AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 My ashtray heart •• ft. Irène

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

date d'arrivée : 22/07/2013
mensonges : 267
multicomptes : //
âge : 22
adresse : Chez l'oncle, Northern Hills. Mais chut.
humeur : Shitty

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
Je sais tout de la vérité
Pouvoir: Casse-couille de compétition, caniche professionnel, mangeuse de cornichon et pétasse en service


MessageSujet: My ashtray heart •• ft. Irène    Dim 25 Aoû - 19:15

Un petit passage à la douche, après avoir dormi bien une dizaine d’heures je dirais. Il est midi, j’ai travaillé jusque cinq heures au bar cette nuit. Exceptionnel qu’il disait, le patron Quel connard. Ce bourru et gros dégueulasse avait failli déclencher une bagarre avec Ethan. Pour le dédommager et faire en sorte qu’Ethan garde son travail, je lui ai proposé de travailler pour quelques heures gratuites. Putain. Enfin, aujourd’hui, repos, et je comptais me faire plaisir tout simplement parce que j’avais reçu ma paie. J’ai donné à notre banque perso un quart de mon salaire, et j’ai retiré presque deux cent dollars, aujourd’hui j’allais faire ce sport typiquement féminin que j’aimais pratiquer très rarement. Je n’appréciais pas consumer ma thune dans les fringues, mais dernièrement deux connards ont eu raison de ma garde robe, et j’ai maigri. Il me fallait de nouveau des fringues pour le boulot. Donc, j’ai filé dans les rues, garant ma voiture dans le sens du départ si je devais partir en vitesse. Il ne faisait pas spécialement froid en ces jours de novembre, la brume habituelle à Caswell s’est dissipée pour laisser entrevoir les rayons d’un Soleil qui semblait malade malgré tout.
Habillée d’un jean 7/8ème noir, retroussé en ourlets, et d’un haut en dentelle peu opaque corail, j’ai laissé ma chevelure rousse s’épandre sur ma veste en cuir. Celle-ci m’appartenait cette fois, elle n’était pas à Ethan. J’ai mis des petites chaussures sympas, noires avec un léger talon. Je me sentais féminine aujourd’hui, d’habitude je n’avais que faire de mon apparence, mais je ne sais pas, un instinct et une envie profonde de me délasser m’était parvenue. Je n’avais pas froid, j’osais même porter des lunettes de soleil, une vraie pétasse qui se trouve malgré tout dans les petits rayons d’une boutique de sous-vêtements. Encore et toujours le travail.

J’ai marchandé une heure et demie durant, cheminant dans les ruelles plutôt dégoutantes de cette ville que je détestais particulièrement. Ses badauds et les connasses qui habitaient ici me regardaient toujours avec cet air particulier, insistant, le regard de celui qui dévisage. Californienne dans le sang, il était hors de question que je me foute dans les guenilles qu’ils arboraient eux, avec fierté. Peut-être pas d’ailleurs, mais ils n’avaient pas l’air spécialement touchés par le gêne de la grâce. Je ne souriais pas plus que ça, évitais le contact humain, fuyait le peu de foule ou plutôt de regroupement qu’il pouvait y’avoir dans cette ville. Un présage funeste pesait constamment sur ces terres. Je n’étais pas la seule à le sentir. Mais je n’avais nul part où aller, on avait commencé à implanter notre marché alors, c’était pas le moment de se défiler.

Je m’arrêtais un instant et m’allumai une clope en soupirant de plaisir. Un peu de bien-être dans ce monde de brute. Une agréable odeur de café est parvenue jusque mes narines. Je me suis retournée pour faire face à la vitrine, et je me suis stoppée nette. Un grand sourire s’est étalé sur mes lèvres. Oh mais qui voilà. Derrière la vitrine éclairée par le soleil, une jeune femme buvait un café, perdue dans la lecture d’un bouquin ou d’un journal, je ne voyais pas car caché par son bras. Belle blonde, bien foutue, pulpeuse, vraiment agréable. A sa vue, les souvenirs cachés dans les tiroirs de mon esprit s’en sont échappés, pour se plaquer sur ma rétine. Ah, quelle nuit, quelle soirée. Ce qui au départ était un jeu pour faire rager Ethan, et lui donner l’envie de voir sa rousse dans ses draps, était devenu plus fort. Je me suis prise au jeu, percevant la même envie chez la blonde. Ce fut sulfureux. Et si j’allais donc lui faire la surprise de ma venue au lieu de me repaître du passé ?

J’ai franchis la porte avec entrain et suis venue m’asseoir, hyperactive, agitée sur la chaise juste en face d’elle.

« Saaaalut, beauté ! »

Un grand sourire plaqué sur mon visage, j’ai enlevé mes lunettes, la couvrant de mon regard bleu glacial. J’ai lâché un petit sourire en coin, je voyais déjà sur son visage qu’elle était ra-vie de me voir à sa table.

« T’es toute seule ? Un peu d’compagnie te fera du bien. Garçon ! Un crème, un grand. Et du lait demi-écrémé. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 27/05/2013
mensonges : 773
crédits : Signature @GreyWind Gif @Tumblr
multicomptes : H. Carter Wuornos
âge : 29 ans
adresse : Downtown
humeur : Electrique

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: Sarcasme


MessageSujet: Re: My ashtray heart •• ft. Irène    Lun 26 Aoû - 16:41

    My ashtray heart

    code episkey.

*Driiiiiiiiiiiiiiing*
La sonnerie de son téléphone avait retentie un peu brusquement, elle ouvrit les yeux et poussa un soupir de découragement, un œil sur son réveil lui indiqua qu’il était tout juste onze heure, génial qui pouvait bien appeler à cette heure, qui plus est le jour ou elle est de repos, elle attrapa son téléphone prête à envoyer valser son interlocuteur sur son répondeur lorsqu’elle découvrit le nom du bar afficher sur l’écran de son téléphone. Bon sang il ne manquait plus que ca, elle décrocha donc a contre cœur.

« Allo » lança t-elle sur un ton peu avenant.
« Irene c’est Joe, j’ai un petit souci, Cara ne peut pas venir, son gamin est encore malade pour changer, tu peut la remplacer pour le service de ce soir ? »
« Je sais pas trop, j’ai des plans pour aujourd’hui, moi aussi j’ai une vie tu sait, c’est déjà la troisième fois que tu me fait le coup. »
« Je te promet que je te redevrait ca, juste cette fois s’il te plait, j’ai personne d’autre. »
« Bon ok c’est bon t’a gagné mais c’est la dernière fois, tu m’a bien comprise ? »
« Ouai, ce soir 21H ! »

Elle n’eut même pas le temps de répondre à cela qu’il avait raccroché, ce boulot n’était décidemment qu’une vrai merde, elle pouvait sûrement trouvé mieux, c’est en tout cas ce qu’elle s’était dit en jetant son téléphone sur son lit, elle laissa de nouveau sa tête s’écrouler sur son oreiller mais la blondinette tenta vainement de se rendormir. Après quelques dizaines de minutes elle pris finalement la peine de se lever, un passage sous la douche termina de la réveiller, les cheveux dégoulinant et avec pour seule tenue une serviette, elle se dirigea avec entrain vers le placard de la cuisine avec pour seul pensée le délicieux café qui l’attendait, il n’y avait rien de mieux qu’un bon café, un bouquin et une clope pour bien commencer la journée, si bien sûre elle pouvait encore être sauvée, mais là un drame incommensurable vint en rajouter une couche, il ne restait plus rien, merci la colocataire qui ne pensait qu’a sa gueule. Irene l’air un peu penaude décida donc de se préparer hors de question de se laisser abattre, elle enfila un slim noir, un t- shirt blanc qui elle le savait remportait pas mal de succès qu’elle assortie d’un collier doré relativement imposant, chaussa ses escarpins et se maquilla légèrement comme à son habitude, elle n’avait pas vraiment envie de se prendre la tête, c’est pourquoi elle décida de laisser ses cheveux vivre leurs vie, non sans les avoir sécher au préalable. Sa veste en cuir sur le dos et son sac sous le bras, elle pris la direction du centre ville au volant de sa voiture, elle se gara sur la première place qu’elle trouva et se dirigea vers le café du coin ou elle avait ses habitudes, les serveurs étaient sympa et le café de qualité deux choses non négligeable dans cette ville, elle s’arrêta au kiosque et attrapa deux-trois journaux, autant user de cette soudaine motivation pour voir si le marché du travail Caswellien lui offrait de nouveaux horizons.

Elle s’installa dans un coin du café pas trop loin de la vitrine parce qu’elle aimait bien observer la populasse mais pas dans le passage non plus elle les aimait seulement de loin, il ne fallait pas abuser, son café commandé et commença à éplucher la une du journal de la ville. Lorsqu’elle eu terminé le second journal elle jeta un coup d’œil à l’énorme pendule qui ornait le mur qui surplombait le bar, quatorze…quoi il était quatorze heure ? Elle n’avait même pas vu le temps filer, elle leva la main en direction d’un serveur plutôt beau-garçon, il ne devait pas avoir plus de 19 ans mais regarder n’était pas un crime après tout !

« Je vais vous reprendre la même chose avec une part de la tarte du jour. » Sa commande passée, elle attrapa le dernier journal, jusqu’ici elle avait trouvé deux annonces pouvant correspondre à ce qu’elle cherchait mais rien qui ne la fasse rêver non plus, elle commençait juste à découvrir la une lorsqu’une tornade rousse fit son entrée, la jeune femme s’était assise, introduite et avait commandé avant même qu’elle n’est eu le temps d’ouvrir la bouche.

« Salut Bonnie, je t’en pris installe toi… »

Elle n’était pas mécontente de la voir, loin de là, elle était resté sur une impression plutôt bonne la dernière fois qu’elle s’était vue, une très très bonne impression même mais, elles n’avaient pas vraiment eu jusqu’ici l’occasion de se parler, elles avaient à peine échangée quelques banalités la dernière fois avant que Bonnie ne la ramène chez elle.

« T’a l’air en bien meilleur forme dis moi, désolé d’être partie un peu précipitamment la dernière fois, mais t’avais clairement l’air d’avoir besoin de repos. » lui lança la blonde émettant un petit rire au souvenir de cette nuit.



❝I came back haunted❞
Everywhere now reminding me, I am not who I used to be, I'm afraid this has just begun...Consequences for what I've done.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 22/07/2013
mensonges : 267
multicomptes : //
âge : 22
adresse : Chez l'oncle, Northern Hills. Mais chut.
humeur : Shitty

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
Je sais tout de la vérité
Pouvoir: Casse-couille de compétition, caniche professionnel, mangeuse de cornichon et pétasse en service


MessageSujet: Re: My ashtray heart •• ft. Irène    Mar 27 Aoû - 20:13

« Salut Bonnie, je t’en pris installe toi… »
« Merci, t’es bien aimable ! »

Je lâchai un petit rire sec, je n’étais pas du genre à demander la permission. Puis j’étais sure que la blonde était ravie de me voir là, je crois que je lui ai laissé une assez bonne impression, à vrai dire, elle avait également posé son empreinte dans mes souvenirs l’espace d’une nuit. J’ai étiré mes lèvres dans un rictus plein de sous-entendus. Je ne pouvais pas m’en empêcher. Disons que je ne pouvais penser autrement, les seuls liens que nous avions tissés avaient été réglés dans le pieu d’Ethan. Quand j’y pense, je rigole bien. Il a du halluciner en voyant sortir la belle blonde de sa chambre. J’ai posé ma paire de lunettes sur la table, après en avoir mâchouillé tranquillement la branche droite, en attendant mon crème. Mon grand crème. Je n’arrivais pas à boire le café tel quel, je n’étais pas non plus chiante sur la qualité même si de temps en temps j’appréciais un bon café bien chaud, spécialement en hiver ou comme des jours comme ça où tout semblait se passer bien. Ma carte bleue n’avait pas eu trop mal, elle ne pleurait pas encore.

« T’as l’air en bien meilleur forme dis moi, désolé d’être partie un peu précipitamment la dernière fois, mais t’avais clairement l’air d’avoir besoin de repos. »

Je lui adressai un sourire franc, en réponse au sien, mon regard planté dans le sien. Je n’avais aucune gêne, ni aucun remords ou regrets face à cette nuit. Elle avait été à la hauteur la dame.

« Ouais, plutôt. »

Le serveur est arrivé, j’ai attrapé la tasse sur la coupe avant même qu’il ne me la donne, pressée, hyperactive. Bien évidemment il m’a filé l’addition, immédiatement, et je l’ai sommé, peu avenante, de virer de bord très vite car la jeune femme et moi devions discuter affaires. Pourquoi faire dans la dentelle, ça n’avait pas été son souhait selon mon souvenir. Un nouveau petit sourire en coin que je perdais dans mes cheveux roux, en tournant la tasse sur elle-même, la mine de réfléchir. Je laissais un petit silence, comme une communion secrète et intrinsèque, le jeu de la mémoire, j’en avais pas beaucoup mais je savais m’en servir quand je voulais. Je lâchai un petit soupire, détendant mes muscles noués par le shopping. Je n’avais pas tellement acheté, je n’étais pas difficile mais il n’y avait rien de vraiment génial à Caswell. Cependant j’avais pu récupéré deux trois ensemble de sous-vêtements, un petit short moulant et pailleté, et des hauts pour remplacer ceux qu’Ethan et Tyler avaient réduis en charpie pour faire un costume à Ea. Je l’avais encore amère celle-là, mais je mettais ma rancœur de côté dans l’espoir de me venger un jour, et pour éviter de me sentir coupable comme je l’ai fais. Bref. Les boutiques de cette ville étaient clairement merdiques, et j’étais étonnée de trouver un café aussi propre et agréable. La lumière pénétrait la pièce comme dans les films à la con d’Ethan, genre scène romantique. Cependant je n’avais pas l’allure ni l’attitude, ni les pensées d’une jeune femme éperdue. Plutôt celles éprouvées de conquête à conquête. D’habitude je ne m’attardais pas vraiment sur mes coups d’un soir, mais disons que la voir là avait été l’occasion. Je portais la tasse à mes lèvres, après y avoir déposé quatre petits carrés de sucre. Plutôt calorique pour un maigre gabarit comme le mien, mais je n’avais pas tendance à prendre du poids. A ma plus grande joie.

« Enfin, tu dis ça, mais t’étais pas mieux ma belle, j’ai cru te voir boiter en partant. »

J’ai lâché un rire franc, profond, face à ma connerie soudaine, tapant mes ongles sur la table. Rouges, d’ailleurs, aujourd’hui. J’en prenais soin, on dirait pas pour une camée. Je n’allais pas tomber dans le cliché junkie dégueulasse, le maquillage coulant et le corps démonté. Bref. Je reportais mon attention sur la belle blonde, continuant à boire tranquillement mon café. J’ai posé les sacs à ma droite, et me suis permise d’écarter le journal posé devant ses yeux.

« J’préfèrerais que tu gardes la même attention que t’avais. Alors, quoi de neuf bella ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 27/05/2013
mensonges : 773
crédits : Signature @GreyWind Gif @Tumblr
multicomptes : H. Carter Wuornos
âge : 29 ans
adresse : Downtown
humeur : Electrique

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: Sarcasme


MessageSujet: Re: My ashtray heart •• ft. Irène    Mar 3 Sep - 11:08

« Merci, t’es bien aimable ! »
Ouai ca c’était le moins qu’on puisse dire, elle était quand même gonflée de s’installer comme ça, certes elles avaient passée une nuit comment dire…torride oui ce serait le mot, la rousse s’étant révélée aussi incendiaire que la blonde, un duo on ne peut plus explosive surtout avec un peu d’alcool pour les enflammer si je puis dire mais Irene ne lui avait rien promis de plus et elle n’avait même pas envisager de la rappeler, faut dire que quand ca se passe de cette façon en générale, il vaut mieux éviter de remettre ça, c’est toujours bien trop décevant après. La blonde adressa un sourire de circonstance à la jeune femme qui se trouvait face à elle, elle était aussi belle que dans son souvenirs et concrètement la présence de la jeune femme ne la dérangeait pas vraiment c’était simplement qu’elle n’avait pas pensé une seule seconde qu’elle la reverrai, ce qui était stupide de sa part à bien y réfléchir, certes Caswell n’était pas un petit village mais c’était tout de même assez concentré pour être sûre de ne pas pouvoir éviter qui que ce soit même avec la meilleure volonté du monde.

« Ouais, plutôt. »
Irene n’eut pas vraiment le temps de répondre que le serveur revenait avec un plateau chargé, Bonnie ne prit même pas la peine d’attendre d’être servie qu’elle s’était déjà jeté sur sa tasse pour la récupérer elle même, prenant le pauvre garçon au dépourvu, il sembla déconcerté un instant, la jeune femme se retint de rire, la situation était cocasse et la tête de ce gamin valait de l’or tandis que sa compagne ne sembla pas y prêter attention, elle offrit au serveur un sourire rieur et le laissa déposer café et tarte devant elle.  Une fois chose faite, elle attrapa un morceau de sucre qu’elle jeta au fond de sa tasse, c’est à cet instant qu’elle se rendit compte qu’elle n’avait encore rien avaler de la journée et qu'elle mourrait de faim, elle se saisit donc de la fourchette qui reposait sur le bord de son assiette et avala une bouchée de la tarte aux cerises qu’on venait de lui apporter, un véritable délice.

« Enfin, tu dis ça, mais t’étais pas mieux ma belle, j’ai cru te voir boiter en partant. » lui avait t-elle lancée en riant, bon ce n’était pas vrai mais pas non plus tout à fait faux, elle était repartie assez lessivée mais avant de la voir boiter, de l’eau pourrait couler sous les ponts. Elle avait d’ailleurs été surprise de croiser en s’éclipsant un mec complètement avachi sur son canapé en train de jouer à la console, ils avaient à peine échangé deux banalités avant qu’elle ne se casse. Sur le coup, lorsqu’elle était sortie de la chambre et l’avait aperçu, elle s’était demandé si c’était son mec, imaginant devoir expliquer d’une façon ou d’une autre sa présence dans la chambre de sa dulcinée à 4h du mat mais il n’avait rien demandé, il était juste resté interdit quelques secondes et lui avait lâché un « Bonsoir » avant de reprendre sa partie, elle n’avait pas essayer de poursuivre la conversation elle n’en avait absolument pas envie, elle avait donc répondu et avait pris la poudre d’escampette sans demander son dû.

« Alors ça chérie je pense que tu l’a rêver, t'est bonne je le reconnait mais t'enflamme pas non plus! d’ailleurs en parlant de ça, j’espère que tu a pas eu à enchainer avec ton mec, il avait pas l’air ravie de me voir sortir de ta chambre... » lui avait t-elle dit en tapotant le dos de sa fourchette contre le journal étalé devant elle. La rousse avait l’air on ne peut plus concentrée sur son café, enfin aussi concentré que Bonnie puisse l’être, elle ne la connaissait pas vraiment mais si elle avait bien remarqué une chose chez elle s’était bien l’énergie qu’elle avait à revendre et cette rencontre ne faisait pour le moment que l'a conforté dans cette première impression, elle avait également bien compris que la jeune femme aimait être le centre de toutes les attentions ce qui expliquait sans doute qu’elle avait poussé de la table les journaux qu’elle avait passé la matinée à éplucher et avait finie par effectivement réclamer toute son attention avant de lui demander comment ça allait.

Voilà c’était exactement ce qu’elle pensait, Irene avait toujours eu beaucoup de facilité à cerner les gens et celle-ci n’échappait pas à la règle, elle observa celle qui lui faisait face, il y avait de quoi lui accorder toute son attention, elle était belle c’était un fait, ses long cheveux roux éclairait la blancheur de sa peau, son regard était profond et son sourire était celui d’une gamine, une bien jolie description mais elle perdait un peu de cette grâce lorsqu’elle ouvrait la bouche, dommage qu’elle soit aussi grande gueule, enfin Irene n’allait pas s’arrêter à ca, pas après ce qu’elle avait pu voir de la jeune femme.
« Ba écoute ça va, j’envisage de changer de boulot comme t’a pu le voir, enfin si t’a fait un minimum attention mais faut dire que les opportunités intéressantes peuplent pas les rues de Caswell et toi ? On s’est fait plaisir à ce que je voit ! Ton patron aurait t-il décider de reconnaître tes talents et t’aurait augmenté ? » La jolie blonde se souvenait qu’elles avaient parlé de son boulot et que Bonnie s’était plainte de ne pas être traitée comme elle le devrait et à quel point son patron ne reconnaissait pas toute l’étendue de ses talents, c’était d’ailleurs en lui demandant ce que ses talents avaient d’exceptionnelles que la soirée avait basculée comme Irene l’avait voulue… Un souvenir encore on ne peut plus excitant.



❝I came back haunted❞
Everywhere now reminding me, I am not who I used to be, I'm afraid this has just begun...Consequences for what I've done.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 22/07/2013
mensonges : 267
multicomptes : //
âge : 22
adresse : Chez l'oncle, Northern Hills. Mais chut.
humeur : Shitty

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
Je sais tout de la vérité
Pouvoir: Casse-couille de compétition, caniche professionnel, mangeuse de cornichon et pétasse en service


MessageSujet: Re: My ashtray heart •• ft. Irène    Dim 22 Sep - 19:55

« Alors ça chérie je pense que tu l’a rêver, t'est bonne je le reconnait mais t'enflamme pas non plus! d’ailleurs en parlant de ça, j’espère que tu a pas eu à enchainer avec ton mec, il avait pas l’air ravie de me voir sortir de ta chambre... »

Je me suis reculée dans le genre, demoiselle de bonne conduite outrée. Les yeux rivés dans les siens, j’ai lâché un grand rire profond, claquant une main sur la table. Ah, ils allaient tous me la faire celle-là. Sauf que quand Tyler avait émis l’hypothèse, il avait été plus loin, jusqu’à me mettre mal à l’aise, ce con. Tandis qu’elle, c’était plus léger et puis juste par déduction. Mais c’est pas parce qu’un mec et une nana vivent ensemble que ça doit tout de suite parler de couple ! Bon ok, pas de colocations : il n’y a qu’une chambre. De plus, je vivais pas vraiment là. C’est vrai quoi, c’est l’appart d’Ethan, moi je suis censée vivre chez mon oncle, donc bon. Oh et puis j’ai pas à argumenter c’est pas mon mec quoi, point.

« Ahah, ce type à l’air bourru et pas sympa, c’est pas mon mec. C’est mon pote d’enfance venu m’accompagner comme un couillon dans cette ville de fou. S’appelle Alexander. J’suppose qu’il t’a pas fait la conversation. Et c’est pas qu’il avait pas l’air content, c’est qu’il a jamais l’air content, en fait. »

Je lui ai souris, en riant à nouveau. J’aimais rire. Et puis j’avais bien insisté sur le Alexander. Ethan, c’était pour moi. J’imaginais parfaitement la scène dans ma tête, la tronche d’Ethan style, mais c’est qui cette bonasse qui sort de ma chambre. Puis il a du entendre mon râle de plaisir/fatigue/détente des muscles. Et il a comprit, je suppose également qu’il a du bien rire. En général il en avait rien à foutre de qui je ramenais, sauf si on faisait trop de bruit ou s’il n’aimait pas la personne en question. Ce qui était assez rare puisque lui et moi n’en avions strictement rien à foutre des autres. On serait bien content d’être seuls sur terre en cas d’apocalypse pour nous éviter d’être sociable. On aurait juste les intentions primaires à partager. Bouffer, baiser, dormir, se protéger. Voilà ! Je riais dans ma barbe, ça m’arrivait souvent ces enchaînements de pensées à la va-vite et surtout à la manière d’un train grande vitesse, tout ça n’avait ni queue ni tête mais ma confusion me faisait toujours rire. J’arrivais toujours à une conclusion comique. Lui et moi seuls sur terre. Qu’est-ce qu’on se ferait chier, peut-être même nous ne nous supporterions même plus. Ce serait triste, vingt ans de folie et de conneries. Bon, peut-être que le reste du monde ne nous était qu’en cette vision des choses : éviter qu’on se déteste.

« Oh et puis, j’étais pas assez fatiguée donc il aurait très bien pu m’passer dessus c’était pas grave. D’ailleurs il m’a gratifiée d’un joli sourire plus tard style « t’aurais pu m’en laisser un petit morceau », mais t’inquiètes il est pas méchant dans le fond. Il est juste comme moi, il se fout de l’attention qu’on lui porte. »
« Ba écoute ça va, j’envisage de changer de boulot comme t’a pu le voir, enfin si t’a fait un minimum attention mais faut dire que les opportunités intéressantes peuplent pas les rues de Caswell et toi ? On s’est fait plaisir à ce que je vois ! Ton patron aurait t-il décider de reconnaître tes talents et t’aurait augmenté ? »

J’ai ris encore. Décidément elle en avait dans la caboche la demoiselle. J’étais tombé sur une petite perle en la matière, et ça m’amusait. Je jouais les extrémistes en forçant mon caractère de princesse. Style reine de la nuit en mal d’attention. En réalité j’étais assez indifférente et me fichait littéralement du reste du monde. Bien évidemment, j’aimais les regards qu’on me posait dessus, dans la mesure ou j’avais décidé que cela arrive. Un client ou un amant, voilà tout. Si je me trouvais au centre des projecteurs ça n’était pas toujours de ma faute et de gré. La force des choses et le contraste entre ma peau blanche et le roux palpitant de mes cheveux. J’aimais bien la discrétion, mais face à un spécimen comme Irène, je ne pouvais laisser passer l’occasion de me mettre en avant. Après tout, je devais lui avoir laissé bonne impression comme elle l’avait fait dans le sens inverse. Un truc clochait chez la blonde. Comme s’il y’avait un point sombre de son existence renié et absolument pas assumé. Alors j’avoue j’étais pas la nana la plus délicate et raffinée mais j’assume parfaitement mon côté camée ingénue délinquante des cités de San Francisco. D’ailleurs, aujourd’hui je me suis bien habillée et tout, mais c’est pas toujours ça je dois l’avouer. J’adorais par-dessus tout mes jeans troués et les gros gilets d’Ethan qui me transformaient en sac à patates. Elle était tombée sur un bon jour, comme la première rencontre dans mon bar. Strip-tease improvisé pour la demoiselle. Un sourire s’est mit à flotter sur mon visage. Toi et moi savons ce qu’il s’est passé. Et ce sont justement mes talents et tes questions qui nous ont conduites à passer la barrière des interdits.

« Bah t’as qu’à venir dans mon bar, tu verras la vraie loose. Disons que ma garde-robe était dépassée, et deux tornades sont venues y foutre le bordel. J’avais vraiment besoin de fringues. T’inquiètes si tu veux tu pourras en profiter. »

Sourire satisfait et plein de conneries. Jusqu’à présent je n’avais pas eu l’idée de la rappeler, pourquoi l’aurais-je fais après tout, un coup d’un soir porte bien son nom. Et malgré la bonne impression et le pied pris je n’avais pas ressenti l’imminence d’un rappel. J’étais plutôt du genre voleuse à me barrer comme bon me semblait et même s’il n’y avait que moi qui ai pris mon pied. Pour mon bon plaisir. Mais puisqu’elle était là, pourquoi ne pas profiter de l’instant ? J’aimais bien la taquiner, puis elle marchait bien dedans. Pourtant elle était loin d’être con et ça me changeait des petites pétasses californiennes, bonnes mais connes. J’avalais une gorgée de café que je laissais glisser dans ma gorge avec délectation. Calme, bon café, belle blonde et pas de pression, comment dire que pour l’instant je passais un très bon moment. Ça aurait pu être génial de finir au pieu. Mais cette pensée qui traversait mon esprit se retrouverait surement sans suite.

« T’es posée là pour combien de temps ? j’ai toute mon après-midi de libre du coup, j’te propose de sortir un peu après le café. Après si tu veux stagner là ça me dérange pas non plus. »

Un sourire gamin aux lèvres.

« t’es p’t’être pas remise de la dernière fois, blondasse. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 27/05/2013
mensonges : 773
crédits : Signature @GreyWind Gif @Tumblr
multicomptes : H. Carter Wuornos
âge : 29 ans
adresse : Downtown
humeur : Electrique

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: Sarcasme


MessageSujet: Re: My ashtray heart •• ft. Irène    Lun 30 Sep - 18:19

« Ahah, ce type à l’air bourru et pas sympa, c’est pas mon mec. C’est mon pote d’enfance venu m’accompagner comme un couillon dans cette ville de fou. S’appelle Alexander. J’suppose qu’il t’a pas fait la conversation. Et c’est pas qu’il avait pas l’air content, c’est qu’il a jamais l’air content, en fait."

Ainsi ce n’était pas son mec ça expliquait sans doute son manque cruel de réaction en la voyant quitter la chambre de la jeune femme, rien qui ne l’a surprenait vraiment pour être franche, en tout les cas une chose était sûr, ils devait vraiment avoir une relation profonde et sûr pour qu’il ai décidé de la suivre jusqu’ici, après tout qui voudrait s’enterrer volontairement à Caswell dans le Maine à part elle même ? Et encore sa présence ici n’était au final dû qu’à un étrange hasard, sa destination principal n’avait jamais été celle ci mais les circonstances l’avait poussée à y rester, pour combien de temps dieu seul le savait, peut être une semaine, un mois, un an, elle n’en avait pas la moindre idée, elle attendait peut être inconsciemment d’y trouver quelque chose qui ne viendrait sans doute jamais. Une rédemption, un asile, elle même, il y avait beaucoup de chose qu’Irene aurait souhaiter trouvé mais elle n’avais jamais une l’âme d’une grande penseuse et finissait toujours par se laisser vivre et prendre ce qu’elle avait à prendre.
Elle chassa sa réflexion d’un geste de la main et entrepris de réagir à ce que la jolie rousse venait de lui dire.

« Oh et puis, j’étais pas assez fatiguée donc il aurait très bien pu m’passer dessus c’était pas grave. D’ailleurs il m’a gratifiée d’un joli sourire plus tard style « t’aurais pu m’en laisser un petit morceau », mais t’inquiètes il est pas méchant dans le fond. Il est juste comme moi, il se fout de l’attention qu’on lui porte. »

« Ca m’étonne pas vraiment, je l’ai trouvé un peu trop calme pour que ça soit ton mec pour être franche, quand à son manque d’enthousiasme j’ai envie de dire que s’habituer à vivre dans ce bled ça prend pas mal de temps à moins d’avoir une passion malsaine pour la pêche ! » Car dans cette ville, soit tu te baignais dans ton fric soit tu bossait au docks sauf bien sur quand t’était suffisamment bonne pour prétendre à être serveuse ou danseuse. « T’est increvable on dirait c’est bon à savoir… » Pas vraiment un sous entendu, ni même une invitation quoi que la serveuse n’aurait certainement pas hésité à remettre le couvert, une nana comme Bonnie ça court pas les rues dans le coin et puis malgré son côté too much un peu exaspérant, elle lui avait laissé un souvenir impérissable. Elle afficha un petit sourire lorsque la jeune femme lui rapporta les paroles de son meilleur ami, c’était toujours agréable d’être flatté après tout. « J’en doute pas, il devrait juste essayer de sourire de temps en temps ça lui ferait probablement du bien de se dérider un peu, après j’imagine bien que c’est pas en cinq minutes de temps que j’ai pu percer tout les mystères de ton Alexander. » Lorsque la blonde rappela au bon souvenir de celle qui lui faisait face, ce dont elle lui avait parlé lors de leurs première rencontre, celle ci se mit à rire, en voilà au moins une qui comprenait toutes les subtilités de son expression, elle n’attendit pas pour répondre que visiblement son shopping n’était pas vraiment un caprice. « Je te rappelle que la dernière fois que je suis passée à ton bar j’ai eu l’occasion de voir un peu de ce que tu portais et quand je dit un peu c’est que j’ai surtout vu ce que tu portait pas mais je vais pas m’en plaindre jt’apprend rien. » Elles étaient rentrées dans un petit jeu qui n’était pas pour lui déplaire, leur échange n’était ni amicale, ni vraiment explosif mais là était toute la subtilité partagée des deux jeunes femmes, Irene n’avait pas l’impression que sa compagne l’appréciait plus que ca mais comme c’était également son cas elle ne lui en tenait pas rigueur, en même temps elles étaient tellement diamétralement opposé qu’on aurait eu du mal à penser qu’elles puissent ne serait ce qu’échanger plus que trois mots et pourtant elles étaient là et ce n’était visiblement pas près de se terminer. L’endroit était agréable, la compagnie appréciable et la journée s’y prêtait plutôt bien, restait à voir combien de temps elles allaient tenir à simplement se faire la conversation. Un observateur avertie aurait très vite pu déterminer qu’il n’y avait que deux issues possibles à ce type de rencontre impromptue un cinq à sept ou une de ces bonne vieille dispute dont on ne se souvient ni le pourquoi, ni le comment à peine terminer.

« T’es posée là pour combien de temps ? j’ai toute mon après-midi de libre du coup, j’te propose de sortir un peu après le café. Après si tu veux stagner là ça me dérange pas non plus. »

Irene n’avait rien de prévu, ses recherches étaient de toute façon plus ou moins fini et cette interlude roux lui avait coupé toute envie de s’y remettre, curieusement et même si elle s’imaginait difficilement passé une journée entière avec cette petite tornade, elle avait envie de s’y risquer, juste par esprit de contradiction et puis après tout la récompense serait peut être de taille, elle y comptait bien de toute façon, peut être pas aujourd’hui, ni même demain mais elle avait la conviction que Bonnie finirait bien par refaire un tour dans son pieu, la blonde savait très bien convaincre et elle n’avait jamais eu à renoncer à ce qu’elle voulait.

« J’ai pas grand chose de prévue c’est ton jour de chance ma belle, tu propose quoi comme programme ? t’a finie d’allez claquer ton fric ou tu veut que je vienne t’abreuver de mes conseils judicieux ? Je suis plutôt calé en lingerie… »

Quitte à devoir se trainer dans les magasins, autant être sûr de pouvoir profiter un peu du spectacle.



❝I came back haunted❞
Everywhere now reminding me, I am not who I used to be, I'm afraid this has just begun...Consequences for what I've done.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 22/07/2013
mensonges : 267
multicomptes : //
âge : 22
adresse : Chez l'oncle, Northern Hills. Mais chut.
humeur : Shitty

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
Je sais tout de la vérité
Pouvoir: Casse-couille de compétition, caniche professionnel, mangeuse de cornichon et pétasse en service


MessageSujet: Re: My ashtray heart •• ft. Irène    Sam 26 Oct - 11:30

« J’en doute pas, il devrait juste essayer de sourire de temps en temps ça lui ferait probablement du bien de se dérider un peu, après j’imagine bien que c’est pas en cinq minutes de temps que j’ai pu percer tout les mystères de ton Alexander. »
« Oh bah au bout de vingt ans je cherche plus, tu sais. »

J’ai ris, encore un petit peu. L’espèce de petite euphorie particulière qui décidait de pointer son nez dans mon crâne n’était pas cette fois liée à la drogue. J’aurais pu prendre un shoot avant de partir, mais non. Pas d’alcool dans le café, non plus. Peut-être était-ce l’ambiance qui se dégageait de cette après-midi. J’avais l’impression de revenir sous le soleil californien, dans un petit café avec terrasse. Alors que nous étions à l’intérieur et que les nuages couvraient, comme d’habitude, les horizons de Caswell. Il y’avait aussi cette chaleur qui émanait de ma tasse de café, que j’enserrais sans me départir de ma bougeotte habituelle. Le froid avait toujours raison de moi, ici la température n’était pas désagréable. Peut-être était-ce son sourire aussi. Et les souvenirs qu’il évoque. Cette soirée plutôt agréable, je devais le dire, puisque j’avais pu m’amuser à ce double-jeu et m’attirer les caresses d’une belle blonde. Je sais pas, elle avait quelque chose, ce petit truc qui attire le regard. Elle n’était pas stupide, et lui tenir la conversation, c’était assez sympa. Les sous-entendus et les petits jeux du langage ne lui passaient pas sous le nez. Et puis, elle valait le coup, autant dire les choses de manière simples et claires. Je suis sure qu’elle le savait, et qu’elle connaissait l’étendue de ses talents, comme je connaissais les propriétés des miens. J’imagine qu’elle n’avait pas à se satisfaire toute seule, comment ne pas se retourner sur son passage ? Elle inspirait mystère et sympathie. Pourtant, je ne suis pas sure de pouvoir affirmer un attrait plus fort que celui d’un coup d’un soir. Comme je le disais plus tôt, quelque chose qui faisait parti de son mystère restait de l’ordre du scrupule, du regret. Une teinte dans son regard peut-être, ou sa gestuelle. Irène renfermait son petit passé, peut-être inassumé. J’avais le pressentiment que se découvrir plus amplement finirait par une répulsion commune l’une envers l’autre. Quel dommage, si nous venions à ne plus nous apprécier au sens le plus neutre du terme. Si je n’avais pas spécialement l’envie de la rappeler, je ne dirais certainement pas non à un deuxième tour au manège des plaisirs à ses côtés. Irène me donnait des envies de défis. Comment expliquer ça ? Comment l’exprimer autrement que par des regards implicites, des sourires qui en disent long sur mes pensées, sur ce que je me rappelle de cette première fois dont elle parle à nouveau. J’étale un grand sourire sur mon visage, des lèvres roses, un peu forcées par ce maquillage léger que j’aime emprunter les jours où je décide de me pomponner. Moi qui adore porter les jeans troués et les sweat mille fois trop grands d’Ethan. Deux fois, et la jolie blonde tombait chaque fois sur un bon jour.

« Je te rappelle que la dernière fois que je suis passée à ton bar j’ai eu l’occasion de voir un peu de ce que tu portais et quand je dit un peu c’est que j’ai surtout vu ce que tu portait pas mais je vais pas m’en plaindre jt’apprend rien. »
« J’t’invite à repasser un soir si l’envie te prends de contempler ma garde-robe. »

Grand sourire. C’est sincère tu sais beauté, on peut se retrouver quelque part si tu veux. Je me retiens de faire mes petites avances trop clairement, même si j’ai plutôt l’habitude d’être crue, j’aime bien ce petit jeu dans lequel on tourne. Je pense que si ça l’énervait elle ne se serait pas gênée pour me le faire remarquer. Mais ses fossettes et son regard ne sont pas trompeurs ! Si je sais bien une chose, c’est que j’aurais pu là, maintenant, l’emmener chez moi pour repartir dans une nouvelle danse. Un petit solo juste pour elle. J’appréciais l’image.

« J’ai pas grand chose de prévue c’est ton jour de chance ma belle, tu propose quoi comme programme ? t’a finie d’allez claquer ton fric ou tu veut que je vienne t’abreuver de mes conseils judicieux ? Je suis plutôt calé en lingerie… »
« Et bien allez, c’est parti ! Grande mission pour la belle Irène, c’est pour le travail. » Evidemment. Menteuse. « Garçon ! L’addition. Allez ! » Cet espèce de mou du bulbe s’est ramené plus rapidement qu’à l’ordinaire, je crois que ma première approche avait été quelque peu agressive. Il s’est ramené, et telle une parfaite gentle…woman ? J’ai payé l’addition dans l’intégralité. En réalité, je voulais juste me tirer de là maintenant, malgré la douceur du lieu, je commençais à ne plus tenir en place. Et oui, Bonnie assise trop longtemps, ça ne marche pas. J’ai laissé la blonde remettre son pardessus, j’ai faufilé une clope entre mes lèvres puis j’ai attrapé délicatement sa manche ( oui, je sais faire des efforts sur ma brutalité d’hystérique ) pour l’attirer dehors. Dans le frais, et non le froid. Plutôt étonnant, mais agréable, et surtout, ça change de ne pas se les cailler h/24 à Caswell. La clope allumée, je lui en ai tendue une.

« J’te fais confiance, je sais pas du tout où on va. J’suis pas là depuis longtemps, je connais pas trop les lieux, faire les magasins j’aime pas trop ça… T’es là d’puis combien de temps ? »

J’ai commencé à marcher, à sa gauche, les multiples sacs à mon coude. Cette tenue de ma cigarette fait affreusement cliché de la pétasse qui sort de shopping. Si l’on savait qu’il s’agissait pour les trois quarts de tenues dénudés pour un travail de danseuse dans un bar dégueulasse, ça casserait toute l’image.

« Je ne peux qu’affirmer que tu as du goût, si t’as choisi de passer la soirée avec moi alors… J’te fais confiance. On entre là d’dans ? »

Le doigt pointé vers une boutique, qui n’avait pas l’air d’en être une, j’ai braqué mon regard de perle dans le sien. Alors beauté blonde ? Je sais que mon capital sympathie n’est pas spécialement élevé, en ce qui te concerne, peu m’importe. J’ai envie de jouer, il me semble.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: My ashtray heart •• ft. Irène    

Revenir en haut Aller en bas
 

My ashtray heart •• ft. Irène

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» The way of the heart.
» Total eclipse of the heart ϟ Pete (terminé)
» Grimoire Heart
» SOMETIMES I FEEL MY HEART WILL OVERFLOW ✗ le 30/03 vers 01h58

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HOMECOMING △ V.4 :: Commerces-