AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 i'm good, i'm gone #aël&ty

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

date d'arrivée : 24/07/2013
mensonges : 395
crédits : cha
multicomptes : gunter & the island
âge : 20 yo
adresse : chez môman près du port

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: _


MessageSujet: i'm good, i'm gone #aël&ty   Ven 26 Juil - 12:13

... ... ...
aël & tyler




∞ i'm good i'm gone
Son bonnet enfoncé sur ses oreilles (seule partie de son corps d’Apollon qu’il n’apprécie que modérément), Tyler traverse Caswell sur son skate, son casque reposant autour de sa nuque. Il lui tient chaud et compagnie dans les rues quasiment désertes du centre-ville. Après toute l’agitation de la fête commémorative, l’endroit lui parait fantomatique et un petit peu angoissant pour être tout à fait honnête. Il en vient presque à espérer retrouver tous les connards qu’il méprises habituellement… Le vieux McGreedy toujours à moitié ivre (sa meilleure moitié) en train de l’alpaguer pour lui parler des méthodes qu’il connaît pour tuer les indiens, Mademoiselle Davenport, la grenouille de bénitier du quartier qui lui promet chaque fois qu’elle le voit qu’il brûlera pour l’éternité pour ses péchés (il est à peu près certain que c’est elle qui lui a envoyé une lettre lui demandant de se suicider pour rejoindre Son Créateur au plus vite et cesser d’attirer le malheur su Caswell), les mères au foyer débordées qui hurlent à leur marmaille de se calmer et tous les autres péquenauds du coin qu’il ne peut pas piffrer. Ils lui manquent presque. Tyler ignore exactement ce qui s’est passé en ville le soir du 31 octobre, mais ça a changé la face de sa ville et il n’est pas certain que ça lui plaise tant que ça finalement. Certes, ça a donné une bonne leçon à ces connards, mais à présent, il trouve que la plaisanterie a assez durée et voudrait que tout le monde puisse tourner la page.
Sa manière à lui de marquer le coup puis de passer à autre chose, c’est d’ajouter un tatouage à sa collection. Une calavera qu’i comptait se faire sur l’avant bras. Il avait commencé à la dessiner lui-même et été contraint de réaliser que le dessin n’était pas son domaine de prédilection… Du coup, il s’en était remis à Hunter, le fils de son patron sur les docks qui avait déjà réalisé tous les tatouages qu’il arborait. Il était censé aller admirer le résultat au High Voltage aujourd’hui et donner son approbation ou non. Avec un peu de chance, le motard accepter de commencer à le tatouer dès aujourd’hui. Tyler compte là-dessus en tout cas. Ps sa mère qui, pour sa part, lui a défendu de se rendre au salon dans les temps à venir pour éviter de s’attirer des problèmes, vu la sale réputation que se trainent les Kings of Speed depuis récemment. Mais vue sa propre réputation, très franchement, le jeune homme n’est plus à ça prêt et puis il a toujours aimé l’ambiance du HV.
Le grand brun se laisse glisser jusqu’aux environs du commerce et, une fois à destination, saute à bas de son skate et d’une pression, le soulève du sol pour s’en saisir. Il le cale sous son bras et passe la porte vitrée, un sourire enthousiaste aux lèvres. Malgré la situation, l’endroit est loin d’être désert. Hunter est à l’accueil avec une nana (dont il a encore oublié le nom), Pete s’occupe d’un piercing et un grand type s’agite dans le fond pour remettre de l’ordre.
« Hey, t’es en retard » lui lance directement Pendleton Junior en venant à sa rencontre pour lui serrer la main.
« J’sais. »  
C’est un peu sa marque de fabrique. Rihanna fait patienter ses fans des heures entières, Hunter peut bien poireauter dix (bon d’accord, vingt) minutes pour le recevoir.
« Ca va comme tu veux ? »  
« On s'débrouille. Et toi ? »
« Au top, j’suis impatient » lance-t-il en frottant ses mains l’une contre l’autre, un sourire jusqu’aux oreilles.  
« Ouais, j’imagine. J’vais t’montrer c’que j’ai fait. L’irlandais ! Ramène-moi l’cahier. Juste là. A ta gauche » crie Hunter en se tournant vers le type du fond.
Tyler s’appuie sur le comptoir pendant que le gars s’exécute et il lui adresse un sourire lorsqu’il les approche. Plutôt pas mal dans le genre faciès atypique. De beaux yeux. Un peu pâlot mais Tyler ne cracherait assurément pas sur ce morceau…
« Salut. Tyler » se présente-t-il en tendant la main, une fois que le bel inconnu mystérieux et plein d’mystères a cédé son cahier de croquis à Hunter.  
 

© .JENAA


go get fucked ㄨ Invité  
Girls and their curls and their gourmet vomit ; Boys and their toys and their 6 inch rocket ; We're all very lovely 'til we get to know each other ; As we stop becoming friends and we start becoming lovers
And I don't belong to anyone, they call me homewrecker

•• unbreakable.


Dernière édition par Tyler A. Lawson le Ven 26 Juil - 17:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 01/07/2013
mensonges : 167
crédits : Babine
multicomptes : Baby A. Stewart


MessageSujet: Re: i'm good, i'm gone #aël&ty   Ven 26 Juil - 12:53

Puisqu’Aël ne pouvait pas aller se détendre en jouant du scalpel dans un des cadavres qui s’entassent à la morgue, il avait prit le chemin du HV, bien décidé à envoyé Ma’ se faire foutre avec toutes ses conneries de thérapies. Mais qu’est ce qu’elle a à le faire chier aussi ? Depuis ce matin, il en prenait pour son grade. Et ça, il se doutait bien que ça avait un rapport avec son « déménagement » Sérieux, c’était peut être à elle de prendre des calmants. Il passe d’une chambre à un garage en plein milieu de son jardin, et elle trouve le moyen de remettre en question sa décision de le laisser partir. Est-ce qu’elle était vraiment sérieuse ? Dans le pire des cas, ses cartons vont faire 100mètre, y a vraiment pas de quoi pousser une gueulante de bon matin.
Alors forcément, puisqu’elle voulait gueuler pour rien, l’irlandais n’avait pas voulu la contredire, et il lui avait donné toutes les raisons de s’égosiller. Et en partant, il n’avait fait qu’enfiler un jean, et un t-shirt, histoire qu’elle puisse se plaindre de son imprudence et de son sale caractère à qui voulait bien l’entendre… Pas contrariant le Aël.

Sur le chemin, il avait prit le temps d’une clope, ses doigts jouant sur la flamme de son zipo. Ni le froid, ni le feu, ne tire le moindre tressaillement à sa peau.
Il se doute qu’il fait froid au vu de la tenue des rares pèlerins qu’ils croisent. Bonnet, écharpes, gant et cache oreille pour certain. Tout un merdier dont il n’a pas à se soucier et qu’il envoie se faire foutre avec l’insolence de la provocation. Plus il fait froid, plus il sait que Ma’ va se faire un sang d’encre, et si en temps normal il fait tout pour la ménager, quand il est en colère, il se moque de tout. Sauf de lui.

C’était dans l’idée d’un énième tatouage qu’il avait poussé les portes du salon, mais avant même qu’il en cause sérieusement avec Hunter, ses habitudes avaient repris le dessus. – ‘Tin vous déconnez. Sérieusement, le jeune homme devait passer sa vie, ou du moins son temps libre à mettre de l’ordre dans le salon. Que ce soit les livres qui s’entassent dans un ordre que seul le chaos est en mesure de comprendre, des croquis qui se ballade d’une étagère à une autre ou même quelques poussières par si par là, Aël n’avait d’autres choix que de jouer les femmes de ménage du HV, faisant fit des remarques en tout genre. Mais le ménage à au moins le mérite de lui faire retrouver un calme certain, et il range déjà dans un coin de son cerveau sa dispute avec sa grand-mère. Plus qu’un souvenir dont il discutera plus tard avec elle.

Il en est à ranger la paperasse quand Hunter l’appelle. Le jeune homme se contente d’attraper le dit cahier, qui n’a rien à faire là, pour le remettre entre les paluches du tatoueur. Et ce n’est qu’à ce moment là qu’il remarque qu’un nouveau client à fait son apparition. Sourire, main tendu, et présentation chaleureuse… Autant dire tout ce qu’Aël à tendance à fuir. En quelques secondes, son regard perçant s’est baladé sur l’inconnu, s’arrêtant sur sa main qu’il ne serrera pas. – Ravi. Lâche t-il finalement en guise de présentation. Il connait le jeune homme, au moins de nom au moins de réputation, et vu celle qu’il traine, il n’a rien à envier aux KoS C’est bien ce qu’il lui vaut l’attention de l’irlandais, au moins pour quelques secondes.


those hells bells, my temperature's high, hells bells, across the sky, hells bells, they're taking you down, hells bells, they're dragging you down, hells bells, gonna split the night, hells bells, there's no way to fight
I'm on the highway to hell
(gif tumblr/code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 24/07/2013
mensonges : 395
crédits : cha
multicomptes : gunter & the island
âge : 20 yo
adresse : chez môman près du port

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: _


MessageSujet: Re: i'm good, i'm gone #aël&ty   Ven 26 Juil - 17:44

... ... ...
aël & tyler

∞ i'm good i'm gone
Pendant que le grand blond à la carrure de quaterback parcourt ses dessins, un pli concentré barrant son front, Tyler donne toute son attention au nouveau venu. Grand, une silhouette fine, plus ou moins similaire à la sienne, son bras gauche est entièrement couvert de tatouages colorés, très certainement réalisés ici même, au High Voltage. Le jeune homme s’attarde à les observer, oubliant presque que sa main est restée tendue et que son vis à vis l’a volontairement ignorée. Soit c’est le genre de type qui n’aime les contacts avec personne, ceux que Ty peut tout à fait comprendre, de nos jours les gens lui paraissant tous plus crades les uns que les autres, soit (et à Caswell cette possibilité est la lus probable mais aussi la plus horripilante) : c’est encore un de ces putains de racistes.
Cette pensée l’attriste particulièrement parce que ce type a l’air cool et il a un de ces regards que Tyler aime bien. Le genre qui dit « je vais t’attirer des ennuis si tu m’approche trop ». Le regard du beau brun ténébreux torturé. Un régal.
Le type lui répond tout de même qu’il est ravi de le rencontrer, ce dont le garçon doute fortement. D’une part parce qu’il l’a dit avec le ton du gars se commandant un Big Mac, ensuite parce qu’il a du renfoncer sa main dans sa poche sans avoir droit à un contact. Et puis il n’a même pas fait l’effort de lui sourire.
« Mouais » riposte Tyler dans une moue qui reste cela dit amusée. Il ne va pas laisser une contrariété si minime entachée sa bonne humeur. « Tu sais, c’est pas un manque d’hygiène, je suis vraiment bronzé. »
« Laisse tomber, t’en tireras rien. Fais comme s’il existait pas. Sauf si t’as besoin qu’il t’apporte un truc. C’est c’que j’fais » le renseigne Hunter sans même lever les yeux, continuant de faire tourner les pages de son carnet à dessin dont toutes les pages ont l’air noircies.
« Je gère. Contente-toi de m’trouver ce pour quoi j’suis venu ! »
« Et l’putain d’mot magique ? »
« J’te paierai en cash, Pendleton » réplique Tyler en lui servant un clin d’œil avant de recentrer son attention sur le grand brun qui veut prendre la tangente. « Hey, minute papillon. C’est bizarre, j’croyais connaître tout le monde dans le coin, mais j’sais pas qui t’es… Laisse-moi deviner : tu sors pas beaucoup et tu fais pas parler d’toi, j’me trompe ? »  
« Me l’énerve pas, Tyler… »
« Je l’énerve pas, je lui fais la conversation ! T’aimes pas qu’on t’fasse la conversation dis ? Moi j’crois qu’t’aimes encore moins qu’il me parle comme si t’étais même pas dans la pièce. Il fait ça tout le temps. Son paternel aussi… »
« Ty ! »
« Il a des tas d'soucis avec son papa » ajoute-t-il un ton plus bas, se penchant vers le grand type palot. Evidemment, Hunter peut tout à fait l’entendre.
« J’peux aussi te tatouer un putain d’pénis sur le front, Ty. Ca gênera pas Pete de t’tenir tranquille pendant que j’me mettrai au boulot. »
« Il m’adore… Alors, t’as un nom ? » enchaine Tyler en prenant ses aises sur le comptoir, se débarrassant de son bonnet avant de venir mettre un peu d’ordre dans ses cheveux de jais, guettant la réponse de son interlocuteur.
 

© .JENAA


go get fucked ㄨ Invité  
Girls and their curls and their gourmet vomit ; Boys and their toys and their 6 inch rocket ; We're all very lovely 'til we get to know each other ; As we stop becoming friends and we start becoming lovers
And I don't belong to anyone, they call me homewrecker

•• unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 01/07/2013
mensonges : 167
crédits : Babine
multicomptes : Baby A. Stewart


MessageSujet: Re: i'm good, i'm gone #aël&ty   Ven 26 Juil - 19:16

Aêl lève un sourcil interrogateur face aux paroles du client. Qui a toutes les allures du petit con, mais ça, c’est autre chose. Non content de ne pas avoir sa langue dans sa poche, il débite des conneries à une vitesse impressionnante. Bronzé. Pas sale. Sérieusement est ce qu’il se fout de sa gueule ou est ce qu’il le prend pour un abruti de première ? C’est généralement l’impression qu’on a de l’irlandais. Pas bavard. Pas loquace. Forcément il ne peut être que débile…. Sauf que les apparences se trompent. Et qu’importe que le reste du monde l’ignore puisqu’Aël sait ce qu’il en est vraiment. Il préfère ne pas répliquer, laissant Hunter gérer comme il le veut… D’ailleurs ses propos lui passent bien au dessus de la tête. Rien à battre, rien à foutre. Qu’on le sonne que lorsqu’on a besoin de lui, ça l’arrange, ça évite les conversations inutiles qu’il a en horreur.
En parlant de ça, il préfère foutre le camp et retourner dans son coin pour finir ce qu’il a commencé. Avant de se tirer ou de se faire tatouer… Il n’a pas encore choisit.

Cependant il écoute d’une oreille ce qui se dit, évitant de se plonger dans un monde où il n’y aurait que lui… Et ce pour une raison : la voix du client. Ce fameux Tyler. Il ne sait pas si c’est dans les décibels ou l’intonation de ses phrases. Mais ce bruit, il l’aime bien. De même que les sirènes d’alarme ou les klaxons de camion. C’est uniquement parce qu’il l’écoute qu’il se stoppe. Dans le cas contraire, il ne se serait même pas arrêté et aurait continué son chemin vers le ménage. Putain mais quel débit… Loin de se vexer de ses propos, il s’en amuse. Et une ébauche de sourire passe sur ses lèvres. Léger. Et volatile. – Si t’as jamais entendu parler de moi, c’est que tu ne traine pas là où il faut. Ça relève presque du miracle qu’il s’adresse ainsi à ce qu’il voit comme un étranger… Rien à voir avec la couleur de sa peau ou le reste. C’est juste qu’il ne le connait pas et ça suffit à le ranger dans la catégorie des étrangers.

- Qui n’en a pas ? Lâche t-il en guise de réponse concernant les problèmes entre Hunter et son paternel… ça, il le tient d’une série… Qui visiblement considère que l’humanité entière à un soucis avec son paternel, particulièrement les hommes. Sauf qu’elle se trompe, parce que lui, n’en a aucun… Et pour cause, il ne l’a pas vu depuis quelques années. Faut dire aussi qu’il est illégitime et le batard d’un homme marié n’a rien à foutre dans les beaux quartiers. Il s’en moque. Tout comme de sa mère. Sa famille, c’est Ma’ et son grand père, point barre. Aux yeux des autres, ses parents sont morts. C'est généralement ce qu'il raconte quand il daigne répondre aux questions sur sa vie. – Ouais… j’en ai un. Généralement, c’est comme ça que l’irlandais coupe court à toute conversation, c’est le meilleur moyen de se barrer et d’éviter qu’une personne trop collante s’amuse à le faire chier d’avantage. Sauf que là… - Aël.



those hells bells, my temperature's high, hells bells, across the sky, hells bells, they're taking you down, hells bells, they're dragging you down, hells bells, gonna split the night, hells bells, there's no way to fight
I'm on the highway to hell
(gif tumblr/code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 24/07/2013
mensonges : 395
crédits : cha
multicomptes : gunter & the island
âge : 20 yo
adresse : chez môman près du port

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: _


MessageSujet: Re: i'm good, i'm gone #aël&ty   Sam 27 Juil - 7:08

... ... ...
aël & tyler

∞ i'm good i'm gone
La remarque du garçon sur sa réputation qui aurait dû le précéder le fait doucement sourire. C’est typiquement le genre de truc qu’il aurait pu répondre lui-même et ça lui plait. Jusque là, même s’il a l’air d’un ours aussi mal léché qu’Hunter (ne plus jeune et ténébreux et donc plus au goût du jeune homme), il a aussi l’air intéressant et apparemment, il l’est assez pour avoir une réputation. Bonne ou mauvaise, peu importe, ce qui compte, c’est qu’on parle de vous. Du moins c’est de cette manière que raisonne Tyler.  
Mais faudrait voir à pas tomber dans le cliché. Trop de mystères tue le mystère et fait de vous un type tout simplement pathétique et d’une effarante lourdeur. Il n’a pas à retenir son souffle très longtemps cependant et après un chouia de suspense, l’inconnu ne le devient plus tant que ça en lui donnant son prénom.
Un sourire ravi s’étale sur le visage halé du garçon.  
«Sérieux ? C’est classe, ça vient d’où ? »
Jusque là, c’est un sans faute pour celui qu’Hunter a surnommé l’irlandais…
« Vous échangerez vos signes zodiacales une aut’ fois, ok ? Tiens, regarde c’que… »
«Mais… T’as été élevé par un loup ou quoi ? C’est quoi ces manières ? J’vais avoir une conversation très sérieuse avec ton paternel sur ton éducation parce que t’es d’une impolitesse, ça fait peur ! » soupir Tyler en roulant des yeux avant de les braquer sur Hunter.
Si on lui demande, le garçon n’a jamais l’impression d’aller trop loin dans ses propos ou dans la provocation, ce sont les autres qui ont l’esprit engoncé. Ce sont les autres qui sont trop coincés, trop susceptibles, trop chiants, le souci ne vient forcément pas de lui. N’empêche qu’il sent que le tatoueur est à un cheveu blond de péter les plombs et de lui en coller une par-dessus le comptoir… C’est ce comptoir et ce qu’il implique qui le sauve. Parce qu’on ne frappe pas un client, pas vrai ?
Ah bah si. Tyler se ramasse la claque à l’arrière du crâne et s’il ouvre d’abord la bouche pour protester, il finit par la refermer et accepter son sort. Pas parce qu’il a peur en soi, mais parce que Pendleton pourrait bénéficier de renfort et lui non. C’est du simple bon sens.  
«Tu viens de foutre en l’air tes chances d’avoir un pourboire, mec. A vie  » lance-t-il avec dignité.
« J’peux vivre avec ça j’crois » raille le trentenaire, bougon, avant de déposer le carnet sur le meuble entre eux et de pointer du doigt le croquis qui l’intéresse.
Tyler en vient presque à oublier Aêl qui se tient à côté de lui. Le dessin est parfait ! Absolument ce qu’il voulait ! Hunter a beau être un parfait connard toujours mal luné, il a de l’or dans les doigts. Et dans les cheveux. Dommage qu’il n’y ait absolument aucune chance qu’il puisse y passer la main…
«Génial ! C’est exactement c’que j’voulais ! » sourit-il, aux anges, avant de donner une petite tape dans le coude du brun à ses côtés pour attirer son attention. «T’en dis quoi toi ? j’veux l’faire là, à l’intérieur du bras» explique Tyler en désignant l’endroit à défaut de pouvoir aisément relever la manche de sa veste en cuir plus celle du pull en dessous. « Ils sont cool tes tatts aussi au fait. »  
Et c’n’est pas qu’une tentative lamentable de le flatter et le draguer, il le pense vraiment. Et pour un avare en compliment aussi imbu de sa personne que lui, c'est presque un exploit.

© .JENAA


go get fucked ㄨ Invité  
Girls and their curls and their gourmet vomit ; Boys and their toys and their 6 inch rocket ; We're all very lovely 'til we get to know each other ; As we stop becoming friends and we start becoming lovers
And I don't belong to anyone, they call me homewrecker

•• unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 01/07/2013
mensonges : 167
crédits : Babine
multicomptes : Baby A. Stewart


MessageSujet: Re: i'm good, i'm gone #aël&ty   Sam 27 Juil - 10:00

Bon, visiblement Tyler avait quelques soucis de connections entre certains neurones... Hunter l'appelle l'Irlandais quelques minutes auparavant et à présent le client lui demande d'où son prénom vient... Il le regarde quelques secondes, histoire de tenter de voir de l'humour sur les traits de son visage. Il a généralement du mal à deviner quand il s'agit d'une blague ou non, ou si des propos sont ironiques... Il n'a pas finit de trancher quand le tatoueur les coupe, si bien qu'il est ravi qu'il intervienne. ça lui évite d'avoir à choisir, et donc potentiellement de se tromper. Y a pas à dire, Hunter gère.
Il regarde la suite de la scène avec l'attention d'un spectateur... Il a du culot le petit, et heureusement pour lui que le grand blond garde un minimum de sang froid. Une claque à l'arrière du crâne, ce n'est pas cher payé pour son insolence, par contre, ça amuse l'Irlandais.
Mais ce qui l'amuse d'avantage c'est bien la réponde de Tyler... Il ne s'attendait pas à ce qu'il réponde ainsi. Aël pensait avoir réussit à le juger en quelques secondes, comme la plupart des gens, il devait forcément rentrer dans une case ou une autre, mais là... Son comportement était imprévisible. Ce qui expliquait qu'il soit encore à ses côtés quand il eut finit de s'extasier sur le travail d'Hunter.

Ce qu'il aime moins par contre, c'est quand il se permet de le toucher. C'est imperceptible, mais à la seconde même où il le fait, le corps de l'irlandais se tendit légèrement et l'un de ses poings se serrent. Qu'il n'aime pas ça. Il ne répond rien, se contentant de jeter un vague regard à la création du tatoueur. Il lui faut quelques secondes supplémentaires pour zapper cet instant et reprendre la parole. - Ce n'est pas mal. C'est tout ce qu'il peut en dire. Aël n'a aucune créativité, il est bien incapable de prendre un crayon pour dessiner quelque chose de tête ou de faire preuve d'imagination dans ce cas là. Trop terre à terre sans doute. Alors forcément, il se trouve mal placé pour juger les œuvres d'Hunter. Ce qu'il en savait c'était qu'il les aimait bien, et que du coup quand le blond le tatouait, il avait généralement carte blanche et autant de temps qu'il voulait dessus. Ne pas ressentir la douleur avait ses avantages, notamment quand on passait plusieurs heures à vous planter une aiguille dans le bras - Logique. C'est Hunter qui les fait.
Là non plus il n'y a pas de basses flatteries. Aël expose juste un fait.

Il finit par se reculer, et enfin quitter le comptoir, son poing serré s'est glissé dans sa poche et en a sortie son zipo avec lequel il s'amuse quelques instants avant de sortir une clope qu'il glisse entre ses lèvres. Laissant son boss à son taff et le client à son euphorie. Aël sort dehors, histoire de se poser un peu au calme pour fumer sa cigarette. Il regarde quelques pèlerins perdus se presser de rentrer chez eux, avant de relever ses yeux vers le ciel chargé de nuages lourds...


those hells bells, my temperature's high, hells bells, across the sky, hells bells, they're taking you down, hells bells, they're dragging you down, hells bells, gonna split the night, hells bells, there's no way to fight
I'm on the highway to hell
(gif tumblr/code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 24/07/2013
mensonges : 395
crédits : cha
multicomptes : gunter & the island
âge : 20 yo
adresse : chez môman près du port

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: _


MessageSujet: Re: i'm good, i'm gone #aël&ty   Dim 28 Juil - 8:35

... ... ...
aël & tyler

∞ i'm good i'm gone
Il ricane.  Il ne s’attendait pas vraiment à une réponse de ce genre. Un merci peut-être ou bien l’évocation d’autres tatouages à lui montrer ailleurs et du même style (s’il en a un sur la fesse, Tyler veut assurément le voir…), quelque chose plus dans ce goût là. Mais vraisemblablement, le type au prénom bizarre ne veut vraiment pas lui faire la conversation et connaît pas mal de parade pour déstabiliser ses interlocuteurs et leur donner envie de déguerpir. Il en faut plus à Tyler. Il faut plus que des insultes ou des lancers de pierres pour le faire bouger en réalité alors Aël peut encore y aller. L’irlandais n’a absolument aucune chance de le perturber au point qu’il accepte de la fermer. Il ignore qu’il vient d’ailleurs en fait de lui envoyer un signal totalement inverse. Il vient de lui donner le défi de le décoincer un peu et lui donner envie d’une bonne grosse discussion entre quat’z’yeux ! Et inconsciemment, Tyler associe cette pensée à un bruitage de jeu vidéo, comme quasiment à chaque fois. Sa vie n’est qu’un fucking jeu vidéo de toute manière, et le type aux commandes est un dieu d’la manette ! Il regarde donc Aël s’éloigner, un sourire enthousiaste aux lèvres… ou pas.
« Fiche-lui la paix. »
« Quoi ? J’ai encore rien fait ? »
« T’as ce sourire de connard que j’déteste sur la tronche » répond Hunter avec son air renfrogné ma-vie-est-dure-le-chemin-est-long-et-je-t’emmerde-tout-du-long, pointant son propre visage de manière circulaire.
« C’est mon sourire normal ! »
« C’est ton sourire : je vais faire un sale coup et vous m’arrêterez pas. J’te vois trainer dans l’coin depuis qu’t’as dix-huit ans moins trois, j’te connais… »
« Bon alors si tu sais qu’tu m’empêcheras pas… »
« J’peux te foutre dehors pour m’éviter des emmerdes » menace le blond en croisant ses gros bras tatoués eux aussi sur son torse…tatoué lui aussi d’après ce que Tyler en sait.
« Tu m’laisses toujours parler à tes clients » bougonne Tyler en s’affalant à moitié sur le comptoir, jetant un coup d’œil en direction de la cause de leur échange plus ou moins tendu.
« C’est pas qu’un client, il bosse ici d’emps en temps et j’ai besoin qu’il reste calme et concentré. »
« Moi j’crois qu’il devrait être un peu moins concentré et un peu plus ouvert au monde. »
« Putain t’es venu me faire chier ou t’faire tatouer ? »
« Tu m’encre aujourd’hui ? » s’extasie Tyler qui retrouve son sourire pour pub de dentifrice et se redresse d’un bond.  
« Si tu t’tiens bien » prévint Hunter en désignant Aël de l’index sans décroiser ses bras, les sourcils haussés.
« Deal » ment-il en tendant sa main vers le gérant de l’établissement.
Il s’en détourne dans une exclamation hautaine avant de marmonner un « j’sais pas où elle a trainé ta saleté d’main », avant de se retourner pour chercher un formulaire de devis et préparer les démarches administratives nécessaires.
Bien entendu, Tyler profite de cette seconde d’inattention pour aller rejoindre Aël à l’extérieur, remontant son pantalon tandis qu’il renifle négligemment. Il se prépare psychologiquement à affronter le froid, abandonnant son skate dans l’entrée. L’autre a visiblement aucun souci pour supporter les basses température et, malgré l’air glacial, il ne frissonne même pas.
« Tous les irlandais ont le sang si chaud ? Paraît qu’il fait froid là-bas et qu’ça flotte tout le temps » lâche-t-il en adressant un sourire au garçon. « D’ailleurs, j’me demandais… t’es un d’ces pauvres types qui pensent que parce que leurs parents sont irlandais ils le sont ou bien t’es vraiment né là-bas ? Parce que j’suis désolé de t’l’apprendre mais si t’es né dans le coin, t’es américain et pas irlandais. It is known » ajoute-t-il, cherchant à voir si le garçon va repérer la référence à la série Game of Thrones… Mais il va sûrement juste s’agacer de sa provocation gratuite.  

© .JENAA


go get fucked ㄨ Invité  
Girls and their curls and their gourmet vomit ; Boys and their toys and their 6 inch rocket ; We're all very lovely 'til we get to know each other ; As we stop becoming friends and we start becoming lovers
And I don't belong to anyone, they call me homewrecker

•• unbreakable.


Dernière édition par Tyler A. Lawson le Mar 30 Juil - 19:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 01/07/2013
mensonges : 167
crédits : Babine
multicomptes : Baby A. Stewart


MessageSujet: Re: i'm good, i'm gone #aël&ty   Mar 30 Juil - 19:02

-Ce sont mes grands-parents qui sont Irlandais… Je crois que ça fait donc de moi, un de ces pauvres types. Il tire une longue bouffée sur sa cigarette avant de recracher la fumée. Non, le jeune homme le prend même avec son léger sourire, le seul qu’il n’a pas emprunté d’un quelconque film. C’est le sien et Ma’ l’apprécie d’autant plus qu’il est rare. Il jette un bref coup d’œil sur Tyler, camouflé comme le reste de Caswell sous des vêtements dictés par le temps. Sa lucidité le fait légèrement frissonner. Juste ce qu’il faut pour rester crédible et ne pas éveiller un doute chez son interlocuteur… Lucidité ou réflexe, puisque mimer des réactions spontanées d’un corps qui s’exprime est devenu une seconde nature pour lui. Si le détail avec la méticulosité d’un médecin observant son patient, pas une seule fois ses yeux rencontreront les siens plus d’une seconde. Une fois finit, il s’adosse de nouveau confortablement, enfin du mieux qu’il peut, contre le mur.
Son regard se lève vers le ciel qui s’assombrit de plus en plus, puis sur sa moto. C’est le temps idéal pour partir sur les routes ça… Personne pour le faire chier, le vent et la pluie en guise de compagnie… Il médite, mais finit par se rappeler le client à ses côtés… Toujours pas partie lui ? Pourtant, il était persuadé qu’Hunter aurait joué son rôle de chien de garde. En règle générale, il s’assure que personne ne vienne lui péter les couilles… Ce qui l’assure que lui-même n’ira péter les couilles (au sens propre) à l’imprudent. Hunter y est gagnant, et lui aussi.

- T’avais pas un tatouage à te faire, toi ? Il penche légèrement la tête sur le côté, se décidant enfin à reposer ses yeux sur lui. Aël reste polie, Aël reste de bonne humeur, pour une nouvelle raison qui s’ajouter à celle du son de sa voix : C’est un amateur de série… Ou du moins de Game of Thrones, l’allusion ne lui ayant pas échappé, et étant surtout à l’origine de son sourire. Un type qui aime ce genre de chose, ne peut pas être aussi con que le laisse supposer les rumeurs qu’il a put entendre…
- Parce que si tu as changé d’avis… Je prends ta place.
Il laisserait bien entre les mains du tatoueur une quelconque partit de peau. Il est d’humeur à se faire encrer et maintenant que le HV à retrouver tout son ordre, il se laisserait bien aller à cette envie. Son dos se décolle du mur alors qu’il fait quelques pas, finissant sa clope. Si l’irlandais – ou l’américain- se laisse ainsi aller à un semblant de discussion ( Il n’est pas dit qu’Aël attende une quelconque réponse- c’est que Tyler passe l’air de rien la barre d’étranger. Il n’y a pas vraiment de schéma qu’observe Aël dans ses relations sociales. Un parfait inconnu peut devenir un ami, ou du moins s’en rapprocher juste parce qu’il a une bonne tête… A l’inverse, un ami peut redevenir un inconnu, le jour où il commet l’irréparable aux yeux du jeune homme.

- A moins que je ne rentre pour me regarder GoT…
Cette dernière phrase est exclusivement pour lui-même, vu que généralement, ses discussions n’ont de suite logique que pour lui.
Faut dire aussi que Tyler est fautif, le cerveau de l’irlandais s’est lancé sur la série dès qu’il en a fait l’allusion. Il repasse les épisodes un à un, rejouant même les dialogues qu’il connait par cœur.


those hells bells, my temperature's high, hells bells, across the sky, hells bells, they're taking you down, hells bells, they're dragging you down, hells bells, gonna split the night, hells bells, there's no way to fight
I'm on the highway to hell
(gif tumblr/code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 24/07/2013
mensonges : 395
crédits : cha
multicomptes : gunter & the island
âge : 20 yo
adresse : chez môman près du port

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: _


MessageSujet: Re: i'm good, i'm gone #aël&ty   Mar 30 Juil - 19:41

... ... ...
aël & tyler

∞ i'm good i'm gone
Il sourit. Finalement, la bête n’a pas l’air aussi dangereuse qu’elle voudrait le laisser croire au premier abord. Hunter se gourre aussi et n’accorde apparemment pas beaucoup de crédit à Aël à qui il est finalement possible de faire la conversation. Un véritable miracle ! Ou alors c’est son sex-appeal légendaire qui opère une fois encore, mesdames et messieurs.
Les mains enfoncées dans ses poches, Tyler tente d’avoir l’air aussi à l’aise que le visage pâle à ses côtés, mais malgré ses couches de fringues, il a froid et est crispé. Instinctivement, il rentre la tête dans ses épaules dans le but d’échapper un peu au vent et au froid extérieur. Il hésite à demander au gars de le laisser tirer sur sa clope et finit par y renoncer. Après tout, il échange déjà avec lui, pas besoin de trouver un prétexte pour le garder à ses côtés et c’est aussi bien comme ça. La clope, ça vous donne une sale haleine et ça vous pourri les dents. Non merci !
« Si. Hunter m’a dit que si j’allais te parler, j’aurai droit à une belle grosse bite sur le front. J’vais tenter de négocier pour avec des couilles sur les yeux et la queue sur le nez, histoire qu’il y ait du relief » répond le jeune homme, son sourire s’élargissant encore (regarde mec, j’fume pas, mes dents sont nickelles !). « Mais j’suis partageur, si jamais tu veux passer avant moi… ‘fin c’était prévu que j’passe pour un devis mais pas forcément pour passer sur le siège donc, vu qu’étais là avant, si jamais tu veux prendre ma place et prendre ma bite,… fais-toi plaisir mec. »
Ouais, le sous-entendu n’est pas si innocent que ça, mais l’autre s’en rendra certainement pas compte. Il pensera simplement que c’est dans la continuité de sa réplique précédente. Pratique et discret. Enfin presque.
Il ne réagit pas quand l’autre parle de rentrer chez lui regarder sa série. Ca le ferait un peu chier s’il s’en va déjà mais il ne va pas le retenir. Déjà parce qu’il n’a aucun argument pour inciter Aël à rester et ensuite parce ça serait certainement perçu de manière étrange. Ils ne se connaissent pas après tout. De toute façon, le type a surtout l’air de s’être parlé à lui-même alors…
« Moi en tout cas, j’rentre. Il caille dehors, je sais pas comment tu fais pour t’infliger ça. J’espère que t’es pas un de ces tordus qui s’flagellent… Y avait ça dans un film, j’me souviens plus du titre. Un prêtre chelou albinos qui… »
« DaVinci Code. »
« Ouais, voilà, ce film là ! C’était vraiment trop tordu » grimace-t-il, le corps parcourut d’un frisson à mettre uniquement sur le compte de la température. « Bon j’rentre , i' pèle trop. »
Et j’espère que tu vas suivre, beau gosse, ajoute-t-il mentalement.  
Hunter lui adresse un regard meurtrier auquel il répond évidemment par une moue tout ce qu’il y a de plus innocente. Il remarque rapidement que le carnet de croquis a disparu de la surface du comptoir et s’en approche, prenant son air le plus malheureux.
« Désolé, t’as fais du trop bon boulot, fallait que j’vois ses tatouages de plus près. T’es un dieu, Hunter, un véritable dieu de l’aiguille ! »
« Va t’faire foutre. »
« J’aimerai bien mais les prétendants se bousculent pas… »
« Th ! J’t’ai déjà dit d’arrêter de dire ce genre de trucs » tique le grand blond, irrité.
« Ouais, je sais, pardon. J’le f’rai plus, promis. Mais tu veux bien m’tatouer aujourd’hui ? »
« J’t’avais prévenu. J’reviens pas sur c’que j’dis. »
« Mais s’te plait ! En plus j’l’ai même pas énervé ! Regarde, il a pas l’air énervé du tout » s’exclame Tyler en désignant Aël qui pousse la porte du High Voltage et a donc apparemment décidé de rester. Ou de venir rechercher son blouson pour mettre les voiles.
« C’est non. »
« T’as un sale caractère, on t’l’a déjà dis ? »
« Ouais, c’est arrivé deux fois. Trois jours après, les cloches de la putain d’église sonnaient pour annoncer un enterrement. »
« Drôle de coïncidence » fait semblant de ne pas saisir Tyler.
« Aël ? Tu veux toujours passer sur le grill ? »
« C’est pas juste. Tout ça parce que j’suis indien… »
« Recommence pas à m’traiter d’raciste ou j’te jure que tu vas l’regretter » le prévint Hunter, un index menaçant pointé dans sa direction.  

© .JENAA


go get fucked ㄨ Invité  
Girls and their curls and their gourmet vomit ; Boys and their toys and their 6 inch rocket ; We're all very lovely 'til we get to know each other ; As we stop becoming friends and we start becoming lovers
And I don't belong to anyone, they call me homewrecker

•• unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 01/07/2013
mensonges : 167
crédits : Babine
multicomptes : Baby A. Stewart


MessageSujet: Re: i'm good, i'm gone #aël&ty   Mar 30 Juil - 20:13

Trop long… La tirade de Tyler est bien trop longue pour qu’Aël n’en écoute ne serait ce que la moitié. Il se laisse juste bercer par le son de sa voix. Le reste, il s’en moque bien… Alors forcément, il ne saisit même pas le jeu de mot et quand bien même il l’aurait entendu, il ne l’aurait absolument pas compris. Trop imagé pour lui. Tout comme l’ironie, ce genre de sous entendu lui échappe encore. Il essaie pourtant, mais autant dire que jusqu’à maintenant, si Isle n’est pas là pour lui expliquer…
Son attention il ne réussit à la récupérer que lorsqu’il ne fait que mentionner un film. Immédiatement, Aël se recadre, sort le nom du film sans y penser, et tire une autre latte histoire de ne pas perdre le file de ce que l’autre raconte. – Je suis déjà un pauvre type… Je vais m’abstenir d’être un tordu.
En langage Aël, cela signifie qu’il va rentrer à son tour… Pas à cause du froid, mais bien pour ne pas paraitre tordu. Qu’on le prenne pour un simple d’esprit passe encore, mais pour un tordu, c’est une tout autre histoire.

Il reste dehors le temps de finir sa clope… Sans se presser, jettant un coup d’œil à l’intérieur pour voir l’échange entre Tyler et le tatoueur… Visiblement, le boss est pas aux anges qu’il l’ai suivit… Donc il avait bien interdit au client de le rejoindre. Il pourrait presque admirer le courage de Tyler, ce n’est pas tout le monde qui ose contredire le big boss. Il pourrait… Si il ne s’en doutait pas royalement.
Il ouvre la porte du HV et pose son regard vers le comptoir. – Peut être parce que je ne le suis pas… Devrait-il l’être ? Quelques secondes et Aël se pose la question. Il y a-t-il un moment où il a pas vu qu’il devait s’énerver ? Le genre de phrase type qui provoquent la colère d’un type lambda.
Mais il a beau chercher, il ne trouve pas. Il hausse les épaules pour lui-même avant de poser ses yeux sur le tatoueur. – Ouais, toujours.

L’idée même de demander au tatoueur ce qu’il compte faire ne lui passe même pas par l’esprit. Jusqu’à maintenant, il a toujours été à la hauteur, alors il le laissera faire comme habitude, à savoir, à sa guise. – Remarque, il me reste deux trois papiers à ranger. Dit il en avisant quelques croquis qui n’ont rien à foutre là. – tu peux le tatouer le temps que je finisse. Histoire de ne pas perdre du temps… Et oui, pour Aël, même les secondes se rentabilisent.


those hells bells, my temperature's high, hells bells, across the sky, hells bells, they're taking you down, hells bells, they're dragging you down, hells bells, gonna split the night, hells bells, there's no way to fight
I'm on the highway to hell
(gif tumblr/code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 24/07/2013
mensonges : 395
crédits : cha
multicomptes : gunter & the island
âge : 20 yo
adresse : chez môman près du port

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: _


MessageSujet: Re: i'm good, i'm gone #aël&ty   Mer 31 Juil - 15:40

... ... ...
aël & tyler

∞ i'm good i'm gone
Ses épais sourcils froncés, Tyler jette un coup d’œil réprobateur en direction de l’irlandais. Certes, il était prêt à lui céder sa place un instant plus tôt, mais uniquement parce qu’il n’avait pas encore obtenu confirmation qu’Hunter ferait sa tête de mule. Maintenant qu’il n’a plus le choix, il est fort contrarié de devoir remettre sa séance à plus tard et d’attendre son tour, si son tour vient un jour. C’est que Pendleton Junior a la rancune facile, à l’image de son paternel qui est loin d’être un modèle de patience et le fait trimer comme un porc.
Mais alors qu’il s’apprête à décréter qu’il ne quittera pas le salon avant d’avoir obtenu satisfaction et de prendre le risque de se faire jeter dehors avec son skate comme un malpropre par le propriétaire des lieux (il ne doute pas un seul instant que le grand blond mal aimable puisse en arriver là sans remord), le miracle se produit. Aël fais mine d’avoir encore de quoi s’occuper et laisse donc de cette manière sa chance à Tyler. Ce dernier retrouve immédiatement le sourire. Sourire qu’il ravale bien vite pour arborer un air contrit qu’il tourne vers le gérant du High Voltage. Loin d’être dupe, Hunter soupir, le fusille de ses yeux d’un bleu agressif et lui marmonne d’aller s’installer en salle d’attente, le temps qu’il s’occupe du carbone.
« Yes ! T’es un prince, Hunter ! »
Mais c’n’est pas vraiment à lui qu’il veut présenter ses remerciements. En vérité, le motard ne les mérite absolument pas, c’est un enfoiré de première, revanchard, qui ne va le tatouer que pour tuer le temps et parce qu’il a besoin de blé. Tyler n’ignore pas quelles rumeurs circulent sur le club depuis le soir d’Halloween et il est certain qu’aussi têtu qu’il soit, Hunter ne peut pas vraiment se permettre de cracher sur un client comme il le ferait habituellement. Le salon tourne, certes, mais pas autant qu’il le pourrait en cette période de l’année. Encore que Tyler n’en sait foutrement rien d’à quel moment et à quelle cadence tourne un établissement de ce genre.
Pendant que le patron se met au boulot, Tyler se lance à la poursuite d’Aël qui continue son rangement.
« T’es une vraie p’tite fée du logis. Si jamais tu cherches du taf, passe à la maison, ma mère sera ravie de t’embaucher pour remettre un peu d’ordre chez nous » cherche-t-il à plaisanter, avant de réaliser que sa remarque n’est pas forcément flatteuse. Ni drôle d’ailleurs. Du coup, le jeune homme préfère enchainer. « C’est marqué quoi sur tes doigts ? Love life. Pas con comme pense bête. C’est une chouette philosophie d’vie. »
Ceci dit, il n’a pas vraiment l’impression que le type aime sa vie. Si c’était le cas, il sourirait un peu plus, non ? Du moins il aurait l’air un peu plus enjoué, un peu moins renfermé et bizarre… Tout le monde ne peut pas être aussi dynamique que lui, bien sûr, mais tout de même.
« Pt’être que tu devrais proposer à Hunter de se faire tatouer ça plutôt que I hate you. Il est vachement doué mais… Enfin tu vois c’que j’veux dire » sourit-il avec complicité au garçon, avant de lui remettre un petit coup de coude dans les côtes et de désigner Hunter d’un vague geste de la tête, sans décrocher son regard du visage fermé d’Aêl.
Ok, c’est pas gagné… Mais comme à son habitude, Tyler ne désespère pas.
« T'aime pas tellement parler en général ou bien t'aime pas parler avec moi ? » demande tout à coup Tyler, de but en blanc.
C'est qu'il n'apprécie pas franchement de perdre son temps qui lui est bien entendu précieux. L'autre n'a qu'à le prendre comme ça lui vient dans la tronche.  

© .JENAA


go get fucked ㄨ Invité  
Girls and their curls and their gourmet vomit ; Boys and their toys and their 6 inch rocket ; We're all very lovely 'til we get to know each other ; As we stop becoming friends and we start becoming lovers
And I don't belong to anyone, they call me homewrecker

•• unbreakable.


Dernière édition par Tyler A. Lawson le Jeu 1 Aoû - 17:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 01/07/2013
mensonges : 167
crédits : Babine
multicomptes : Baby A. Stewart


MessageSujet: Re: i'm good, i'm gone #aël&ty   Mer 31 Juil - 16:14

-Ce n’est pas un pense-bête, c’est pour pouvoir frapper avec amour et prouver que la vie peut faire mal. Rester bien accroché à vos fauteuils, mesdames et messieurs : Aël vient de faire de l’humour. Ou du moins, il s’essai, et si ça lui tire à lui un petit sourire, hélas, ce dernier ne s’éternise pas.
Pour une seule et unique raison. Il ne voit pas du tout ce qu’il veut dire, et comme à chaque fois, ça à tendance à l’agacer. Il n’aime pas ne pas comprendre, ça lui renvoie son handicap – pour citer son psy- en plein dans la gueule et ça fait rarement du bien. Il cherche pourtant, tentant de se servir du contexte pour trouver la réponse, mais plus il cherche, moins il voit. Ca lui arrive trop souvent ce genre de chose, et si ça l’agace quand Ma’ lui explique ou que Isle s’y colle, il déplore toujours leur absence quand il cherche ainsi en vain. Du coup, il ne répond rien, et forcément quand Tyler se permet un nouveau coup de coude dans les côtes, Aël n’est pas au mieux pour gérer. Ils font chier tous ses gens, à se permettre de tel comportement. C’est pourtant compliqué de ne pas toucher les gens…
Il prend sur lui, mais durant quelques secondes, ses yeux s’assombrissent, et il se verrait bien lui prouver à quel point la vie peut faire mal. Dans tous les sens du terme.

C’est tentant… Et il l’aurait fait, si la question de tyler ne l’avait pas déstabilisé, ou du moins surprit. Les gens sont rarement aussi franc, en règle général, c’est un trait qu’on lui reproche, manque de tact ou de savoir vivre. Du coup, il oublie sa colère, sournoise et violente, passant à autre chose. Ce qui évite qu’Hunter vienne ensuite lui remonter les bretelles pour avoir frappé un client… Quoique, vu les regards que lance depuis tout à l’heure le tatoueur à son client, c’est peut être un verre de champagne qui l’attendrait.
Pour la première fois, ses yeux s’encrent aux siens plus d’une seconde avant qu’il n’hausse une épaule. – Je n’aime pas tellement parler en général. Répondit-il sincèrement. – Parce qu’en général, les gens n’écoutent pas tellement.
Et vu qu’il n’aime pas causer pour ne rien dire, autant dire qu’il préfère se la fermer. Quitte à parler tout seul, autant le faire quand on est tout seul.

Avant même que Tyler ne puisse répondre, ce qui ne saurait tarder vu le débit de ses conversations jusqu’à maintenant, Aël fait mine de poser son index sur les lèvres de l’Indien. Sans le toucher pour autant, il s’arrête à quelques millimètres de sa peau. – Avant de dire quoique ce soit, tu ferais mieux d’aller voir Hunter, histoire d’éviter qu’il ne te traine par les cheveux jusqu’au fauteuil. Parce que même Aël est capable de voir l’exaspération dans le regard du tatoueur. Et à son humble avis, qui vaut ce qu’il vaut, il n’est vraiment pas loin d’effectivement lui tatouer une bite sur le crâne avant de le jeter dehors, ou de le frapper lui-même.


those hells bells, my temperature's high, hells bells, across the sky, hells bells, they're taking you down, hells bells, they're dragging you down, hells bells, gonna split the night, hells bells, there's no way to fight
I'm on the highway to hell
(gif tumblr/code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 24/07/2013
mensonges : 395
crédits : cha
multicomptes : gunter & the island
âge : 20 yo
adresse : chez môman près du port

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: _


MessageSujet: Re: i'm good, i'm gone #aël&ty   Jeu 1 Aoû - 18:12

... ... ...
aël & tyler

∞ i'm good i'm gone
Tyler se sent plus soulagé qu’il ne l’avait prévu. Le type aurait pu s’énerver après lui pour lui avoir fait une telle remarque, mais il choisit de lui répondre avec autant de simplicité que lui-même a posé sa question. Il énonce simplement un fait. Tyler ne peut que lui donner raison d’ailleurs : les gens n’écoutent jamais. Enfin ils écoutent, mais simplement pour saisir le moment précis où se sera enfin de nouveau à eux de s’exprimer et ne surtout pas perdre une seconde de temps qu’ils pourront consacrer entièrement à se plaindre. Et ils pourront bien entendu se plaindre avant tout de toujours passer leur temps à écouter les problèmes des autres alors que personne ne fait attention à eux. Bouhou.
Tyler aime se plaindre autant que quiconque, donc il se garde bien de le reprocher aux autres. Ouais, les gens n’écoutent pas la plupart du temps, sauf si le sujet les concerne de près ou de loin. Mais c’est comme ça, faut faire avec, et il ne se coupera jamais du restant du monde pour une telle raison. Il se garde de dire à Aël qu’il trouve son attitude un peu stupide cependant. Il pourrait bien s’agacer cette fois… Mieux vaut ne pas tenter le diable.
Par contre, il peut abonder dans son sens, lui proposer d’être à l’écoute s’il le désire et blablabla. Sauf qu’au moment où il ouvre la bouche, le garçon a un geste… pour le moins inattendu. Il place son index face à lui pour l’empêcher de l’ouvrir. Tyler louche l’espace d’une seconde puis se force à voir au-delà du doigt de son interlocuteur. Mais c’est difficile de se concentrer. Tout ce à quoi il peut penser, c’est qu’il a bougrement envie de saisir ce doigt pour le porter à ses lèvres charnues et lui montrer à quel point il est doué pour fermer sa gueule. Il a envie de lui prouver qu’il sait écouter, qu’il l’écoutera jusqu’au bout de la nuit si seulement il accepte de lui fourrer ce même doigt là où il pense…
Il secoue al tête pour s’arracher à ses pensées débauchées et reprend la parole.
« Mais non, t’inquiète, il doit faire le calque, il en a pour un moment. Il me sonnera quand il aura envie que j'vienne » se défend-t-il en haussant une épaule, affichant une grimace dédaigneuse. « En plus, comme tous les types de Caswell, il est persuadé que l’homosexualité est une maladie manuportée terriblement contagieuse alors y a pas d’risque qu’il me tire par où qu’ce soit. »
Voilà, ça aussi c’est dit. Il n’a pas honte de ce qu’il est, l’affiche clairement, en parle sans tabou à qui veut bien le faire avec lui. Tyler n’hésite jamais à répondre aux questions des gens à ce propos, tant qu’elles ne sont pas abusivement insultantes. Il peut tolérer un peu de mépris, quelques préjugés, mais il y a des limites.
Il a sans doute tort de tester Aël aussi rapidement, mais il veut que les choses soient parfaitement claires dès le départ. Il ne veut surtout pas se faire de faux espoirs. Il n’attend pas que le garçon lui réponde : oh t’en fais pas, je sais exactement de quoi tu parles, je suis moi-même homo Tyler, allons baiser jusqu’à la mort dans l’arrière salle ! Mais il veut voir si le garçon vaut le coup qu’on s’intéresse à lui. Sil vaut le coup qu’il perde de son temps précieux à l’écouter sincèrement et avec toutes ses grandes oreilles (seule partie de son corps qui lui fasse un peu honte).


© .JENAA



go get fucked ㄨ Invité  
Girls and their curls and their gourmet vomit ; Boys and their toys and their 6 inch rocket ; We're all very lovely 'til we get to know each other ; As we stop becoming friends and we start becoming lovers
And I don't belong to anyone, they call me homewrecker

•• unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 01/07/2013
mensonges : 167
crédits : Babine
multicomptes : Baby A. Stewart


MessageSujet: Re: i'm good, i'm gone #aël&ty   Jeu 1 Aoû - 19:03

En guise de réponse à sa première tirade, Aël hausse les épaules. Qu'il fasse ce qu'il veut après tout. Si Hunter vient le tirer par ses grandes oreilles pour le remettre à sa place, ce n'est pas à lui qu'il pourra se plaindre. Lui, il a prévenu, et ce n'est déjà pas si mal quand on connait le personnage.
Et une fois encore, Tyler réussit l'impensable, garder toute l'attention de l'irlandais sur sa personne. Au moment même où Aël allait s'en désintéresser pour passer à autre chose, il sort la phrase la plus inattendu qui soit et qui réveille son intérêt. De nouveau ses yeux se posent sur lui et il le détail de haut en bas durant quelques secondes.
Aël n'a d'apriori sur rien. Pour ce genre de chose, il a tendance à baser son comportement sur les autres, ou sur le premier film qui lui vient en tête. Et heureusement pour l'Indien que l'irlandais a vu Brokeback Moutain, ça lui évite de calquer sa réaction sur celle d'Hunter, à savoir l'envoyer paitre. Loin. Très loin de lui, sous prétexte qu'il est contagieux... Ce qui est stupide en plus. Il est bien placé pour savoir que ça n'a rien à voir avec un virus, ou une maladie quelconque qui se transmettrait par simple contact.

Il jette un œil vers le tatoueur, avant reposer ses yeux sur Tyler... Du peu qu'il en sait, les gays ici, ils se font discrets, parce qu'effectivement ce n'est pas dans les mœurs de la communauté que de les accueillir à bras ouverts. Généralement, on les jettes plutôt avec un bon coup de pied dans le cul, et certains rêves même de les voir brûler sur un bucher...- ça se saurait si s'était contagieux... Lâche t-il finalement après avoir définitivement tranché sur la réaction à adopter. - Enfin, profites de ta chance, tu es le seul client qui casse les couilles au boss qui peut se vanter de ne pas avoir été trainé par les cheveux jusqu'à la sortie. Savoure.

Cependant, Aël est curieux. Parce qu'Aël n'a jamais eut l'occasion de discuter avec un Homo ou de poser des questions sur le sujet à qui que ce soit. Du coup, Tyler est tout au centre de son attention. - Mais du coup... T'aimes que les Hommes ?
Oui, l'Irlandais est comme un gosse face à la nouveauté, et y a rien qui fait plus plaisir à Aël que la nouveauté. Il a des questions et il compte bien les poser.


those hells bells, my temperature's high, hells bells, across the sky, hells bells, they're taking you down, hells bells, they're dragging you down, hells bells, gonna split the night, hells bells, there's no way to fight
I'm on the highway to hell
(gif tumblr/code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 24/07/2013
mensonges : 395
crédits : cha
multicomptes : gunter & the island
âge : 20 yo
adresse : chez môman près du port

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: _


MessageSujet: Re: i'm good, i'm gone #aël&ty   Jeu 1 Aoû - 21:55

... ... ...
aël & tyler

∞ i'm good i'm gone
Ô joie… Ô satisfaction immense qui emplit son cœur d’artichaut d’allégresse ! Aël ne se met pas à grimacer de dégoût, ni n’a de mouvement de recule en apprenant son homosexualité. En plus, Ty a été un eu loin puisqu’en réalité, il aime autant les femmes que les hommes. Il est amoureux du péché de chair en réalité et pour lui, un trou est un trou et une bouche, féminine ou masculine comporte le même genre de langue. Du pareil au même. Alors pourquoi se limiter à un seul choix ? Il a toujours trouvé ça stupide et déteste les barrières d’une manière générale.
Et si Aël n’affiche pas clairement une couleur, il n’a pas l’air plus contrarié que ça d’apprendre qu’il parle à un type susceptible de fantasmer sur lui. Enfin peut-être qu’il serait un peu plus fuyant s’il l’avait entendu penser un instant plus tôt, quand son index se dressait vers ses lèvres… peut-être même qu’il l’aurait cogné.
Son sourire s’élargit en entendant Aël enchainer sans le moindre mal pour lui parler d’Hunter. Comme si de rien était ! C’est magique. Il a si peu droit à ce genre de réaction qu’il pourrait sauter au coup de l’irlandais pour l’embrasser à pleine bouche. Sauf que ça ruinerait probablement toute la magie du moment et lui couterait quelques dents. On ne viol pas la bouche des gens, c’est mal.  Aussi parfaitement ciselée que soit cette bouche… Stop. Aël va finir par voir briller un éclat libidineux dans ses grands yeux chocolat et prendre la fuite.
« J’crois que c’est parce que je bosse sur les quais avec son père. Ca m’donne un genre de laissez passer exceptionnel. J’sais pas trop c’qui s’passe entre eux, mais j’pense bien qu’Hunter aimerait pas avoir à se justifier auprès d’lui si jamais il me pétait un bras et m’empêchait de bosser… C’la dit j’le comprends. Il me fait peur à moi aussi son paternel… » grimace Tyler avant de jeter un rapide coup d’œil au blondinet qui s’est mis au travail.
Tant mieux, il va lui lâcher un peu la grappe et lui permettre de papoter avec l’irlandais pas vraiment irlandais qui est cela dit indéniablement sexy. Et qui n’a pas décidé de couper court à leur échange sous prétexte qu’il est attiré par les hommes.
Et qui en plus s’intéresse à lui et pose des questions. Tyler retrouve un sourire tranquille en répondant.
« Nan, j’ai utilisé un raccourci, j’avoue. J’aime pas trop les notions d’noir et blanc pourtant, j’suis plutôt dans l’gris, tu vois c’que j’veux dire ? Pourquoi j’devrai me contenter d’aimer qu’une seule catégorie d’gens alors que y a autant de jolies filles que de jolis garçons sur cette croute ? C’est stupide de se cantonner à un seul type de partenaire potentiel, tu crois pas ? Enfin il existe des centaines de fromages. C’est pas parce que j’aime le fromage de chèvre que j’dois manger que ça jusqu’à la fin de ma vie alors que y en a plein d’autres qui m’font saliver » explique-t-il en haussant une épaule. « J’aime pas spécialement les filles ou les garçons, j’aime bien des gens. Je décide juste de me foutre de c’qu’ils ont entre les jambes. Et toi ? »
Il a ajouté sa question très vite, pour s’en débarrasser. Et le voilà encore qui guette avidement la réponse d’Aël. Il se suspend désespérémment à ses lèvres, le cœur battant, prêt à être déçu et en même temps, animé par l’espoir.


© .JENAA


go get fucked ㄨ Invité  
Girls and their curls and their gourmet vomit ; Boys and their toys and their 6 inch rocket ; We're all very lovely 'til we get to know each other ; As we stop becoming friends and we start becoming lovers
And I don't belong to anyone, they call me homewrecker

•• unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 01/07/2013
mensonges : 167
crédits : Babine
multicomptes : Baby A. Stewart


MessageSujet: Re: i'm good, i'm gone #aël&ty   Jeu 1 Aoû - 22:35

Aël n'avait jamais eut l'occasion de parler au père d'Hunter. Ce qui l'arrangeait énormément, puisqu'il n'avait pas à se poser la question de savoir si le boss avait lui aussi un boss, et du coup si son allégeance revenait à Hunter ou à son père. Vu que ça lui évitait un dilemme supplémentaire, il n'allait pas s'en plaindre, et au vu de ce qu'il avait entendu sur le docker, il n'avait pas vraiment envie de faire sa rencontre. Il le laisse à sa vie, à ses emmerdes et surtout à son fils. Si on ne veut pas être emmerdé, faut pas emmerder le monde.
Il ne répond rien mais toute son attention est tourné vers la réponse du jeune homme, c'est que ça l'intéresse. Comme tout sujet qu'il découvre. Il écoute, et sincèrement, le discours de Tyler se tient. Y a pas à dire, comme philosophie de vie, ce n'est vraiment pas con... Il aime particulièrement l'exemple des fromages. C'est un nouveau bon point pour son interlocuteur. Imagé de la sorte, il n'a aucun mal à saisir ses propos.

Sa question le laisse quelques secondes silencieux. Parce qu'elle n'est pas conne et qu'elle mérite qu'on s'y penche. Mais au final, un bref instant, c'est trop peu pour que la réflexion soit propice. La seule chose dont il était sur au final, c'est qu'il aimait bien tous les fromages.- Je ne sais pas. Je ne me suis jamais posé la question. Il hausse les épaules et détourne quelques secondes son regard de l'indien pour se saisir d'un livre mal rangé et le remettre un étage plus tard. - Je vais y réfléchir. Je te dirai ça une prochaine fois. Parce qu'évidemment, toute bonne question mérite une réponse, celle-ci y comprit.
- Remarque, si je sais que j'aime le fromage, c'est parce que je les ai tous goûtés. Devait il alors testé avec un homme pour savoir si effectivement il aimait ça ? Mais avait il déjà trouvé un homme attirant ? Jusqu'à maintenant il n'avait fait attention qu'aux femmes, elles étaient les seules qui attiraient son regard, mais...

Ses réflexions, ils les fait tantôt dans sa tête, tantôt à voix haute, mais forcément ça finit par amener d'autres questions: - Mais du coup... quand tu veux une femme y a plus de chance qu'elle soit hétéro qu'Homo, peu de risque... Mais pour un homme... Tu fais comment ? Non, parce que je pense que le jour où un homme va voir Hunter pour lui dire qu'il le veut... Il ressort d'ici les couilles entre les dents...


those hells bells, my temperature's high, hells bells, across the sky, hells bells, they're taking you down, hells bells, they're dragging you down, hells bells, gonna split the night, hells bells, there's no way to fight
I'm on the highway to hell
(gif tumblr/code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 24/07/2013
mensonges : 395
crédits : cha
multicomptes : gunter & the island
âge : 20 yo
adresse : chez môman près du port

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: _


MessageSujet: Re: i'm good, i'm gone #aël&ty   Ven 2 Aoû - 7:50

... ... ...
aël & tyler

∞ i'm good i'm gone
On ne peut aps gagner à tous les coups, n’empêche que la réponse d’Aël n’est pas si tranchée que ça. Il ne lui dit pas qu’il est 100% hétérosexuel, il ne s’est simplement jamais posé la question. Ce qui veut dire qu’il a 50% de manœuvre et toutes ses chances de parvenir à le convaincre de non seulement se poser la question mais pourquoi pas de trouver une réponse qui lui conviendrait à lui ! Cette perspective l’enchante et fait voltiger quelques papillons impétueux dans son estomac plein. Il adresse un sourire qu’il espère tout à fait innocent et approprié à l’irlandais alors qu’intérieurement, il jubile et prévoit déjà quelques plans machiavéliques pour parvenir à ses fins.
Aël lui plait. C’est tout à fait son style de garçon, il ne va pas chercher à se mentir. Dès l’instant où il l’a vu, le jeune homme a été intrigué par son regard énigmatique, son allure (son style négligé le fait assurément passer pour une gravure de mode) et ses tatouages visibles à cause de ses choix vestimentaires tout sauf de saison.  
Tyler laisse échapper un petit gloussement lorsqu’il entend son vis à vis parler fromage. Il ne pensait pas que son exemple imagé ferait autant mouche ! Ce qui lui plait le plus, c’est de voir qu’Aël traite le sujet avec beaucoup de sérieux. Dans l’ensemble de toute manière, il a l’air d’être un type assez sérieux, très premier degré en fait, mais peu importe. Tyler en a fréquenté des plus cons et plus laids que ça, extérieurement comme à l’intérieur. Aël lui paraît définitivement être une aubaine à côté de certains de ses partenaires, aussi étrange lui apparaisse-t-il par moments…
Encore que même en faisant preuve d’un grand sérieux et d’une adorable curiosité, il est drôle. La remarque sur Hunter le fait éclater d’un rire franc qu’il est obligé de calmer rapidement quand l’intéressé lui jette un regard courroucé depuis sa table de travail. Il lève également une main en direction de Pete pour lui assurer qu’il va la jouer discrète à partir de maintenant, puis revient à Aël qui guette sa réponse.  
« C’est certain… Mais le gaydar, ça s’travaille » finit-il par répondre, une fois son calme retrouvé. Voyant les sourcils de son interlocuteur se froncer légèrement, il s’explique. « C’est la contraction de gay et radar. Radar à gay quoi. Et puis la technique d’approche diffère pas tellement de celle que t’utiliserais avec une fille en fait. Enfin j’sais pas comment tu t’y prends mais perso, j’irai de toute manière pas aborder une fille en lui disant directement que j’la veux. C’est un peu barbare comme approche. Faut lui faire la conversation avant, tenter des parades de séduction et voir si ça prend, poser des questions et tout ça. Mais c’est vrai que c’est plus compliqué avec les gars, à cause de…. Bah à cause de tous les aprioris et tous els clichés que les gens ont sur les homos et de l’image qu’on nous renvois constamment. On est pas tous des tapettes obsédé par la mode ou ce genre de trucs, tu vois c’que j’veux dire ? On s’balade pas avec des plumes dans le cul non plus… Même quand on est un amérindien gay. »
Il ne compte plus le nombre de péquenauds qui se sont crus originaux dans le coin en lui parlant de ça…
Tyler reprend la parole en se débarrassant de sa veste en cuir qui commence à lui tenir un peu trop chaud et va la déposer au portant laissé à disposition des clients dans la salle d’attente, s’assurant qu’Aël le suit.
« Y a effectivement plus de chances de se faire casser la gueule quand t’es un mec et que t’en aborde un autre. Puis parfois… Enfin c’est pas facile à gérer pour tout le monde. Perso je m’assume mais j’fais partie d’une minorité. Y en a qui vont t’envoyer plein d’signaux puis te casser la gueule quand tu les touches pour finalement venir te retrouver à la nuit tombée, s’excuser platement et pratiquement t’violer sur place. Et puis y a les autres qui te baisent puis, une fois que c’est fait, si tu cherches à les approcher, ils te cassent la gueule en te traitant de sale pédé. »
C’est du vécu mais il ne pense pas avoir besoin de le préciser au garçon face à lui.
« Parfois ça tourne vraiment mal. Faut faire attention, c’est tout » conclut-il dans un haussement d’épaule, relevant les manches de son pull et révélant une série de bracelets à ses deux poignets.
Du cuir, du bois, du plastique et même une vulgaire bande de tissu que Love lui a accroché là un jour où ils s’ennuyaient. Aucun d’eux n’a de valeur marchande, mais tous lui sont chers.
« Personne a dit que l’amour c’était facile de toute manière hein ? Homo ou hétéro, on est tous en perpétuelle galère, pas vrai ? » ajoute Tyler en souriant, histoire de pas trop pourrir l’ambiance avec ses histoires.  

© .JENAA


go get fucked ㄨ Invité  
Girls and their curls and their gourmet vomit ; Boys and their toys and their 6 inch rocket ; We're all very lovely 'til we get to know each other ; As we stop becoming friends and we start becoming lovers
And I don't belong to anyone, they call me homewrecker

•• unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 01/07/2013
mensonges : 167
crédits : Babine
multicomptes : Baby A. Stewart


MessageSujet: Re: i'm good, i'm gone #aël&ty   Ven 2 Aoû - 10:44

Mais pourquoi rit il ? L'irlandais penche très légèrement la tête sur le côté. Il n'a pourtant pas fait de blague, ou alors il ne l'a pas fait exprès... Hunter risquerait belle et bien de castrer l'importun avec ses propres dents pour avoir oser sous entendre qu'il puisse être gay.
Enfin, si la vérité le fait rire, il ne va pas s'en plaindre, pour une fois qu'il arrive à faire de l'humour.
La suite de la discussion le laisse perplexe... L'histoire du Gaydar, des homos qui n'en sont pas puis qui le redeviennent la nuit... C'est une sacré merde tout ça. ça fait trop de nouveau paramètre à intégrer, et trop de question à poser...

- ça a l'air d'attirer surtout des emmerdes, ton histoire de vouloir gouter à tout.
A l'écouter c'est loin d'être aussi rose que sur le papier. Entre les hétéros qui risquent de s'énerver si on vient les dragués, les homos refoulés ou qui s'assument pas et ceux qui ignorent ce qu'ils sont, ça fait un sacré paquet d'embrouilles. De pour parler. De technique d'approche... Et Aël ne fait pas dans le social, alors au final, il va se cantonner aux femmes, c'est nettement plus simple...
Sauf que, le doute est semer dans son esprit... Aimerait il coucher avec un homme ? Les sensations sont elles autres ? Est ce que c'est plus intense ? Ou totalement sans intérêt ? Il médite et au final, repose ses yeux sur Tyler, tentant d'y porter un regard nouveau.
Déjà, pouvait il le trouver mignon. Il ancra son regard au sien, appréciant l'éclat dans son regard chocolat, son sourire mutin, ses grandes oreilles, ses lèvres fines, sa peau cuivré,... Chaque élément prit à part était beau, mais l'ensemble ?
Il se recula d'un pas, avant de trancher.

Du coup, il revient vers lui, et se pencha légèrement, ses lèvres près de son oreille: - Si je te trouve.... Mignon. ça fait de moi un homo ? Il se redresse, attendant sa réponse, sauf qu'il n'aura pas le loisir de la lui donner. Le tatoueur vient de finir le calque, et visiblement, il n'est pas de meilleurs d'humeur qu'il y a quelques minutes. Et vu qu'il vient de reporter son attention sur eux, il est hors de question de continuer à évoquer le sujet. Aël est pas con, n'en déplaise aux rumeurs, et il sait très bien ce qu'il risque à parler de ça, surtout en étant un KoS.
Quand il disait que ça amenait plus d'emmerdes qu'autre chose.
Et puis, histoire d'achever la discussion, son téléphone sonne... Un sms de MA', depuis qu'elle avait apprit à se servir d'un téléphone, elle avait trouvé un excellent moyen de lui rappeler des choses élémentaires... En l’occurrence, qu'il était partie s'en manger et qu'il était temps qu'il se nourrisse... Génial... Il est sans doute le moins viril des hommes présent avec sa grand mère qui lui rappelle qu'il a faim....

Du coup, son attention, Tyler la perd, il se recule, et s'étire légèrement: - Je vais acheter quelques trucs à grailler, quelqu'un veut quelques choses ?
Lance t-il pour les KoS présents. Demandez de la sorte, il l'a apprit quand il était prospect, et vu que généralement ça passe bien, il a gardé l'habitude.


those hells bells, my temperature's high, hells bells, across the sky, hells bells, they're taking you down, hells bells, they're dragging you down, hells bells, gonna split the night, hells bells, there's no way to fight
I'm on the highway to hell
(gif tumblr/code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 24/07/2013
mensonges : 395
crédits : cha
multicomptes : gunter & the island
âge : 20 yo
adresse : chez môman près du port

sneak peek
Relations
:
What about the town ?:
J'ignore tout de la vérité
Pouvoir: _


MessageSujet: Re: i'm good, i'm gone #aël&ty   Ven 2 Aoû - 11:25

... ... ...
aël & tyler

∞ i'm good i'm gone
Tyler n’apprécie pas trop qu’on vienne critiquer son mode de vie, mais n’empêche que le garçon a raison : aimer coucher avec des hommes, c’est s’exposer à d’incalculables paquets d’emmerdements. Mais pour rien au monde il n’agirait différemment. S’il devait revenir en arrière, il continuerait à revendiquer sa différence, à s’affirmer en tant que bisexuel. Beaucoup de gens ne savent même pas qu’il aime aussi certaines filles et d’ailleurs, ils s’en foutent. C’est le genre de données qui ne fait que les embrouiller et qu’ils préfèrent occulter. On est normal ou on est déviant, un point c’est tout.
Il ne dit rien et soutient le regard d’Aël qui le fixe scrupuleusement. Il donnerait cher pour savoir ce qui se trame sous son crâne. Il espère que ce n’est que du positif pour lui en tout cas. Est-ce qu’il est en train de se demander s’il pourrait vouloir le goûter ? Cette idée l’enchante et Tyler sourit depuis son petit nuage.
Et quand Aël finit par venir se pencher vers lui pour glisser quelques mots à son oreille, il se sent défaillir. Son estomac se noue, son cœur manque un battement et il retient son souffle.
« - Si je te trouve.... Mignon. Ca fait de moi un homo ? »
La plus belle, la plus pertinente de toutes les questions qu’on lui ait posé de toute sa courte vie ! Il est tellement décontenancé qu’il reste con pendant un moment, et ne doit pas avoir l’air hyper mignon pour le coup avec cette tête d’abruti. Juste avant de répondre, Tyler reprend une inspiration, histoire de compenser le temps de latence. Il hume alors les effluves du parfum d’Aël. Divin.
« Lawson ! »
Mais de quoi il se mêle celui-ci ? Pourquoi est-ce qu’i lfaut toujours qu’un gros lourdaud dans son genre vienne interférer avec les histoires de cœur de ses semblables ? Bon, ils n’en sont peut-être pas encore là avec Aël, mais ça démarre assurément très bien. Ca démarrait… peut-être qu’il va avoir el temps de réfléchir à ce qu’il vient de dire, el regretter et décider que tout compte fait, il ne le trouve pas mignon. Peut-être que c’est une question d’éclairage simplement ou de…d’il ne sait quoi qui fait que c’était maintenant ou jamais.
Il s’apprête tout de même à répondre mais Aêl ne lui accorde plus son attention, il est plongé dans la consultation d’un sms qu’il vient de recevoir. Génial. Le moment est passé et comme d’habitude, il a raté le coche. L’histoire de sa vie !
« Lawson ! »
« J’arrive ! » s’agace-t-il en poussant un soupir frustré, avant de se détourner d’Aël, lui jetant un dernier coup d’œil accusateur que cet imbécile ne voit même pas.
Qu’il aille se faire voir ! Saleté d’allumeur…
« T’as déjà terminé ? »
« Ouais, j’ai fait les grandes lignes. Va t’installer. »
« Les grandes lignes ? »
« Lawson, va t’installer et arrête d’essayer de me faire sortir de mes gonds… »
« Oh bah oui, t’as raison, c’est mon ambition première dans la vie » marmonne Tyler en se dirigeant sagement vers l’arrière salle où se trouve les fauteuils, pendant que le gérant échange quelques mots avec Pete.
Celui-ci en a terminé avec son client et va tenir la boutique pendant qu’ils seront derrière. Bon, ça lui laisse quelques instants pour proposer à Aël de venir avec lui. C’est toujours cool d’avoir quelqu’un à qui faire la conversation pendant qu’on vous plante une aiguille dans le bras à répétition. Et il n’est pas question de compter sur Hunter pour ça…
Mais Aël a d’autres plans. Evidemment.  
« Ramène des beignets. »
« Des chewing-gum. »
« Rien pour moi » lance Tyler qui n’a pas le droit de grignoter entre les heures de repas mais ne veut pas se faire oublier.
« C’est pas à toi qu’on cause. Rentre là-d’dans et attends-moi. »
« Oui, chef. »
La mort dans l’âme, après avoir cherché à croiser une dernière fois le regard d’Aël, il s’exécute.      

© .JENAA


go get fucked ㄨ Invité  
Girls and their curls and their gourmet vomit ; Boys and their toys and their 6 inch rocket ; We're all very lovely 'til we get to know each other ; As we stop becoming friends and we start becoming lovers
And I don't belong to anyone, they call me homewrecker

•• unbreakable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

date d'arrivée : 01/07/2013
mensonges : 167
crédits : Babine
multicomptes : Baby A. Stewart


MessageSujet: Re: i'm good, i'm gone #aël&ty   Ven 2 Aoû - 14:56


Beignets et chewing gun. Ce n'est pas avec leur envie que les deux bikers risquent de ruiner son budget. Il quitte le salon de tatouage, déjà passé à autre chose que les personnes présentes dans la pièce. Pas de en revoir, ou de quelconques signes de tête, Aël ne s'agace du protocole que lorsqu'il est utile et ce n'est surement pas les motards qui lui reprocheront un quelconque manque de savoir vivre.
Ce n'est que sur le chemin de la supérette qu'il repense à Tyler. Et à sa question, celle à laquelle, il n'a pas pu répondre. C'est vrai que l'Indien est mignon, particulièrement aux yeux d'Aël, mais c'est le tout premier homme qu'il trouve beau... Mais faut dire aussi, que c'est le premier qu"il se permet de regarder en cherchant à savoir si il lui plait ou non.
Première étape, savoir si les hommes qu'il connait sont aussi attirant... Le dernier qu'il a vu; c'est Hunter. Est ce qu'il trouve le tatoueur attirant ? Il a une belle gueule... Le genre de gueule qu'on a pas envie d'emmerder... Mais pas une seule seconde, il ne se voit dans un pieu avec lui... Alors qu'avec Tyler... Tous les membres du Kos, puis tout ceux qu'il connait y passent. Mais aucun n'a le même attrait...
Deuxième étapes, les passants. Puis les clients de la superette. Non. Il a beau y regarder, visiblement, il n'y a que l'indien qui lui plait... Est on homo parce qu'on trouve mignon, un seul homme ? Voilà une question qu'il aimerait bien lui poser, mais qui devra attendre.

Déjà contrarié par ses engueulades avec Ma', Aël est d'autant plus frustré qu'il ne sait foutrement pas si il est gay ou non. Du coup, arrivé à la caisse, il se rend compte qu'il n'a prit que deux chewing gum et un beignet. Rien qui corresponde de près ou de loin à un repas. Il peste, depuis l'incident qui s'est produit quand Isle était présente, Ma' était... Paranoïaque et si jamais il lui répond qu'il n'a rien bouffé, il ira direct chez le médecin. Pire. Au psy. Autant dire qu'il fait vite demi tour pour aller se trouver de quoi grailler. Un sandwich et de quoi boire... Une glace aussi, en guise de dessert.

Histoire de se changer les idées, après avoir payé et embarqué les sacs, et surtout après avoir allumé sa clope, Aël se décide à chanter, historie de se vider un peu le crâne... Il n'arrivera jamais à retrouver le calme absolu qu'il a connu pendant son... Coup de froids, mais c'est déjà ça de prit. Et sur le chemin du retour, il ne trouve rien de mieux que de chanter du Disney. Plus particulièrement, Sous l'océan. Et à cette seconde précise, c'est vrai qu'il se verrait bien sous l'océan, à balancé et swingué avec les poissons. - Là haut ils bossent toute la journée, esclave et prisonnier... Il se moque bien des regards qu'il attire, il s'en fou. Simplement. Il sait qu'il n'a pas à rougir de sa voix, il sait aussi qu'en théorie on ne chante pas dans la rue, surtout à voix haute, mais comment dire ? Ceux qui ne sont pas content n'ont qu'à changer de trottoir et ceux qui auraient le courage de se plaindre se retrouveront avec la tête sur le bitume. - Quand la sardine begins des biguines, ça balance, ça swing. Il pousse la porte du salon, finissant sa petite chanson en allant déposer les courses sur le comptoir. Lui se contente de prendre son sandwich et de jeter un œil critique sur les feuilles qui trainent... Et parmi ses feuilles, la fiche client de Tyler. Là, juste son nez... Et deux lignes plus bas, son numéro de téléphone. L'irlandais n'a besoin que d'un coup d’œil pour le mémoriser. Les chiffres et lui, sont des grands amis de toujours. Puis l'air de rien, il ressort sous le bruit de l'aiguille perçant la peau, pour aller tranquillement manger son sandwich, adossé au mur du salon.


those hells bells, my temperature's high, hells bells, across the sky, hells bells, they're taking you down, hells bells, they're dragging you down, hells bells, gonna split the night, hells bells, there's no way to fight
I'm on the highway to hell
(gif tumblr/code northern lights.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: i'm good, i'm gone #aël&ty   

Revenir en haut Aller en bas
 

i'm good, i'm gone #aël&ty

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 1.06 All Good Things Must Come to an End
» Good Morning England - Demande de partenariat
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!
» Good morning, Ireland ! (23/01/12 à 10h12)
» oh sometimes i get a good feeling[17/05 à 13h46]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HOMECOMING △ V.4 :: Commerces :: High Voltage-