l’embrasser, l’euphorie passé de leur première fois, les questions avaient bien évidemment déboulé dans son crâne. Mais jusqu’à maintenant, il faisait avec les zones d’ombre. Il ne savait pas pourquoi. Il savait juste qu’il n’y avait que Tyler pour l’éveiller ainsi aux sensations. Il ne savait pas pour combien de temps, mais il voulait que ça dure le plus longtemps possible. Profitez, simplement. Et cette soirée aurait du apporter son lot de ressentit… Sauf qu’à la place… - Quel Ty con, putain… On a pas idée d’être diabétique et d’oublier de prendre sa dose. Ça semble logique pourtant, on est malade, on se soigne. Y a pas à se poser de question. Ça évite les malaises inexpliqués et inexplicables. Heureusement que l’Irlandais à un semblant de jugeote et que malgré le silence de Tyler à se propos, il a cogité.
Ses soucis avec la bouffe, comment il avait insisté pour finir son repas, refuser un dessert, sa disparition aux toilettes avant qu’il n’arrive, le choix de la nourriture… ça avait finit par faire tilt dans l’esprit d’Aël et heureusement, à temps pour qu’il fouille dans son sac et en dire de quoi lui sauver la vie. Il se masse les tempes, n’aimant pas à se rappeler qu’à cause de…. A cause de quoi d’ailleurs ? Pourquoi Tyler ne lui a simplement rien dit ? Y a pas de honte à ça. Ou en tout cas, il ne la voit pas, lui.

Il se masse légèrement les temps, sachant que la première chose qu’il ferait en rentrant c’est rangé tout le foutoir qu’on mit les secours en arrivant. Il était obligé de les appeler, ne serait ce que pour s’assurer que le cadet irait mieux. Il n’empêche qu’Aël s’était inquiété et que l’idée de le perdre lui avait serrer le cœur, sans qu’il n’est à feindre quoique ce soit. Oh il n’avait pas manqué de sang froid mais… Il avait eut peur, et il était loin d’apprécier se ressentit.
Il finit par franchir une petite porte numéroté, celle de l’Indien qui pionce encore. Cette fois ci la chambre est vide. L’Irlandais se laisse retomber dans le fauteuil près du lit, posant son regard sur la silhouette endormie, secouant encore une fois la tête. Tyler avait intérêt à avoir une putain d’excuse pour ne pas avoir prit ses cachets… ça aurait pu finir autre part qu’aux urgences, et l’idée de l’avoir sur la table froide de la morgue, curieusement, ne lui plaisait pas du tout.  
Il pose doucement ses doigts sur la joue de Tyler, caressant légèrement sa peau. Il sourit. Éphémère. Il a l’air plus… serein que pendant son malaise. L'ainé se réinstalle convenablement, refermant brièvement les yeux... Et Ma' qui doit en être à son 20eme appels. Elle ne connait pas Tyler, mais putain, ça aurait été lui qu'elle ne se serait pas plus inquiété.


those hells bells, my temperature's high, hells bells, across the sky, hells bells, they're taking you down, hells bells, they're dragging you down, hells bells, gonna split the night, hells bells, there's no way to fight
I'm on the highway to hell
(gif tumblr/code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 24/07/2013
mensonges : 395
crédits : cha
multicomptes : gunter & the island
âge : 20 yo
adresse : chez môman près du port

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: _


MessageSujet: Re: Pure Morning -Ty et Aël-   Ven 30 Aoû - 10:55

∞ pure morning
Aël & Tyler



 Il s’agite dans son sommeil, pousse un soupir puis un autre, grimace et finalement ouvre un œil. Œil qu’il referme pratiquement aussitôt pour recommencer à somnoler sans avoir pris conscience de l’endroit où il se trouve ou avoir noté la présence d’Aël. Son inconscient a dû noter plus de détail, a peut-être perçu le brouhaha s’élevant dans le couloir adjacent à sa chambre, mais Tyler est trop anesthésié pour se rendre compte de quoi que ce soit. Sa main s’ouvre et se referme sur le drap rêche qui lui a été prêté pour la durée de son séjour au service des urgences. Un séjour qui ne durera pas bien longtemps. Juste le temps qu’il se remette de sa crise d’hypoglycémie sévère, avale quelque chose et récupère ses affaires. Sa mère fait toujours des scandales quand ils en arrivent à ce stade. Elle estime que son fils est mal traité, parle de racisme, exige de le voir faire plus d’examens (qu’ils n’ont même pas les moyens de financer et ne serviraient de toute façon à rien), qu’ils le gardent au moins 48h sous surveillance… Et c’est donc à Tyler de la rassurer, de lui expliquer que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes et qu’elle devrait s’estimer heureuse qu’il soit si vite sur pieds et capable de sortir. Mais ça passe par beaucoup de larmes et de cris. Ils n’en sont pas encore là cependant et Tyler commence à peine à émerger.

Il déglutit péniblement et papillonne des paupières. La luminosité est dérangeante. Il se demande s’il a oublié de fermer les volets en se couchant et essaye de se tourner dans son lit pour échapper à la lumière trop crue du jour. C’est là qu’il rencontre une première résistance. Ca le tiraille et lui fait un peu mal sur le dos de sa main. Il ouvre alors un œil hagard et observe la source de sa gêne. Il voit la perfusion au moment où une voix lui explique justement qu’il est perfusé. Une voix familière. Tyler retrouve sa position initiale, sur le dos et la tête enfoncée dans un coussin, et fait alors face à Aël. Il fronce les sourcils, prend une longue inspiration et l’observe un moment, un peu désorienté.
« On est où là ? » demande Tyler d’une voix encore endormie.
Sa langue le gêne. Elle est engourdie et un peu douloureuse. Comme s’il l’avait mordue ou quelque chose comme ça. Le garçon porte ses deux mains à ses yeux pour les frotter de ses paumes, essayant de se redresser un peu dans son lit. Sauf que ça n’est pas son lit. La lumière commence doucement à se faire dans l’esprit du jeune homme qui pousse un lourd soupir et finit par laisser retomber ses mains sur ses cuisses. Il observe le décor, jette un nouveau coup d’œil à sa perfusion et finit par redonner son attention à Aël.
« C’est l’hôpital ? »
L’autre lui répond à l’affirmative.

Tyler essaye laborieusement de se souvenir de ce qui aurait pu le conduire jusque là. La dernière chose qui lui revient en tête, c’est que lui et Aël ont mangé sur son lit et qu’il a rit en demandant ce qui se passerait s’il faisait des miettes sur le drap. Il lui a demandé s’il serait obligé de faire une lessive ou quelque chose comme ça. C’est qu’il est maniaque sur les bords et au milieu aussi ce grand homme blanc !
Mais Ty n’a pas besoin de se creuser la tête très longtemps puisque son interlocuteur lui explique tout, avec moultes détails dont il se serait bien passé et qui le mortifie…  



go get fucked ㄨ Invité  
Girls and their curls and their gourmet vomit ; Boys and their toys and their 6 inch rocket ; We're all very lovely 'til we get to know each other ; As we stop becoming friends and we start becoming lovers
And I don't belong to anyone, they call me homewrecker

•• unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 01/07/2013
mensonges : 167
crédits : Babine
multicomptes : Baby A. Stewart


MessageSujet: Re: Pure Morning -Ty et Aël-   Ven 30 Aoû - 21:45

- Tu sais, c'est par ça que tu aurai du commencer ? Quand on était au restau, c'est le genre de truc important à signaler. ça n'a rien d'une réprimance ou d'un repproche, c'est juste un constat. Il aurait du le lui dire. ça aurait évité cet instant où le temps semblait s'arrêter et en même temps défiler si vite. Il aurait pu réagir plus vite si il avait sut. Non, il le lui aurait fait penser, et ce séjour à l’hôpital n'aurait pas eut lieux. Ils seraient tranquillement chez lui, devant un film, Tyler sans doute en train de le faire chier si oui, ou non il enverrait ses draps à la machine à laver... La question ne compte plus maintenant, ses draps sont au sale, après le malaise de Tyler s'était logique. Parce que oui, en perdant conscience, il a aussi perdu le contrôle sur sa vessie et si pour Aël ça n'a rien de gênant visiblement ça n'est pas le cas de l'indien. Pourquoi ? Il n'en sait foutrement rien. C'est pourtant un réflexe, donc une chose incontrôlable. Quelque chose qui ne se contrôle pas, ne peut pas être honteux.

Il ne sait pas ce que Tyler ressent, il aimerait bien pouvoir déchiffrer ses sentiments aussi facilement qu'il peut les reproduire. Mais ce n'est pas chose aisé quand on ignore l'empathie. Il ne peut qu'imaginer, tenter de faire preuve de logique... Mais il n'y arrive pas. Il est juste incapable de se mettre à sa place. ça ne lui vient même pas à l'esprit. Il maudit son propre trouble. Quel couple font il, le diabétique et l'autiste. Il est sur que ça ferait un putain de bon film. Enfin, si on considère qu'il forme un couple. Est ce qu'il pouvait se considérer comme telle ? Il ne s'était pas encore posé la question à vrai dire. Il reporte ça à plus tard, se refusant à se perdre dans son esprit. Pas maintenant, pas avec Tyler à ses côtés.

Il soupir doucement et passe ses doigts sur les joues du jeune homme; - Tu devrais te reposer, ta mère va pas tarder à revenir et si elle te voit aussi pâle, elle risque de recommencer son scandale. Il sourit légèrement en repensant à sa mère inquiète qui tapait presque du pied sur le sol parce qu'elle jugeait que son fils n'était pas suffisamment bien pris en charge. - Je devrai te laisser dormir aussi. Sauf qu'il n'en a aucune envie. Il veut rester auprès de Tyler, s'assurer qu'il aille réellement mieux. Il a été inquiet, il l'est toujours et il n'a pas l'habitude, comment ça se gère ce genre de sensation ? On doit faire quoi pour la faire taire ? Il claque sa langue contre son palais, se redressant. - Dis le d'ailleurs si tu veux que je te laisse. ça ne le vexera pas de toute manière. Il comprendra... Après ses crise à lui, Aël préfère être seul. Loin de tout et surtout de tous. Rare sont les personne qui peuvent l'approcher dans ses moments de toute façon.


those hells bells, my temperature's high, hells bells, across the sky, hells bells, they're taking you down, hells bells, they're dragging you down, hells bells, gonna split the night, hells bells, there's no way to fight
I'm on the highway to hell
(gif tumblr/code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 24/07/2013
mensonges : 395
crédits : cha
multicomptes : gunter & the island
âge : 20 yo
adresse : chez môman près du port

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: _


MessageSujet: Re: Pure Morning -Ty et Aël-   Sam 31 Aoû - 9:03

∞ pure morning
Aël & Tyler



 C’est le coup habituel, sauf que cette fois, le témoin de sa déchéance n’est pas le premier venu et ce détail le contrarie énormément. Il ne sait pas vraiment comment qualifier sa relation avec Aël. Est-ce qu’ils sont amis avec bénéfice ou bien de simples amants ? Il s’est figuré que, puisqu’il y a rendez-vous avant les parties de jambes en l’air et qu’ils prolongent ensuite leurs soirées en dormant l’un contre l’autre, ils sont plus que deux types aimant baiser l’un avec l’autre. Tom n’est qu’un coups de quelques soirs en revanche lui. Mais est-ce que l’irlandais considère qu’ils sont simplement amis ou bien sont-ils en couple depuis le resto où ils ont fait plus ample connaissance ?
Sauf que la vraie question qui taraude Tyler à ce moment précis, c’est plutôt quelque chose comme : est-ce qu’il va continuer à vouloir baiser un type qui a convulsé et pissé dans son froc sous ses yeux ?

S’il n’aime pas spécialement boire, fumer de l’herbe ou consommer de drogues plus dures que ça, ce n’est pas parce que son diabète l’en empêche, c’est avant tout parce que Tyler aime garder le contrôle. Il en peut pas décider de ne plus être malade, mais décidé de ne pas s’anesthésier la tête pour faire n’importe quoi, ça il peut le choisir. L’autre fois, avec Ethan, il a un peu dérapé, mais ce n’est pas seulement à mettre sur le compte de la fumette. Il y avait une ambiance propice au n’importe quoi et la fatigue qu’il accumule depuis des semaines à prendre en compte. L’euphorie de sa rencontre avec Aël aussi… En tout cas cet épisode avait servi de leçon à Ty qui comptait bien reprendre les rênes et arrêter de déconner. Du coup, il ne comprend pas comment il a pu en arriver là aujourd’hui.    
Le souci c’est qu’il ne parvient à se rappeler de rien. Vous laver le cerveau sur quelques heures est peut-être le seul avantage de ce genre de crise à la con. Sauf que l’indien est maintenant incapable de savoir à quel moment il a foiré, si on considère bien entendu qu’il a foiré. Peut-être que c’est un accident indépendant de sa volonté. Il a fait pas mal d’hypo ces temps-ci et perdu du poids. Ou bien il s’est endormi avant de faire son injection du soir et, Aël n’étant pas au courant de son problème de santé, n’a pas jugé nécessaire de le réveiller.

« Tu sais, c'est par ça que tu aurai du commencer ? Quand on était au restau, c'est le genre de truc important à signaler. »
« L’occasion s’est pas présentée, c’est tout » répond-t-il simplement, d’une voix blanche, se demandant ce qui peut bien se passer à cet instant dans la tête de l’irlandais.
Est-ce qu’il le trouve dégoutant ? Pourquoi lui préciser qu’il s’est pissé dessus de toute manière ? C’est super gênant à dire et à entendre ! Pourquoi est-ce qu’il lui dit ça si ce n’est pour justifier implicitement les raisons de leur rupture définitive ? Enfin si le garçon considère qu’ils sont en couple, bien entendu…
La tête basse, incapable de soutenir le regard glacial d’Aël, Tyler triture nerveusement la couverture fournie par l’hôpital et qui n’est plus de première jeunesse.

Alors qu’il s’attend surtout à ce qu’il se lève avec une excuse et disparaisse de sa vie pour de bon, son ainé vient pourtant caresser délicatement sa joue. Les yeux un peu humides malgré lui, Ty relève le menton pour les plonger dans ceux du garçon qui… Lui sort une excuse bidon pour pouvoir se tirer et ne plus jamais revenir. C’est trop cruel. Et en plus, Aël lui sourit, avec un petit air amusé. C’est méchant. C’est affreux de lui faire ça et de le faire de cette manière.
Tyler peut comprendre que le grand brun soit dégoûté de sa personne. Qui ne serait le pas par un type qui se met à s’agiter en tout sens au milieu de la nuit avant de pisser sur lui-même et de baver en essayant d’avaler sa langue comme un couillon ? C’est affreux. Il sait que ça l’est et c’est par crainte de son jugement qu’il n’a pas osé lui parler de son diabète justement. Et voilà où ça l’a mené.

« J’ai…j’ai pas envie qu’tu m’laisses » coasse Tyler d’une voix enrouée par l’émotion, attrapant la main d’Aël qui vient de se redresser, essuyant sommairement ses yeux de son autre poing fermé. « Tu peux rester un peu s’te plait ? Au moins…au moins jusqu’à ce que ma mère arrive » ou jusqu’à la fin des temps, si ça t’fait rien mon mignon. « J’ai peur de m’rendormir. »
Et ce n’est pas juste une excuse pour le garder auprès de lui, c’est vrai. Ce genre de crise, il en a eu trois depuis le coma qui a révélé sa maladie et elles sont chaque fois suivies par une période d’angoisses jugée normale par les médecins. Parce que ce genre de moment vous prouve que cette maladie n’est pas seulement contraignante, elle est aussi dangereuse. Elle est aussi mortelle.
Il suffit d’un oubli, d’un mauvais dosage, d’un enchainement d’évènements vous affaiblissant pour que vous plongiez dans un coma duquel vous êtes incapable de vous réveiller. Il suffit de s’endormir. Il suffit de fermer les yeux et vous êtes foutus.

« Si tu veux j’pourrai… J’pourrai trouver un moyen de nous occuper si t’as pas trop envie d’attendre. »
A situation désespérée comme on dit. Du coup Tyler utilise sa main libre pour la porter à l’entrejambe de l’irlandais.
« On peut aller dans la salle de bain et…et j’ferai ce que tu voudras, d’accord ? »



go get fucked ㄨ Invité  
Girls and their curls and their gourmet vomit ; Boys and their toys and their 6 inch rocket ; We're all very lovely 'til we get to know each other ; As we stop becoming friends and we start becoming lovers
And I don't belong to anyone, they call me homewrecker

•• unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 01/07/2013
mensonges : 167
crédits : Babine
multicomptes : Baby A. Stewart


MessageSujet: Re: Pure Morning -Ty et Aël-   Sam 31 Aoû - 17:46

Alors pour le coup, Aël est largué. C'est un grand point d'interrogation dans son esprit. Une énigme. Il ne comprend pas du tout la réaction de son cadet. Pourquoi est ce qu'il a soudainement... Peur ? Il penche légèrement la tête sur le côté, levant un sourcil, l'écoutant sans rien répondre, à sa manière, abasourdi. Qu'est ce qu'il a loupé ? Qu'est ce qui lui est passé au dessus de la tête ? Est ce qu'il a dit quelque chose ? Est ce qu'il n'a pas prononcé ce que Tyler aurait voulu entendre ? Il cogite, sans réussir à percuter, de plus en plus perdu au fur et à mesure de ses paroles. Et quand il porte la main à son entrejambe, c'est carrément l'incompréhension générale. Stop. Recul. On se la refait. L'irlandais se repasse rapidement leur dernier échange, tentant de savoir où était le vice qu'il avait commis.. Mais il a beau chercher, il ne voit pas. Finalement, peu après que l'indien est refermé la bouche, il ouvre la sienne. Y a visiblement un moment où il n'a pas été clair.
- Déjà, ce que je voudrai, c'est que te reposes, sans proposer un plan dans la salle de bain. Pas de sexe quand on vient de faire un malaise. ça lui semblait utile de le préciser. Son sourcil redescend d'un cran alors qu'il rasseoit ses fesses sur la chaise qu'il venait de quitter.

Une fois encore, son téléphone vibre dans la poche de son sweat à moitié ouvert sur son torse nu - il n'a pas vraiment prit le temps de s'habiller vu le contexte mais Ma' à miraculeusement fait apparaitre une veste sur ses épaules- et une fois encore, il ignore le mobile. Précisément parce qu'il sait que c'est encore elle et qu'il a une chose plus importante à faire que de lui promettre une fois encore et durant de longues minutes, que oui, tout va bien, et que oui, Tyler survivra. Il reporte son regard clair sur le jeune homme en même temps qu'il reprends la parole. - Ensuite si tu veux que je reste, dis moi simplement reste. ça suffira, je te l'assures. Le temps que tu voudras. Que ta mère soit là ou non. Surtout que je crois qu'elle m'aime bien. Parce que si Aël ne supporte pas de perdre une minute de son temps, il ne le considère pas gâcher quand il le passe en compagnie de ses proches, particulièrement de Tyler, depuis sa rencontre. Isle aurait été allongée ici, qu'il n'aurait pas été différent. Elle, par contre, ne lui aurait surement pas proposer du cul en échange de sa présence.

- Alors redescend la pression d'un cran et respire.
Manquerait plus que le stress lui provoque une autre crise, tiens. Par réflexe, il joue avec son zippo tout juste sortie de son jean, sous lequel il ne porte rien - toujours pour la même raison- et perds quelques secondes son regard sur la flamme. Maintenant que tout est plus clair et qu'il espère que l'Indien a comprit qu'il ne prendrait pas la poudre d'escampette, d'ailleurs pourquoi diable la prendrait il ?, il se sent plus... Serein.
Faut pas rester sur un doute. Avec Ma', ils se sont prit trop souvent la tête pour de pareil incompréhension, Aël ne comprenant pas ce qu'elle pouvait ressentir et penser, et elle, interprétant mal ce qu'il pouvait dire ou faire. C'est obligé que ce soit ça qui soit arrivé, même si il reste perplexe sur l'origine du trouble. Il se détent, ne tardant pas à caresser la peau du bras de Tyler... Il a foutrement envie de se genre de contact, surtout avec lui.


those hells bells, my temperature's high, hells bells, across the sky, hells bells, they're taking you down, hells bells, they're dragging you down, hells bells, gonna split the night, hells bells, there's no way to fight
I'm on the highway to hell
(gif tumblr/code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 24/07/2013
mensonges : 395
crédits : cha
multicomptes : gunter & the island
âge : 20 yo
adresse : chez môman près du port

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: _


MessageSujet: Re: Pure Morning -Ty et Aël-   Sam 31 Aoû - 19:24

∞ pure morning
Aël & Tyler




Son cœur cogne si fort dans sa poitrine qu’il en a le souffle un peu coupé et la tête qui s’engourdi un peu. C’est un point sur lequel Aël a raison : il a besoin de repos. Tyler sait déjà qu’il va avoir besoin d’au moins trois jours pour se remettre de cet épisode. Il se sent déjà affreusement courbaturé, sa tête lui paraît peser des tonnes sur ses épaules et ses yeux le piquent affreusement. Mais c’est aussi parce qu’il a envie de pleurer. Ou bien est-ce l’inverse et a-t-il envie de pleurer parce qu’il est fatigué et à bout de nerfs…
Qu’importe son état en tout cas, il aurait été prêt à s’épuiser encore un peu plus pour satisfaire l’appétit sexuel de l’irlandais et le garder auprès de lui. L’idée que ce dont il a été témoin ait écœuré le garçon au point qu’il ne veuille plus jamais lui faire l’amour le terrifie. Il veut posséder Aël encore une fois. Encore cent fois. Il veut qu’Aël le possède lui aussi, le dévore vivant, le couvre de baisers, qu’il prenne encore sa queue entre ses lèvres, qu’il le prenne tout court. Il veut qu’ils regardent encore un millier de films ensemble, il veut qu’ils écoutent de la musique et que l médecin lui offre une danse, qu’ils se baladent partout dans Caswell à moto. Il veut Aël. Il ne veut pas que sa maladie le prive de ça aussi. Pitié, pas ça aussi…
Quand il le repousse, Tyler se sent du coup sur le point de fondre en larmes. Il se sent stupide. Il se sent encore plein de pisse. C’est faux bien entendu et une infirmière a dû se charger de le nettoyer quand il a été pris en charge (ou bien sa mère l’a fait), mais il a l’impression d’être sale à cette seconde. Repoussant. Laid. Naïf surtout, d’avoir pu imaginé qu’il pourrait avoir une relation normale avec un garçon qui lui plaise sincèrement.

Pourtant Aël n’a pas l’air de s’en aller et de l’abandonner dans sa merde. Il se rassoit et lui reproche même d’en faire un peu trop… Pas la première fois qu’il entend ça, mais ça l’apaise tout de même un petit peu. C’est la manière dont il le dit, le regard qu’il pose sur lui. Un regard doux malgré son intensité.
Tyler renifle discrètement, ravale ses larmes, et se réinstalle plus confortablement dans le lit, se lovant contre l’oreiller plutôt confortable qu’on lui a cédé. Il ne quitte pas la silhouette impassible d’Aël de ses yeux à lui, par crainte toujours, de le voir disparaître s’il relâche un instant se vigilance. Il suit les directives de son ainé et prendre une longue inspiration, avant d’expulser lentement l’air de ses poumons. C’est sans doute un peu stupide, mais au point où il en est… Et puis dans l’état où il se trouve surtout, il n’a pas vraiment l’instinct de prendre son conseil au second degré. D’ailleurs, si Aël lui promettait que sauter par la fenêtre lui ferait le plus grand bien, il le ferait sans doute, sans hésiter et en le bénissant pour son soutien inébranlable.  
Mais ils n’en arrivent pas à ce genre d’extrémités et Tyler s’apaise peu à peu, même s’il se cramponne presque à la main de l’irlandais qu’il a finit par prendre dans la sienne. Tant pis pour les caresses, il a besoin d’un moyen efficace de le retenir, un point c’est tout.

Il y a un moment de calme. Aucun d’eux ne parlent, ils se contentent de s’observer. Mais ce silence finit par mettre Ty mal à l’aise et il prend la parole d’un ton incertain.
« T’es pas…t’es pas trop dégouté ? ‘Fin j’veux dire… Ca m’est arrivé quand j’étais plus jeune, devant tout le monde, au bahut. Y a des gens qui ont eu peur mais les autres ils ont juste trouvé que c’était dégueu et ils m’ont fuis comme la peste. T’as pas eu peur ou… Si t’as plus vraiment envie qu’on s’voit… J’te dis pas que j’comprendrai parce que j'trouverai ça juste totalement injuste et j’serai vraiment triste que tu… »
Aël l’empêche de terminer sa phrase et l’interrompt tout à coup, alors que sa voix commence à se faire chevrotante et que les larmes reviennent.  


go get fucked ㄨ Invité  
Girls and their curls and their gourmet vomit ; Boys and their toys and their 6 inch rocket ; We're all very lovely 'til we get to know each other ; As we stop becoming friends and we start becoming lovers
And I don't belong to anyone, they call me homewrecker

•• unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 01/07/2013
mensonges : 167
crédits : Babine
multicomptes : Baby A. Stewart


MessageSujet: Re: Pure Morning -Ty et Aël-   Sam 31 Aoû - 19:53

Le silence ne gêne pas particulièrement Aël qui s'y complait en général. Il ne trouve pas l'instant lourd ou même pesant. Il est aux côtés de Tyler, sa main dans la sienne et sincèrement, ça lui suffit. Il est pas compliqué comme mec, enfin pas plus que son autisme. Il a mit tellement de temps à parler, que ce n'est pas vraiment naturel pour lui. Alors que le silence, tout aussi relatif soit il avec les bruits provenant des couloirs, lui paraissant presque plus... Normal.
Et vu que lui ça ne le dérange pas, il pense généralement pareil pour les autres. Sauf qu'avec Tyler, c'est visiblement pas le cas. Il semble plus paniqué que tout à l'heure et au bord des larmes. Il lève les yeux au ciel et manque de pousser un soupir. Décidément, il a bien du mal à comprendre l'indien. Mais ça lui plait. Même le faite qu'il aime parler, c'est un tic qu'il trouve adorable chez lui. Surtout qu'en prime, il a tendance à poser les bonnes questions ou du moins à s'exprimer sans sous entendus, ce qui évite lui évite de se prendre la tête pour répondre.

- Oh... Oh... Zen.
Ce n'est pas dans ses habitudes de couper les gens, sauf quand on le gonfle, mais là, ça s'impose. Sans trop savoir pourquoi, il sait qu'il n'aimera pas voir Tyler pleurer, d'ailleurs, le premier qui lui tirera une larme à interêt à courir vite et se faire discret ou il pourrait bien se retrouver immolé sur la place public. Sans ironie. - Tu as fais un malaise. ça n'a rien d' honteux, d'horrible ou de dégoutant. Je ne compte pas partir. Ni te considéré comme un pestiféré. Et le seul moment où j'ai eu peur, c'est quand... Il marque une légère pause, humidifiant ses lèvres. - Quand j'ai cru qu'il était trop tard pour faire quoique ce soit. De ça non plus il a pas honte. Il le dit, parce qu'il le pense et qu'il n'a pas à avoir de gêne pour ce qu'il ressent. Surtout envers l'indien. Et l'idée de le perdre, alors qu'il venait de se trouver... Non... C'était juste impossible. Improbable, une hérésie qui lui aurait surement couter une parcelle de sa raison.

Tout en gardant sa main dans la sienne, il se redresse et se penche pour lui voler un baiser. Tendre. - Sérieusement. Détends-toi. Un bref sourire et il se rassoit, son zippo emprisonné dans les doigts de sa main libre. - Mais puisqu'on en est aux questions, on est en couple ? Parce que le dilemme est revenu le tarauder et qu'il aimerait bien pouvoir y répondre. Surtout que pour lui, ce n'est pas un changement de sujet, c'est juste la continuité de leur discussion.


those hells bells, my temperature's high, hells bells, across the sky, hells bells, they're taking you down, hells bells, they're dragging you down, hells bells, gonna split the night, hells bells, there's no way to fight
I'm on the highway to hell
(gif tumblr/code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 24/07/2013
mensonges : 395
crédits : cha
multicomptes : gunter & the island
âge : 20 yo
adresse : chez môman près du port

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: _


MessageSujet: Re: Pure Morning -Ty et Aël-   Dim 1 Sep - 7:53

∞ pure morning
Aël & Tyler




Tyler est tenté de protester que se pisser dessus : si, c’est dégoutant, excusez-moi du peu ! Mais il a l’impression que ça ne ferait qu’agacer son interlocuteur. Jusque là, il s’est toujours montré plutôt patient avec lui, le laissant babiller à tout va, choisir les films qu’ils allaient regarder, l’a écouté faire la conversation pendant leurs visionnages sans jamais lui demander de se taire, l’a subit pendant qu’il répétait ses dialogues favoris (cependant, à ces moments Aël n’était pas franchement en reste) et l’a entendu se plaindre de tout et de rien. Mais Ty essaye de garder en tête que son amant/petit ami/coup de quelques soirs, a tout de même des années de plus que lui au compteur et une de ses grandes craintes est que l’irlandais le réalise et se lasse de ses gamineries. Il a beau essayé, Tyler ne parvient pas à se contrôler bien longtemps et à avoir l’air aussi sérieux et mature que son compagnon. Impossible de lutter contre sa propre nature.
Et à cet instant, tandis qu’il se sent sur le point de fondre en larmes, il a conscience qu’il va paraître plus gamin que jamais. Un môme apeuré qui se réveille après un cauchemar et veut qu’on lui tienne la main et qu’on demeure à ses côtés pendant son endormissement… Et puis il y a ce discours débile qu’il lui tient, ses questions enquiquinantes et son air d’imbécile larmoyant. Un tue l’amour efficace. A ajouter au fait de s’être pissé dessus et d’avoir certainement sali tous les draps de son ainé…

C’qu’il peut se sentir naze bon dieu ! Et il est trop fatigué pour donner le change. Trop désespéré par l’idée qu’Aël puisse ne plus vouloir le voir à cause de ce qui vient de se passer. Certes, il est encore dans la chambre, il est resté avec lui et n’a pas de raison de partir maintenant mais… Mais le doute persiste. Parce qu’il a beau tenté de se convaincre que le monde est beau et que la vie est pleine de surprises, jusque là, le résultat n’est tout de même pas bien brillant. Son père est un connard fini avec qui il a été contraint de couper les ponts, sa mère enchaine les petits boulots et se sacrifie pour lui constamment, il vit dans un appartement minable et crasseux sur les docks, souffre d’une maladie incurable et véritablement contraignante, souffre d’une folie des grandeurs qu’il paiera un jour et cumule deux jobs qu’il n’aime pas particulièrement et dont l’un le conduira tout droit en enfer… Aêl est la première vraie bonne chose qui lui arrive, et il ne croit pas une seule seconde que le rêve puisse se poursuivre.
Dans la vraie vie, y a jamais de happy end. Personne ne vit heureux et a beaucoup d’enfants, fin de l’histoire. La vraie fin, c’est qu’il y a séparation, cris et larmes, soit parce que le prince et la princesse divorcent après un adultère, soit par ce l’un des deux se chope un cancer ou se fait défoncer par un bus.  
Ca va mal tourner. Tyler le pressent. Peut-être à cause de l’endroit où il se trouve, peut-être juste parce qu’il n’est finalement pas si optimiste que ça. Mais ce n’est pas le moment de faire chier Aël avec tous ses états d’âme débiles…

Le plus jeune pousse un soupir et grimace avec culpabilité quand son partenaire lui confie avoir eu peur pour lui. Là-dessus, Aël l’embrasse et Ty se force à sourire. Il essaye de se détendre mais c’est loin d’être gagné. Au moins la question qui suit le surprend-t-elle assez pour faire diversion un petit moment.
« Bah… J’sais pas… » répond-t-il en sentant le rouge lui monter aux joues pendant qu’il détourne le regard un instant, ravalant son envie de sourire. C’est un peu réconfortant de savoir que le motard se pose les mêmes questions que lui à ce sujet. « On est en couple si t’as envie qu’on soit en couple. Enfin moi j’crois que ça me dérangerai pas tellement qu’on l’soit mais… »
Et puis le moment passe et la réalité vient le frapper de plein fouet. Mais ils sont à Caswell. Un couple d’homos à Caswell, c’est pratiquement du jamais vu. Y a eu des exceptions par le passé, mais ça n’a pas durée. Soit les gars se sont tirés la queue entre les jambes voir si le restant du monde était plus tolérant, soit… séparation, cris et larmes.
Oh et puis il est c’qu’on appelle communément une pute et baise avec un bon dixième des habitants de Caswell. Ca peut devenir gênant ça aussi…
« Mais faut s’rendre à l’évidence : on pourra jamais vraiment être un couple ici. Hunter te tuerait déjà et puis… Enfin on peut être un couple dans l’ombre, genre Batman et Robin, mais… tu vois ? C’pas hyper… romantique. »
Comme il le disait : pas de happy ending.
 


go get fucked ㄨ Invité  
Girls and their curls and their gourmet vomit ; Boys and their toys and their 6 inch rocket ; We're all very lovely 'til we get to know each other ; As we stop becoming friends and we start becoming lovers
And I don't belong to anyone, they call me homewrecker

•• unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 01/07/2013
mensonges : 167
crédits : Babine
multicomptes : Baby A. Stewart


MessageSujet: Re: Pure Morning -Ty et Aël-   Lun 2 Sep - 17:08

Aël lève un sourcil, relevant ses yeux vers lui. Y a un truc que l'Indien n'a pas du piger... Peut être que sa question était mal tourné aussi. Il en sait trop rien, mais ce n'était pas la réponse qu'il attendait. - Je ne te demandes pas si on peut ou si on ne peut pas. Je ne te demandes pas si Hunter va péter un câble ou si ça déplairait à qui que soit d'autre. Il allume son Zippo et passe quelques instants ses doigts sur la flamme, sans en sentir la morsure. - Je te demande si tu veux qu'on soit un couple, ou si tu ne le veux pas. Et ça, l'air de rien, c'est totalement différent.
Il se redresse, lâchant sa main pour s'étirer et faire quelques pas dans la chambre. - Et je ne veux pas que ça ne te dérange pas. Si on est ensemble, c'est parce que tu le veux. L'irlandais n'a pas été très souvent en couple. Et il n'en garde pas un bon souvenir. Faut dire que son ex était particulièrement excessive et jalouse. Elle avait ce brin de folie qui plaisait à Aël mais elle poussait bien trop souvent le bouchon trop loin. Jamais il ne s'était autant engueulé avec quelqu'un qu'avec elle... Il l'avait trop souvent cogné pour son propre bien, à croire qu'elle était maso, ou qu'elle prenait un malin plaisir à le mettre hors de lui. Elle savait où appuyer et quoi dire pour lui faire perdre le contrôle. Ce qui n'était pas vraiment bon, ni pour elle, ni pour lui. Et quand elle avait été trop loin, il avait rompu sans se poser une seule question. Malgré ses larmes, malgré ses suppliques, malgré ses menaces. ça ne l'empêchait pas de revenir assez souvent à la charge, mais il la repoussait toujours, et sans ménagement.

Il s'adosse au mur, posant ses yeux clairs dans les siens. Aël n'a aucun doute, lui, il veut être en couple avec Tyler. Il se moque bien que le reste du monde ne soit pas d'accord, même si il a conscience que ça ne serait pas évident. Hunter va effectivement vraiment pas aimer, mais que risque t-il mise à part un passage à tabac en règle ? Il ne va pas se leurrer, il sera bien incapable d'expliquer au boss le pourquoi du comment, mais il prêt à assumer, qu'importe que derrière Ma' continue de dénigrer son choix de rejoindre les KoS ou qu'il passe des mauvais moments. Et comme à chaque fois qu'il a une idée en tête, rien ne peut l'en détourner. Rien, si ce n'est le refus de Tyler. Qui pourrait bien venir au vu de la tête de son cadet. Il aurait tout un tas de chose qui pourrait le pousser à refuser... Premièrement, la raison. Dans Caswell un couple d'homme, ça ne dure guère longtemps...
Et encore, il ignore qu'il est autiste, il ignore encore ses colères qu'il n'a jamais vu, ses réactions, ses défauts et le reste.

Il devrait peut être lui dire, c'est sans doute le moment. ça serait la réaction la plus logique, mais pour la première fois de sa vie, il la réfute. Parce qu'en lui donnant ce détail, Aël est sur que sa réponse serait négative. Qui voudrait sortir avec un taré, pour reprendre les mots de sa très chère mère. Qui ? Il soupire légèrement en revenant s'asseoir. Non, il ne peut pas lui dire. Il y aurait trop à faire. Trop à expliquer. L'autisme fait peur et il en a parfaitement conscience, y a qu'à voir comment son psy le traite et la terreur de Ma' quand il se met en colère...


those hells bells, my temperature's high, hells bells, across the sky, hells bells, they're taking you down, hells bells, they're dragging you down, hells bells, gonna split the night, hells bells, there's no way to fight
I'm on the highway to hell
(gif tumblr/code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 24/07/2013
mensonges : 395
crédits : cha
multicomptes : gunter & the island
âge : 20 yo
adresse : chez môman près du port

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: _


MessageSujet: Re: Pure Morning -Ty et Aël-   Lun 2 Sep - 19:02

∞ pure morning
Aël & Tyler




C’est un véritable cauchemar. Alors qu’il devrait être en train de profiter de chaque seconde de cet instant magique et que ses yeux devraient se mettre à pétiller de manière pratiquement indécente, Tyler a envie de fondre en larmes et de disparaître sous terre. Ou au moins de se fiche son drap sur la tête en jouant les morts. Il se dit même qu’en fin de compte, il aurait sans doute mieux aimé tomber dans le coma et ne pas s’en sortir cette nuit. Ca aurait été triste pour sa mère, sans doute traumatisant pour Aël, mais au moins, il n’aurait pas à devoir vivre ça et décevoir les espoirs de l’irlandais en même temps que les siens.
Parce qu’ils ne peuvent pas être en couple. Ca lui plairait. Dieu lui en est témoin (s’il existe, mais ça Tyler en doute) ça lui plairait follement et il y a deux minutes à peine, il attendait même désespérément une telle question. Et maintenant qu’elle ait posé, le garçon réalise comme cette pensée était naïve. Il a voulu être en couple toute sa vie, trouver l’âme sœur, ou juste un mec réglo et amoureux de lui, et maintenant qu’il en trouve un au moins prêt à assumer leur amour naissant au grand jour (c’est un gros mot mais c’est le seul qui corresponde), Tyler va se défiler.

Être en couple avec un autre homme à Caswell serait bien trop éprouvant, sans doute autant physiquement que moralement. Leur histoire n’y survivrait et très franchement, Tyler n’était même pas assuré de survivre lui-même à un tel scandale. Aël ne se rend pas compte, parce qu’Aël n’a très certainement jamais eu à se faire cracher dessus. Littéralement. Aël est blanc et a jusque là été hétérosexuel. Ouais, quelques personnes ont du être un peu choqué de le voir se faire tatouer ou rejoindre un club de motards, mais là, ça n’a rien à voir.  
Révéler sa bisexualité à des gens comme leur voisin revient à… Il ne voit même pas d’autre équivalent que celui de signer son arrêt de mort. C’est une épée de Damoclès qui est suspendue en permanence au-dessus de sa tête. Tyler a eu de la chance jusque là. Quelques côtes cassées, une luxation de l’épaule, des bleus, des insultes, des mauvaises blagues, rien de mortel ou vraiment grave. Il sait que des tas de types dans son genre en sont morts. Et il est persuadé que c’est le fait de ne JAMAIS s’être affiché publiquement avec un autre homme qui l’a maintenu en vie jusque là. Et même s’il commence à s’amouracher d’Aël, il tient évidemment plus à sa propre vie qu’à sa relation naissante avec lui. Et puis il ne veut pas qu’Aël ait à connaître ça. Jamais. Il ne veut pas non plus essayer si c’est pour que l’autre se dégonfle et revienne sur sa décision d’assumer. Ty ne veut pas lui attirer d’ennuis.  
Mais il ne peut pas lui dire ça. Il va forcément mal le prendre et l’envoyer chier. Ce serait logique ! Parce que pour le coup, c’est lui qui n’a pas l’air d’assumer, alors que c’est lui qui a tenté de lui montrer ce qu’était l’amour entre deux mecs… Putain d’hypocrite.

« Je crois pas que ce soit le bon moment pour parler de ça, Aël. J’suis fatigué et… Tu sais je pensais même pas avoir besoin d’hésiter pour répondre à cette question, parce que très franchement je t’aime bien et je crois que tu m’aimes bien et c’est la première fois que ça arrive pour de vrai pour moi » tente-t-il de s’expliquer, avant de pousser un lourd soupir. « Ce que je veux te dire, c’est que c’est pas aussi évident que t’as l’air de le croire. Tu peux pas décider comme ça d’être en couple avec un autre homme dans un endroit comme Caswell. Tu le sais pas parce que tous ces trucs d’aimer les garçons, c’est nouveau pour toi, c’est normal. Tu sais pas c’que c’est d’être… différent. Et pas différent dans le bon sens du terme. J’veux dire différent du genre si tu sors au mauvais moment, tu peux te prendre quarante-sept coups de couteau. Ce genre de différence. »
C’est véridique, il l’a lu.

Tyler se triture nerveusement les doigts et sent les larmes monter à nouveau. Mais il s’oblige à regarder Aël droit dans les yeux pour lui répondre, parce qu’il e mérite. Depuis el début, il a toujours tâché d’être franc et direct avec lui. Il  toujours été Tyler le vrai.
« Si tu veux un oui ou un non… Alors c’est non. Mais ça veut pas dire que j’t’aime pas. »
Il est en train de lui faire le coup qu’on lui a fait des dizaines de dizaines de fois. Ca le mortifie. Il se met à pleurer silencieusement.
« C’est horrible. J’suis désolé » s’excuse l’indien en essuyant rapidement ses yeux. « S'il te plait, t'en vas pas. »  



go get fucked ㄨ Invité  
Girls and their curls and their gourmet vomit ; Boys and their toys and their 6 inch rocket ; We're all very lovely 'til we get to know each other ; As we stop becoming friends and we start becoming lovers
And I don't belong to anyone, they call me homewrecker

•• unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 01/07/2013
mensonges : 167
crédits : Babine
multicomptes : Baby A. Stewart


MessageSujet: Re: Pure Morning -Ty et Aël-   Lun 2 Sep - 20:02

Et bien à défaut d'être la réponse qu'il attendait, ça à au moins le mérite d'être honnête. Quelques instants, il referme les yeux. C'en serait presque mignon, si Tyler savait de quoi il parlait. Aël est différent. Et pas le genre de différence que les gens regardent avec attendrissement. Il soupir légèrement et claque sa langue contre son palais. Il ne voulait pas lui dire. Il ne voulait pas en arriver là, et surtout pas maintenant. Pas après son malaise, pas dans une chambre d’hôpital et surtout pas parce qu'il lui annonçait qu'entre eux, rien ne serait possible. Ou en tout cas, pas en grand. Quoiqu'il émettait un doute. L'Indien mettait il un terme aux relations qu'il avait eut jusqu'à maintenant ? Voulait il tout arrêter sous couvert de ne pas vouloir prendre le risque de finir planter au début d'une ruelle. Oh, bien sur, il peut comprendre, mais Tyler ne comprendrait surement pas sa réponse, si il n'en venait pas sur le sujet de son... Handicap. Il se redresse, et tire sous le drap qui cachait le cadet au monde. Il n'aime pas trop l'image qui lui traverse l'esprit. Généralement quand il fait ça, c'est pour découvrir un mort. Le visage de celui qui passera sous son scalpel et avec qui il partagera une intimité que peu peuvent s'imaginer. Il verra ce que personne n'a jamais vu. Il le verra de l'intérieur, pas au sens figuré, mais propre. Entrailles, boyaux, coeur... Il le mettra à nu en moins de temps qu'il n'en faut pour ouvrir sa poitrine.
Il secoue légèrement la tête et essuie de son pouce une larme qui s'échappe encore des yeux de Tyler.
- Je te l'ai déjà dit, je ne vais pas partir.


Il se rasseoit ensuite pour mieux se relever la seconde d'après, partant s'adosser au mur de la chambre. Ce n'est pas évident. Ce n'est pas simple et comme il n'a pas l'habitude de se dévoiler ainsi, il n'aime pas. Le principe d'un secret, c'est d'être garder, mais là... - C'est peut être nouveau pour moi tous ses trucs d'aimer les garçons, mais la différence, ça n'a rien d'innovant pour moi. Il relève les yeux vers la lumière blafarde diffusée par l'ampoule, n'en détournant pas son regard. ça l'apaise au moins un peu, parce qu'il n'a jamais été à l'aise pour parler de ça. - Si je me prendrai 47 coups de couteaux, je ne le sentirai même pas.... La cicatrice en bas de mon dos, c'est quand un camarade de classe à voulu le vérifier avec le canif de son père. De nouveau sa langue bute sur son palais. - Je suis autiste. Hyposensible qui plus est. Je ne ressens ni la douleur, la faim, ni le froid... ni même la chaleur, entre autre. Il ne va pas non plus rentrer dans les détails, il n'aime pas ça. Et puis qu'est ce qui pourrait rajouter d'autre ? Qu'il est incapable de faire preuve d'empathie ? Qu'il base ses sentiments sur les films ?

- Alors crois moi... Niveau différence, je m'y connais, et je sais très bien ce qu'il en est dans le coin. Et sur ses mots, il referme la bouche, continuant d'observer la lumière. Il est gêné, c'est rare mais ça lui arrive. Et en même temps, il sait qu'il ne doit pas rester sur ce genre de sentiment, vu qu'il ne sait pas gérer, ça l'amène très rapidement à la colère.


those hells bells, my temperature's high, hells bells, across the sky, hells bells, they're taking you down, hells bells, they're dragging you down, hells bells, gonna split the night, hells bells, there's no way to fight
I'm on the highway to hell
(gif tumblr/code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 24/07/2013
mensonges : 395
crédits : cha
multicomptes : gunter & the island
âge : 20 yo
adresse : chez môman près du port

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: _


MessageSujet: Re: Pure Morning -Ty et Aël-   Mar 3 Sep - 6:59

∞ pure morning
Aël & Tyler




Alors ça…  ça pour le coup, il ne s’y attendait pas tellement. Tyler a vu la cicatrice de son partenaire pendant une de ses explorations de son corps absolument parfait selon lui, mais Aël n’a pas voulu répondre. Il n’a pas cherché à noyer le poisson, détourner son attention ou quoi que ce soit de ce genre, il lui a simplement dit qu’il n’avait pas envie de répondre à la question. Et maintenant qu’il le fait…
Tyler s’est imaginé se faire poignarder des centaines de fois. Il s’est imaginé avec horreur ce que ça pourrait bien lui faire de sentir quelque chose de froid pénétrer dans sa chair. Il fait rentrer des aiguilles en permanence dans ses doigts, ses bras, son abdomen, ses cuisses, son postérieur et arbore actuellement une superbe perfusion, mais ça ne doit pas faire l’effet d’une lame. Chaque fois qu’il songe à la chose, il ne peut s’empêcher de grincer des dents et de frissonner. Et Aël vient lui dire que non seulement il a subi ça, mais qu’il n’a rien sentit du tout.
Il trouve ça impossible. Sa première idée est que l’irlandais se fiche de sa gueule ou cherche à l’apaiser, sauf qu’il s’y prend très mal en lui mentant de la sorte. OK, peut-être qu’il a eu un rush d’adrénaline à ce moment et que c’est pour ça qu’il a n’a pas sentit le coup venir, mais il a forcément eu mal à un moment donné, parce que tout le monde a mal. C’est humain !

Et puis le mot tombe, comme un couperet. Autiste. Autiste hyposensible. Aucune foutue idée de ce que ça veut dire, mais Aël trouve important de le préciser. Heureusement qu’il accompagne la donnée de ses symptômes qui sont pour le moins déroutants. Cependant, si c’est vrai, ça n’a pas l’air d’être si terrible aux oreilles de Tyler, au moins dans un premier temps. Il déteste avoir trop chaud autant qu’il déteste avoir froid. Personne n’aime avoir mal, à moins d’être déviant et le sentiment de faim est plutôt désagréable (encore que celui-ci, vu qu’il est contraint de manger à heures fixes, il ne le ressent jamais vraiment).
Mais dans un second temps, Tyler revient un peu sur son jugement. OK, c’est désagréable de frissonner, mais ne JAMAIS avoir eu l’occasion de le faire, ça doit être… étrange. Et puis si on a pas froid, on ne peut pas ressentir le bien être qu’on éprouve à s’emmitoufler dans une couette pour se préserver des fraicheurs matinale pour trainer au lit encore une petite heure. On ne peut pas savourer la chaleur d’un autre corps contre le sien… Est-ce que ça veut dire qu’Aël ne l’a jamais vraiment senti contre lui ?
« Mais… »

Ses sourcils se fronce. C’est quand même assez déroutant parce que, les deux films qu’il a vu avec des autistes dedans ne ressemblaient pas du tout à la vie d’Aël. Ils pouvaient à peine parler, ne supportaient pas les contacts et étaient clairement en marge de la société. Ca ne colle pas au profile de son irlandais, aussi curieux puisse-t-il parfois paraître.
Pour commencer il a un job (ok, il n’est pas en contact avec des êtres vivants et c’est un choix plutôt discutable, mais c’est tout de même un boulot), il appartient à une communauté à laquelle il doit être plutôt pas mal intégrée puisqu’il a le droit de porter les couleurs des Kings of Speed, il a des amis (il lui en a parlé et puis Tyler a vu des photos de lui et d’une rousse qui ont l’air très proches, entre autres) et puis surtout : il se laisse tripoter dans tous les sens par lui !
Ceci dit, Ty ne voit pas pourquoi il irait lui mentir sur un sujet pareil. Il existe après tout plusieurs formes de diabète alors… pourquoi pas plusieurs formes d’autisme ?

« Mais quand même quand on… Enfin quand on couche ensemble tu…tu ressens du plaisir pas vrai ? T’as pas simulé pendant tout ce temps hein ? »
Ca paraît certainement un peu maladroit dit comme ça. Tyler ne le questionne pas sur ses propres performances et n’est pas en train de se vexer parce que l’autre aurait simulé, c’est juste que… ce serait vraiment horrible si Aël ne pouvait pas ressentir CA ! Après tout, il a parlé d’autres choses qu’il n’était pas capable d’éprouver.




go get fucked ㄨ Invité  
Girls and their curls and their gourmet vomit ; Boys and their toys and their 6 inch rocket ; We're all very lovely 'til we get to know each other ; As we stop becoming friends and we start becoming lovers
And I don't belong to anyone, they call me homewrecker

•• unbreakable.


Dernière édition par Tyler A. Lawson le Mer 4 Sep - 16:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 01/07/2013
mensonges : 167
crédits : Babine
multicomptes : Baby A. Stewart


MessageSujet: Re: Pure Morning -Ty et Aël-   Mer 4 Sep - 13:57

Le souvenir de cette agression continue de hanter Ma’. Elle est arrivé après évidemment, à l’hôpital après que l’école l’est appelé. Elle ne sait pas ce qui l’a le plus terrifié, l’image de ce petit bout d’homme face aux médecins après un acte, à ses yeux, impardonnable ou l’absence de la plus petite larme dans les yeux de son petit fils, tandis que sa plaie tachait de vermeille le bandage provisoire. Ce calme si froid, cette absence de la moindre trace de douleur…
Pour Aël les choses sont différentes. Il a comprit pourquoi, et de ce faîte n’en garde aucune rancœur. Ils étaient jeune, 12 ans, et la curiosité a été plus forte que la raison. De même, à cet âge, s’il n’y a pas de douleur c’est qu’il n’y a pas de blessure. Ils étaient dans la cour de récré, l’Irlandais, seul comme à son habitude. Jusqu’à ce qu’une petite bande s’approche. Des rires, une tension qu’il ne sentait pas, l’adrénaline des petits et puis leurs cris surpris et en même temps, amusés par le sadisme des enfants. La lame était plantée, mais Aël ne la voyait pas. Aël ne la ressentait pas. Juste, il avait levé un sourcil en tentant de saisir ce qui se passait. Il n’a percuté pourquoi on l’amenait à l’infirmerie, pourquoi on s’agitait de la sorte, pourquoi tous les adultes ne pouvaient s’empêcher de lui demander si ça allait, avant de lui assurer que tout ira mieux bientôt. Oui, il allait bien et non il ne savait pas pourquoi on lui promettait que tout se passerait bien… Même une fois le canif retiré.
A présent il sait. Et la seule chose qu’il agaçait encore, c’était de ne pas avoir fait semblant d’avoir mal. Juste un cri et des pleurs, à l’époque, il avait déjà apprit à le faire.

Il se tait et il attend. La réaction de Tyler, son dégout peut être. Il aimerait bien pouvoir dire qu’il sait déjà ce que cela donnerait comme avec n’importe qui d’autre, mais l’Indien l’avait toujours surprit de ses réactions. Alors il s’attend à tout, et une fois encore sauf à ce qu’il lui sort.
L’irlandais secoua légèrement la tête, presque amusé. La première chose qui lui vient en tête, sa première question, c’est ça. Il aimerait avoir le luxe de lui dire qu’il ne veut pas en parler, qu’il préfère qu’on taise le sujet, mais de un, c’est lui qui a ouvert la brèche et de deux, si Tyler veut savoir, alors il saura. – Je n’ai pas dit que je ne ressentais rien. Je peux être triste, parfois. En colère, souvent. Joyeux ou heureux. Et aussi, je ressens le plaisir. Sans doute pas vraiment comme vous, mais je le ressens. Et je ne l’ai jamais plus ressenti qu’avec toi. Alors non, je n’ai rien simulé. Et je ne simulerai jamais une chose que je peux ressentir au moment où il faut la ressentir. Parce que les occasions n’étaient pas si fréquentes que ça.

Aël appui sa tête contre le mur, glissant une cigarette sans pour autant l’allumer, bien que son zippo soit encore entre ses doigts. On ne fume pas dans ce genre d’endroit. Surtout pas après ce qu’il vient de se passer.
Aël hésite. Aël a une question et il n’aime pas les garder pour lui, comment trouveraient elle réponses sinon ? Cependant, il ne sait pas si c’est le genre de question qui se pose. Oh et allez, après tout, n’en sont ils pas aux propos qui justement devraient se taire ? – ça va changer quelque chose ? Le faîte que tu ne veux pas qu’on soit un couple ? Le faîte que je sois… Ce que je suis ? Il n’en sait rien. Il n’a rien lu dans son cahier qui explique ce genre de situation et il n’y a jamais eut aucun film sur un diabétique et un autiste qui parle de leur avenir dans une chambre d’hôpital, au sein d’une ville aussi intolérante que Caswell.


those hells bells, my temperature's high, hells bells, across the sky, hells bells, they're taking you down, hells bells, they're dragging you down, hells bells, gonna split the night, hells bells, there's no way to fight
I'm on the highway to hell
(gif tumblr/code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 24/07/2013
mensonges : 395
crédits : cha
multicomptes : gunter & the island
âge : 20 yo
adresse : chez môman près du port

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: _


MessageSujet: Re: Pure Morning -Ty et Aël-   Mer 4 Sep - 16:51

∞ pure morning
Aël & Tyler




Il est un peu soulagé par la réponse de son partenaire. Il n’ose pas imaginer ce que ce serait de ne jamais rien ressentir. Pas de douleur, c’est cool, mais pas de plaisir, ce serait affreux. Ce serait à se demander à quoi bon vivre si c’est pour ne rien éprouver. Aël va même jusqu’à le flatter en lui apprenant qu’il n’a jamais ressentit autant de plaisir que quand ils s’envoient en l’air. Il ne sait pas s’il le dit justement dans ce but ou s’il est sincère, mais au fond, tant pis. Dans un cas comme dans l’autre, Tyler trouve que c’est la réponse la plus parfaite qui soit. Il ne sourit pas pour autant et ne montre rien de la satisfaction qu’il a pu éprouver. Déjà parce que ce serait certainement déplacé vue leur conversation, et ensuite parce qu’il est toujours un peu embrouillé et qu’il va lui falloir un peu de temps pour assimiler tout ça et l’accepter.

Il n’est pas certain que ça change quoi que ce soit qu’il sache ou non. Il a toujours trouvé Aël un peu étrange, mais c’est justement ce côté un peu mystérieux qui l’excitait et l’excite toujours. C’est cette manière qu’il a de tout écouter, tout observer en montrant un réel intérêt, cette façon d’être curieux et terre-à-terre, de tout prendre au pied de la lettre. Lui aussi n’a rien eu à simuler depuis leur rencontre et il n’a aucune envie qu’ils en restent là… Mais c’est ce qu’ils vont être obligés de faire.
Pas moyen de faire autrement. Pas à Caswell. Ils ne pourront jamais passer le cap d’être officiellement et publiquement en couple, sans risquer de se faire caillasser. Si Aël a déjà expérimenté les coups de canif dans son enfance (il n’arrive même pas à réaliser et prendre ça au sérieux pour le moment, même en ayant vue la cicatrice dans son dos), lui non et il n’a aucune envie d’en faire l’expérience. Lui aurait mal.      

« Ca va changer quelque chose ? Le faîte que tu ne veux pas qu’on soit un couple ? Le faîte que je sois… Ce que je suis ? » le questionne tout à coup Aël , l’arrachant à ses pensées brutalement.
« Hein ? Bah non, t’es con. Non, évidement que ça va rien avoir à faire avec ça » répond Tyler en toute honnêteté. « Très franchement, ça change rien à rien. Enfin j’t’ai connu déjà comme ça alors… Comment t’expliquer… Pt’être que pour toi c’est une grosse révélation et ça devrait l’être por moi mais c’est juste un mot tu vois ? C’est comme si j’te disais que j’suis catho. Enfin non même pas, ce serait même pas pareil, on pourrait pas se disputer à cause de ça et… Enfin ce que je veux dire c’est que j’t’aime bien comme t’es. Le fait que ce soit autiste hy…po…sensible, c’est ça ? le fait que tu sois autiste, bah c’est juste un mot, tu vas pas te transformer en gremlins d’un coup, non ? J’m’embrouille j’crois » ricane-t-il nerveusement, passant ses deux mains sur son visage tendu par la fatigue, aux mâchoires douloureuses à cause de ses crispations nocturnes. « Viens plus près. »
Ty tend la main vers Aël qui s’approche à nouveau du lit. Il attrape la sienne et l’incite à s’installer à ses côtés, avant de venir se blottir contre son torse, nu sous son sweater. Il lui vole un baiser et pousse un soupir.

Et là-dessus, la porte s’ouvre sur sa mère. Dès qu’elle le voit, elle se met à pleurer à chaudes larmes.
« C’est parti » soupire Tyler, assez bas pour que seul Aël puisse l’entendre, avant de parler plus haut. « Maman, pleure pas, j’vais bien. »
« Non, tu n’vas pas bien du tout » sanglote-t-elle en s’approchant du lit, les bras tendus qu’elle referme avec force autour de ses épaules, pendant que l’irlandais se relève pour leur faire un peu de place. « Tu aurais pu mourir ! Si ce garçon n’avait pas été là… »
« Mais ça va, il était là et tout va bien. C’est pas grave, j’me sens bien. »
Et bla et bla et blablabla. Elle pleure, s’arrête assez longtemps pour l’écouter puis recommence. Il a beau lui expliquer qu’il se sent bien, que tout va rouler, qu'il va faire plus attention à présent, ne plus partir à gauche et à droite tous les soirs et se coucher tôt, parler à Monsieur Pendleton pour qu'il ne le surcharge pas trop (c'est beau de rêver) elle n’en croit pas un mot et ne veut rien entendre. Elle lui parle de greffe du pancréas, de montre gadget auto injecteuse d’insuline et de tout un tas d’autres trucs inenvisageables. Finalement, Ty abandonne et se contente de la laisser l’étouffer, faisant signe à Aël de trouver un moyen de le sauver...


go get fucked ㄨ Invité  
Girls and their curls and their gourmet vomit ; Boys and their toys and their 6 inch rocket ; We're all very lovely 'til we get to know each other ; As we stop becoming friends and we start becoming lovers
And I don't belong to anyone, they call me homewrecker

•• unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 01/07/2013
mensonges : 167
crédits : Babine
multicomptes : Baby A. Stewart


MessageSujet: Re: Pure Morning -Ty et Aël-   Jeu 5 Sep - 12:35

-Non… Enfin sauf si je mange après minuit. Il sourit légèrement, appréciant la réaction de Tyler. Si il ne l’avait pas imaginé avant, il sait à présent que c’est tout à fait le genre de parole qui collent avec le personnage de l’Indien. Il a dit ce qu’il fallait, de la manière la plus simple qu’il soit et résume assez bien la situation. Oui, pour lui, c’est une putain de révélation qui préfère ne jamais avoir à dire. Il ne l’a pas fait pour Isle, c’est Ma’ qui a dut lui expliquer un jour où elle a voulu passer le voir alors que ce n’était pas le moment. Aël en crise. Jamais, il ne remerciera assez Ma’ d’avoir épargnée sa petite rousse de ce spectacle. Et il espère que Tyler n’aura jamais à voir que si, il peut effectivement se changer en Grimlins, violent et hors de contrôle. Il veut y croire, après tout, ne se maitrise t-il pas de mieux en mieux ? Sa grand-mère le reconnait toujours avec un large sourire, et elle en est heureuse.
Il garde son sourire en rejoignant son amant et le prend volontiers contre lui, savourant sa présence à défaut de pouvoir ressentir la chaleur que son corps dégage. Il a à peine le temps de commencer à caresser doucement sa peau, que la porte s’ouvre à la volée, laissant rentrer en furie la mère de son cadet.

Il ne peut s’empêcher de sourire en se redressant pour faire place, et de suite, il ne peut qu’apprécier la bonne femme de part sa ressemblance avec Ma’. Cette dernière aurait fait exactement la même chose, et si ça le gave quand elle le surcouve de la sorte, il doit admettre qu’il comprend un peu mieux sa réaction au vu de l’inquiétude de l’indienne pour son fils. Il s’écarte encore d’un pas, alors qu’elle enchaine les pires scénarios et les solutions les plus idylliques faisant fit des paroles de Tyler.
Quoiqu’il dise, quoiqu’il fasse, rien ne suffit à la rassurer. Et face à son regard plein de détresse, Aël finit par briser son silence, qui aurait pourtant pu durer des heures. – Si ça peut vous rassurer, Madame, quand il sera avec moi, je veillerai personnellement à ce qu’il soit… Raisonnable. Il sait pertinemment que ça ne suffira pas, alors il poursuit. – J’ai plus de 7ans d’études de médecine derrière moi, alors vous pouvez me faire confiance sur ce point. Il évite de préciser qu’il n’est pourtant pas médecin et qu’il préfère s’occuper de patient moins…. Vivants, mais il n’empêche qu’il tiendra sa promesse, comme toujours quand il en fait une.

Il se rassoit sur le fauteuil, son zippo rangé dans sa poche et la clope retournée dans son paquet, il observe tour à tour Tyler et sa mère. Il la fait penser à Pocahontas… Enfin une Pocahontas caser avec son Jonh Smith, un gosse en plus et quelques kilos de trop, mais tout de même. Et il pourrait presque s’attendre à la voir chanter une ode à la vie. Sauf qu’il sait qu’elle a un autre sujet de prédilection et qu’il est temps de couper court aux tortures que subit l’indien. – Vous devriez venir manger à la maison, ma grand-mère fait les meilleurs tartes du monde, et comme elle le dit, il n’y a que ça pour se remettre d’une telle frayeur, à l’occasion, je vous en apporterais. De toute façon, aux yeux de Ma’, tout se réparait grâce à la nourriture. Une dispute violente ? Un soufflé au fromage. Un désaccord ? Soit, un moelleux au chocolat. Une grosse peur ? Et bien, une bonne tarte aux pommes. Et ainsi de suite.

C’est d’ailleurs dommage que Tyler ne puisse pas en profiter, mais Aël ne doute pas un seul instant que si elle continue de voir l’Indien auprès de son fils, elle ne se mette à cuisiner rien que pour lui des bons petits plats adaptés à son régime alimentaire. Il est prêt à parier qu’elle a déjà commencé à se renseigner sur le sujet, maintenant qu’elle est assurée qu’il va bien et qu’il n’est plus mourant entre les bras de son petit-fils. Et puis, il faut bien remonter le moral du petit après un tel malaise et une visite à l’hôpital.


those hells bells, my temperature's high, hells bells, across the sky, hells bells, they're taking you down, hells bells, they're dragging you down, hells bells, gonna split the night, hells bells, there's no way to fight
I'm on the highway to hell
(gif tumblr/code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 24/07/2013
mensonges : 395
crédits : cha
multicomptes : gunter & the island
âge : 20 yo
adresse : chez môman près du port

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: _


MessageSujet: Re: Pure Morning -Ty et Aël-   Jeu 5 Sep - 16:57

∞ pure morning
Aël & Tyler




Aël est décidément un mec parfait et, lorsqu’il le voit réagir exactement comme il le faudrait pour rassurer sa mère te l’arracher à ses griffes, son cœur se pince. Pourquoi est-ce qu’ils ne peuvent pas s’aimer librement à la face du monde ? Pourquoi est-ce qu’il faut que les habitants de Caswell soient de pareils enculés coincés et insupportablement cons ? Pourquoi est-ce qu’il ne peut pas être heureux ici ?
Tyler ne peut même pas réellement se consoler avec la pensée que, dans quelques temps, il quittera de toute manière ce bled pourri pour aller vivre en Californie et enfin devenir qui il veut. Qui il est censé être. Bonnie lui a promis de l’amener et Alexander est d’accord. Il ignore encore quand tout ils mettront les voiles, mais il ne doute pas qu’ils l’y conduisent. Il touche son rêve du bout des doigts… Mais plus il y pense, plus il se demande s’il sera possible de vivre pleinement son aventure hollywoodienne et de se satisfaire de défilés et autres soirées VIP s’il n’a personne avec qui partager tout ça. Il n’a pas encore osé aborder le sujet d’un éventuel départ avec Aël et ne compte pas s’y mettre maintenant. Pas juste après lui avoir fait comprendre qu’il ne veut pas vraiment se mettre en couple avec lui. C’est un foutu cercle vicieux… Ils ne peuvent pas être en couple à Caswell et il ne peut pas attendre de l’irlandais qu’il le suive dans un autre Etat s’il ne lui offre rien de sérieux.
Enfin pour le moment… Il a un autre problème à régler. La tornade Maman Poule…

« C’est très gentil à toi Aël, mais… Je ne peux pas accepter. Pas alors que Tyl… »
« Mais j’en mangerai aussi ! Je ferai attention » soupire le garçon, son bras toujours passé dans le dos de sa mère qu’il caresse distraitement.
« Ne commence pas ! »
« Je commence pas mais… Tu sais que ça arrive parfois, même quand je fais super attention ! Tu sais que je fais toujours très attention. Jamais d’excès, vie de merde, tout ça. »
« Tyler… »
« Non mais c’est vrai ! J’suis en hypo tout le temps depuis une semaine alors que j’fais tout comme il faut. J’vais parler avec le doc, j’vais réajuster mon traitement si il faut et puis voilà, ça ira mieux. Tu sais bien que ça peut arriver juste comme ça. »
« Ton ami vient de dire qu’il allait veiller à ce que tu sois raisonnable, ça veut dire que tu ne l’as pas été ! Et tu as perdu du poids ! »
…Ouais, pas si parfaite en fin de compte la technique de sauvetage, c’est vrai.
« Bon, oui, ok, j’ai un peu abusé. J’ai pas beaucoup dormi, j’me suis dépensé plus que d’habitude » explique-t-il, incapable de s’empêcher de jeter un regard plein de sous-entendus à Aël, qu’il accompagne d’un léger sourire. « Mais j’vais faire attention maintenant. Si tu veux, je rentre dormir tous les soirs cette semaine à la maison ! »
« Je vais appeler Monsieur Pendleton et lui dire de diminuer tes heures. »
« Mais non… »
« Mais si ! Je vais l’appeler tout de suite. »
Et la voilà qui disparait, son téléphone cellulaire vieux comme le monde en main.

« Bon… Bah voilà. C’était moins gênant que j’pensais » ricane nerveusement Tyle, en se laissant retomber contre son oreiller. « Désolé pour ça, elle est juste… Tu sais… J’suis tout ce qu’elle a alors c’est normal. Elle a eu peur. J’ai peur aussi. Et pas seulement de crever dans mon sommeil mais… J’veux pas qu’on arrête tout. J’veux qu’on continue comme on est, sans se poser de questions. J’voudrai vraiment qu’on soit en couple, mais j’crois que j’suis pas prêt à m’imposer ça. J’suppose que j’suis pas aussi… provocateur ou courageux que je l’imaginais. Et puis tu sais, tu es peut-être différent, mais c’est pas marqué sur ta tronche que t’es autiste. J’suis sur que le pourcentage de population qui est au courant de ta maladie, ou je sais pas comment tu l’appelles, est inférieur à 5% alors… C’est pas pareil, d’accord ? J’crois pas que tu t’rendes comptes… Sortir avec un homme c’est déjà abominable pour tous ces gens, punissable de mort, mais en plus, j’suis pas exactement très… blanc… Ils nous feraient la peau, Aël. Et ma peau, aussi bronzée soit-elle : j’y tiensplus qu'à n'importe quoi… Plus qu'à toi. Et tu devrais raisonner pareil. »
Il ne voulait pas revenir à un sujet si sérieux aussi vite, mais il se doute que sa mère ne va pas lui laisser beaucoup de répit et il est épuisé. Il a mal aussi. Partout. Surtout au cœur…  



go get fucked ㄨ Invité  
Girls and their curls and their gourmet vomit ; Boys and their toys and their 6 inch rocket ; We're all very lovely 'til we get to know each other ; As we stop becoming friends and we start becoming lovers
And I don't belong to anyone, they call me homewrecker

•• unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 01/07/2013
mensonges : 167
crédits : Babine
multicomptes : Baby A. Stewart


MessageSujet: Re: Pure Morning -Ty et Aël-   Jeu 12 Sep - 10:02

Une fois encore Aêl secoue légèrement la tête, revenant près du lit, revenant surtout prendre sa place aux côtés de l'Indien. Il sait pertinemment que sa mère ne tardera pas à refaire son apparition et qu'il n'aura alors plus le loisir d'être contre Tyler... Un Tyler qu'il ne tarde pas à prendre dans ses bras, retrouvant la position initiale qu'ils avaient adoptés avant que Pocahontas inquiète ne franchisse le seuil de la porte. Doucement, il caresse son bras, sachant Tyler suffisament fatigué pour être capable de le déceler dans ses traits. - Je peux comprendre pour ta mère, c'est... Normal qu'elle s'en fasse pour ce qu'elle a de plus précieux. Bizarrement, là, il comprends, mais quand c'est Ma' qui part dans les extrêmes, il est tout de suite moins tolérant. - Et arrête de te répéter. J'ai déjà compris la première fois. Tant pis si on ne forme pas un couple. Tant pis si Caswell est une ville majoritairement de cons. Je m'en fou. On continuera comme on a commencé, et puis voilà. Puisque visiblement on a pas le choix, on ne va pas en parler des heures.

Il ne revient pas sur son autisme, ne notant pas la question de Tyer. Il ne considére pas ça comme une maladie, ni comme un handicap. Il ne sait pas trop comment le nommer, si ce n'est autisme. Il vit avec tous les jours depuis sa naissance, et jamais, lui, ne s'est sentit malade, diminué ou handicapé. Bien au contraire.
Il continue de caresser toute parcelle de peau à sa portée, reportant son regard sur le plafond. L'irlandais ne sait pas si il tient à sa peau, plus qu'à celle de ses proches. Oh il sait que pour Ma', Isle, et quelques autres, il se sacrifierait sans hésiter, mais pour le reste... Peut être que ça ne le dérangerait pas de prendre des risques pour être avec l'indien. Peut être qu'il s'en moque d'être sujet de raillerie ou d'insulte, peut être qu'il se moque aussi des coups... Mais étrangement, il ne se moque pas que ce soit Tyler qui trinque. Et rien que pour ça, il est prêt à rester dans l'ombre. Après tout, ce n'est pas si mal, non plus...

L'irlandais n'est pas très bavard, il compte sur le faîte que son amant ne tarde plus à se rendormir pour reprendre des forces et sortir au plus tôt d'ici. Déjà parce que ça sera le seul moyen de calmer sa mère - quoiqu'il se demande si elle ne serait pas capable de faire un scandale, juste parce qu'elle juge que Tyler n'a pas eut suffisamment d'examen ou de soin- ensuite, parce qu'il n'aime pas le voir ici. Tyler est à sa place, partout, sauf dans un endroit aussi austère.
Aêl referme quelques instants les yeux. Il n'a pas dormit cette nuit, et ne ressent pas la fatigue, juste le besoin de se couper un peu du monde. De réfléchir à tout ce qui vient de se dire. D'intégrer. ça en fait des nouvelles choses à assimiler, et il doit le faire au plus vite. Pour ne pas faire ou dire de connerie. Pour savoir comment réagir. Et quoi faire.


those hells bells, my temperature's high, hells bells, across the sky, hells bells, they're taking you down, hells bells, they're dragging you down, hells bells, gonna split the night, hells bells, there's no way to fight
I'm on the highway to hell
(gif tumblr/code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 24/07/2013
mensonges : 395
crédits : cha
multicomptes : gunter & the island
âge : 20 yo
adresse : chez môman près du port

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: _


MessageSujet: Re: Pure Morning -Ty et Aël-   Jeu 12 Sep - 11:51

∞ pure morning
Aël & Tyler




Ca le vexe un peu qu’Aël lui demande d’arrêter de se répéter et coupe court au débat. Il déteste être lourd. Il l’est souvent mais déteste évidemment qu’on le lui signale. D’un autre côté, au moins la question est réglée et Tyler n’aura plus besoin de se justifier. Il aimerait pourtant le faire encore un peu plus, histoire de marquer le coup et de prouver au garçon que ça l’ennuie REELLEMENT qu’ils ne puissent pas se mettre officiellement en couple. C’est contrariant tout ça…
« Bon, oui d’accord. »
Il fait la moue mais sa mauvaise humeur s’estompe rapidement et il se laisse aller dans les bras de l’irlandais entreprenant. Dommage que sa mère soit toujours dans le coin et susceptible de les griller. Encore qu’une petite branlette, ça peut être rapide. Et puis bas besoin d’y aller carrément, rien que sentir sa main sur ses bijoux de famille serait fort agréable…

Mais Tyler se contente de rêvasser et de sentir Aël tout contre lui, le laissant caresser ses bras, remontant jusqu’à ses épaules, cachée par la blouse large qu’on lui a enfilé à son arrivé ici. Il s’imagine que c’est Aël qui la lui a enfilée et non pas une infirmière à l’air fatiguée et mal aimable. Elles ne sont pas toutes comme ça mais dans l’ensemble… bref, c’est sur l’irlandais qu’il fantasme, pas sur elles.il s’imagine, totalement à sa merci et c’est plutôt chouette. Moins chouette de ne pas se souvenir de ce qu’il peut lui faire mais il fait confiance au garçon de toute manière. Et puis ce ne serait pas la première fois qu’il lui laisse son corps à disposition, même s’il était conscient à les autres fois et capable de participer. Pt’être qu’ils pourraient essayer ce jeu là un jour. Il a entendu parlé de ce genre d’expériences. L’un des partenaires se plongent dans la glace jusqu’à perdre conscience et être à moitié mort, et l’autre le réanime en le baisant, le réchauffe avec son corps…  
« C’est un peu malsain » qu’il murmure, sans en avoir conscience, ricanant doucement en se laissant glisser  vers  le sommeil, bien au chaud contre le corps d’Aël.

Il n’entend pas la porte se rouvrir un petit instant plus tard et n’est plus là pour voir sa mère fait son grand retour et recommencer à pleurnicher en venant prendre sa main. Elle défend à Aël de bouger et le condamne à rester coller à son fils, histoire de ne pas le réveiller. Elle sait ce qu’il est de toute manière et a été la première à l’encourager à ne pas avoir honte. L’indienne tente de faire un peu la conversation, mais tout revient forcément à Tyler et à son état actuel et les dangers qu’il encourt à longueur de journée. Le tout avec évidemment de nouvelles larmes qu’elle essuie régulièrement en s’excusant d’être si émotive…
Elle ne se calme que lorsqu’une infirmière passe pour vérifier les constantes de Tyler et son taux de sucre. Une infirmière qui connait Aël apparemment. Tyler, réveillé pour les besoins de la manœuvre, les écoute distraitement échanger quelques propos au sujet d’Isle, et puis sa mère recentre l’échange sur lui. Encore et toujours lui, sa seule source d’intérêt. Il essaye de leur prêter de l’attention mais ses yeux se ferment d’eux-mêmes assez rapidement. Il s’entend demander quelque chose contre la douleur causée par ses courbatures mais se rendort avant d’avoir entendu la moindre réponse, bien calé sur ses oreillers pendant qu’Aël s’est éloigné pour laisser travailler la mère de son amie qui ne tarde pas à les quitter elle aussi.

Tyler n’entend ni ne voit le garçon finir par rentrer lui aussi pour aller rassurer sa grand-mère et dormir un peu. Quand il se réveille la fois suivante, le jeune homme est seul avec sa mère qui n’en finit plus de pleurer. Du coup, il finit par verser quelques larmes en concert, officiellement par empathie et officieusement parce qu’il déteste ne pas pouvoir se mettre en couple avec Aël et trouve pour une fois que sa vie est vraiment à chier.  



go get fucked ㄨ Invité  
Girls and their curls and their gourmet vomit ; Boys and their toys and their 6 inch rocket ; We're all very lovely 'til we get to know each other ; As we stop becoming friends and we start becoming lovers
And I don't belong to anyone, they call me homewrecker

•• unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Pure Morning -Ty et Aël-   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pure Morning -Ty et Aël-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pure Morning; { Chris }
» Critique de la raison pure [essai]
» Good Morning England - Demande de partenariat
» ♦ Gabrielle de Vendôme ▬ « Une fille pure, si naïve et angélique va voir quelques plumes tomber de ses ailes. »‏‏‏‏
» Anima pure accro???!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HOMECOMING △ V.4 :: Hôpital-